11718


Ce n'est qu'un début

 

 

Afficher tous les scenarios du meme type

19 août 2020

"Putain dégage, tu conduis comme une fille! "
La jeune fille devient roue de colère et l'insulte en retour.
Puis les deux se mettent à rigoler et passent leur chemin.

La vie n'est plus la même depuis 6 ans. Le conflit existe toujours, car le conflit est nécessaire et salvateur (une vie sans conflit serait rasoire). Cependant, malgré les divergences d'opinion et accès de colère, un respect nouveau règne, une ouverture malgré les fermetures.

La jeune fille est en chemin pour rejoindre son 1er mari. Après sa semaine de 2 jours et demi, il est temps de se consacrer à sa vraie passion: la musique.

"Ola guapa! " lui lance-t-il alors qu'elle descend de la voiture.
"Hello my love" répond-elle.
Ils s'embrassent et son estomac fait le grand huit, comme à chaque baiser depuis 6 ans.

6 ans pile aujourd'hui, 6 ans comme l'écart qui les sépare jour pour jour, car ils ont le même anniversaire.

Ils l'ont tous cru folle depuis son accès maniaque en 2010 à Abidjan. Puis ce sont tous les autres qui sont devenus fous et elle la sage.

"Elle aime tout le monde" disait ses amis. Elle le refusait par peur de paraître niaise et sans personnalité.
Puis est arrivée la vague d'Amour à Abidjan. L'Afrique la réveillé, de façon brutale. Elle a eu des révélations en écriture semi-automatique, elle a senti la naissance de l'enfant de sa cousine... elle a senti que cet homme, dont l'univers musical la touchait profondément et qui était né le même jour qu'elle, était sa destiné.

2 ans après, la folie reprend, l'Amour (pour tous) la submerge, elle finit cette fois 1 mois et demi à Saint-Anne.
Les signes s'accumulent, l'oppressent.
1 ans après, elle rentre chez ses parents et au moment d'aller se coucher une association d'idée dont elle ne comprend pas l'arrivée la fait lire une des chansons de cet artiste qu'elle attend. "Seashell finger nail scratching at me, brown eyed lullaby singing at me" Elle regarde ses ongles striés de blanc, qu'une fille de l'hôpital avait baptisé "ongles coquillages" comme dans un poème de Henry de Montherland. C'est un caractère des ongles héréditaire très rares.
Une sérénité l'envahit (à cette époque elle a déjà envoyé ses chansons à l'artiste).
Il lui faudra beaucoup d'effort pour ne pas replonger.

Elle sait que c'est le propre des bipolaires de se sentir investi d'une mission, mais elle n'arrive pas à s'en défaire ("Je ne suis pas la plus belle voix, je suis la voix" avait-elle écrit à Abidjan).


6 ans ont passé depuis que l'artiste est arrivé dans sa rue une nuit d'août.

Tout est allé très vite car certains étaient préparés. L'arme de notre combat fut la plus efficace qu'il soit: l'art.
Tout d'abord ce fut "Stairway to heaven" (Robert Plant avait bien dit que ces paroles lui avait étaient soufflées par des anges). Puis "S'il suffisait d'aimer" traduit dans toutes les langues.

Après cela, le film, indexé sur le prix du navet. Car oui on ne peut faire de grande chose sans humour. Ce fut un raz de marrée: cette jeune fille s'accrochant à son rêve malgré tout, écrivant des chansons sur l'artiste et sur sa vision des hommes, recevant des signes, vivant le calvaire en hôpital et en dehors, toujours mélancolique… Et cet artiste parlant d'elle dans ses chansons sans s'en rendre compte jusqu'à ce que la lumière se fasse dans son esprit, et tombant finalement fou amoureux d'une fille pourtant beaucoup moins belle que ses précédentes conquêtes.

Cet alliance devint la passion du siècle. Et d'un coup la vie prenait tout son sens, dans un monde pourtant désenchanté. Il fallait croire en ses rêves, déconstruire tout, comme elle lorsqu'à Abidjan elle avait cassé toute les vitres à la perceuse. Il fallait faire attention aux mots, "because sometimes words have two meaning". Rien de compliqué, rien de dogmatique, seulement un exemple pour l'homme, pour qu'il croit en ses capacités, d'amour et d'intelligence, pour respecter la nature, pour, par la spiritualité, donner un sens à sa vie. En un mot "l'éveil".

Les débuts furent difficiles. 23% de la population mondiale tombèrent dans l'accès maniaque, les hôpitaux furent débordés. Les médiums aussi furent dépassés par une demande phénoménale.
Puis doucement les choses se transformèrent, le coeur de chacun devint plus léger.
Les changements furent déterminants: semaine de 20h, chacun réveillant ses talents pour les autres jours de la semaine, un adoucissement de tous les extrêmes, des passions amoureuses plus rares mais extrêmement intenses, une baisse des naissances, une accélération des solutions éco-responsables, une poussée de l'économie sociale et solidaire etc.

Nous sommes en 2020 et ce n'est qu'un début.

Nejma
 

 


| Evaluer ce scénario
Ecrire une suite ou une alternative à ce scénario | Commentaires (0)
 
 




Base de données
des scénarios

Sommaire