10523


Retour à la case départ ?

 

 

Afficher tous les scenarios du meme type

Nous sommes en l'an 144 de la nouvelle ère. En effet, les dates ont changé. Les compteurs ont étés remis à zéro après la grande apocalypse, "le jour ou la terre brula", cette période qui est quasiment devenue une légende pour les habitants-survivants de notre planète.

Quand on l'évoque, on le fait avec ce trémolo respecteux et plein de crainte dans la voix, en detournant le regard. Les témoins de cette période ne sont plus, ne restent que les récits, transmis par la parole et souvent déformés au fur et à mesure que l'on s'en éloigne.
Ce qu'il s'est passé, on ne le sait plus précisément. Mais avant, d'après ce qui se raconte, le monde était bien plus peuplé, plus avancé technologiquement, qu'il ne l'est maintenant.
D'ordinaire dans l'Histoire, quand un peuple disparait, c'est le plus souvent qu'il a été vaincu par un autre, qui prend sa place mais assure, d'une certaine manière, plus ou moins brutale, sa continuité.
Mais que se passe-t-il quand une guerre de grande ampleur éclate dans un monde ultra-mondialisé, où tout est inter-connecté, où l'économie de chacun dépend de celle de l'autre ?

Le conflit opposait le Roi du Nord et le Roi du Sud, deux super puissances autours desquelles gravitaient un amas d'alliés. Ces Rois dirigeaient les grandes puissances des Etats-Unis et de la Chine. D'abord partenaires économiques, puis alliés, chacun comprit que la croissance de chacun était désormais freinée par l'autre et dépendante de celle-ci.

Le problème semblait insoluble, et chacun avait soif de domination mondiale. Comment détruire l'autre sans se mettre soi-même en danger ? Faire la guerre ? Certes, mais pas sur son propre territoire.
La Chine déclencha donc les hostilités sur un ancien terrain de discorde, la terre de Corée.
On arma encore davantage le dictateur coréen, descendant d'une énième génération de Kim. Celui-ci attaqua sans hésiter le sud, allié des Etats-Unis, qui se firent un devoir d'intervenir, aidés par la suite par grand nombre d'alliés occidentaux.
Le conflit, comme il était à prévoir, s'enlisa, mobilisant de nombreuses troupes de part et d'autres.
C'est alors que, profitant du fait que tous les regards étaient tournés vers la Corée, que la Chine attaqua les Etats Unis sur son propre territoire: d'abord en les bombardant, puis en y envoyant des troupes.
Les victimes furent nombreuses, mais la tâche s'avéra plus compliquée que prévue. D'abord surpris, les USA ne tardèrent pas à réagir, et bientôt le vent tourna en leur faveur, grâce également à l'intervention des alliés. Le conflit pris des airs de guerre mondiale sans que l'on ne s'en aperçut vraiment, où sans qu'on ne voulut se l'avouer.

La Chine malgré l'aide de sa "Grande alliance orientale" se retrouva bientôt le dos au mur, et la défaite sembla inéluctable. Mais c'est dans le lieu premier du conflit que cette guerre trouva son dénoument sordide. Le dictateur Nord-coréen, empreint de fanatisme et d'un discours toujours plus radical après tant d'années de conflit décida sans consulter personne de lancer sur "le gouvernement des ennemis imperialistes américains" son arme ultime, la bombe nucléaire.

Washington fut touchée, le nombre de victimes exponnentiel. Dans une fureur patriotique, on repliqua, en visant aussi la Chine, que l'on croyait responsable. Dès lors, la situation fut sans contrôle. Les bombes tombèrent partout, sans relache, jusqu'à l'épuisement total de chacun. On chiffra les pertes en milliards. L'environnement fut marqué à jamais.

Dans les territoires qui avaient participé à ce conflit de loin, avec une politique de terreur, on instaura des dictatures, qui sans tarder entrèrent en guerre l'une contre l'autre, si bien qu'au final, ce fut le monde entier qui fut profondément meurtri.

Voilà comment, en une cinquantaine d'années, on a pu réduire l'humanité à quelque chose proche du néant, freinant son avancée si fragile.

Désormais, chacun errait pour soi, en petits groupes épars, sans vision du monde extérieur, réduit à chasser à nouveau pour survivre.

Comment se reconstruire désormais ? Voilà où en est l'humanité, près d'un retour à la case départ. Partout les ruines peuvent témoigner de cette guerre qui a tout ravagé, condamant les peuples à l'éxil sur leur propre territoire.

On décida d'oublier, et on repartit à zéro. Le monde est désormais divisé en petits empires appartenant à des roitelets, s'apparentant plutôt en fait à des chefs de gangs. L'insécurité est partout, le meurtre chose commune, associé à l'idée de sa propre survie.

Le futur ? Comment se projeter dans le futur quand on n'a aucune certitude sur son présent ?

On parle désormais avec un certain mysticisme de cette époque ou l'homme pouvait voler, voyager d'un bout à l'autre de la terre en quelques heures, aller dans l'espace même, où chacun était relié en permanance à l'autre par des moyens qu'on ne peut même plus envisager.
Tant de savoirs, de connaissances, de créations perdues pour des temps indéfinis.

Et comment ne pas reproduire les mêmes erreurs, quand on associe désormais l'Histoire à une légende ?

Un pas en avant, trois pas en arrière. Nous en sommes là.
 

 


| Evaluer ce scénario
Ecrire une suite ou une alternative à ce scénario | Commentaires (1)
 
 




Base de données
des scénarios

Sommaire