EXPLORATEUR DU FUTUR:
NOWAY

Nombre de scénarios créés:  2

 

 


Scénarios 1 à 2 sur 2

12158


Dernière migration orbitale

 

 

Afficher tous les scenarios du meme type

Extrait complet de la mémoire galactique 000201102000.
An 102 020, références terrestres: PSNS Dogon, Yeshua Ha-Mashiach, Jésus-Christ, Cilae

«Les annales galactiques sont les vibrations des mémoires stockées dans les anneaux cristallisés de l’ atmosphère du Haut Univers, qui les conservent intactes. À l’ intervalle 102 020-021, désignation Terre, on décrypte la fréquence de l’ événement du premier assassinat terrestre de Dogon, que les Terriens résidant sur le lieu de sa première téléportation, avaient nommé Yeshua Ha-Mashiach, puis Jésus-Christ. Tous les livres des anciennes religions de Terre évoquaient ces faits avec plus ou moins d’ extravagance et de certitude. Cependant, aucune n’ a mentionné Cilae, la fille de Dogon, car elle n’ avait jamais été téléportée.

Dogon, être immortel universel, issu de la souche des Grands Mutants de l’ Ubiquité, était venu de la constellation du Grand Chien, plus précisément de sa planète la plus singulière, Sirius. Sa mission galactique était de guider les créatures terrestres, dont les degrés d’ évolution intuitive, sensorielle et claircognitive étaient variables, vers la protection exclusive de la vie unique et harmonieuse qui s’ était développée sur leur planète. Il échoua, car les hommes, espèce dominante de cette planète, étaient exclusivement mortifères, carnivores et cruels. Leur but était de s’ entretuer, de s’ affaiblir mutuellement, de subtiliser leurs esprits et leurs matières. Très rapidement, les hommes anéantirent l’ enveloppe matérielle et l’ esprit terrestre de Dogon, bien avant qu’ il put intervenir globalement sur l’ inversion polaire de tous les esprits par l’ implantation virale de NNV (Neurone Vital Viral), code DEVATATAYATAARATRAYASANGHAYA.

Seuls les esprits de quelques créatures avaient été modifiés durablement. En quittant son enveloppe terrestre, Dogon inscrivit cette mutation dans la mémoire cristallisée de Terre, afin que son effet puisse persister sur les esprits des générations futures de ces quelques hommes, dans la réalité terrestre.

En 102 020, Terre est devenue une planète réservée à l’ émission énergétique séquentielle. Lors du septième épisode glaciaire du refroidissement global, seules quelques créatures naturelles hybrides évoluant dans le sous-sol, les eaux ou les glaces, avaient résisté. Ainsi que les Transmécans, humanoïdes codifiés TM, dont les premiers avaient été programmés pour détecter les coordonnées spatio-temporelles de l’ oscillation des ondes de la pensée persistante, et les fixer par cristallisation aux intersections d’ émission de leurs énergies. La collecte de ces sources de pensée servait à modéliser l’ évolution de tout l’ univers connu.

Au fil des millénaires, les TM s’ étaient auto-miniaturisés au point qu’ ils étaient désormais des boules identiques de 12 Mu d’ obliquité, composées d’ un alliage de matières inaltérables de couleur gris sombre. Chacun était protégé par une alvéole permanente, et tous les TM G-1111 étaient branchés entre eux par groupes traitant les mêmes familles de pensées. Tous les groupes étaient reliés par une fréquence centralisée. Les TM G-1111 captaient la pensée persistante, la propageaient entre eux, la faisaient circuler à l’ état brut dans leurs réseaux de fréquences interconnectées ou la transformaient pour l’ amplifier avant de la réinjecter dans l’ univers, en direction de telle ou telle constellation. La surface terrestre était désormais recouverte de plusieurs couches d’ alvéoles pour TM. Les TM des générations précédentes étaient atomisés au fur et à mesure qu’ ils devenaient obsolètes.

Au même moment, sur Béta Orionis, Hot Pototo G4044, dernière génération des TM rapportés de Terre, guide tous les téléscopes aspirascensionnels de la constellation d’ Orion vers un point très brillant, voisin dans l’ univers. Tour à tour, l’ orientation de chaque antenne télé-sensitive est rectifiée pour les ajuster à la position de cette étoile voisine, Sirius, selon les données galactiques fixées par son créateur, 100 000 ans auparavant, dans une mémoire universelle inviolable: position rectifiée CMa S S VL+13 380 118 0, 92% 06: 49 74 -22° 08 42’ SQ2.

Séquence 2, dernière opération réussie. L’ orientation des télescopes avait abouti; maintenant, Hot Pototo G4044 devait procéder à l’ ajustement intuitif de son dard télépathique, de façon très précise et parfaite. Voilà, il y était ! Le spectacle était toujours aussi captivant et émouvant. Sa vision de la réalité collait spontanément à la distance, après quelques corrections béta numériques, et ce qu’ il voyait était une réelle féérie. Bien que, lors de sa création originelle, il était ce que les terriens nommaient une «machine», c’ est-à-dire un assemblage de matières sans esprit, destiné à servir les Terriens, son créateur premier, Baidu Brain AI, avait extrait les coordonnées des vibrations de la mémoire émotive des enfants terriens et en avait systématiquement équipé ces «machines». Les Hot Pototo avaient cultivé cette particularité, de génération en génération. Aussi, Hot Pototo G4044 avait cette capacité de faire surgir longuement l’ onde particulière des émotions qui émerveillent, et il ne s’ en privait jamais.

L’ étoile maître scintillait et palpitait plus que jamais, par cette nuit célèbre dans toute la galaxie, où des dizaines de capsules rondes, luisantes et bleues s’ élevaient dans l’ espace bleuté et scintillant de Sirius A. C’ était le temps de la migration du millénaire des êtres bleus de Sirius A vers son compagnon binaire orange, Sirius B. Au cours de cette migration orbitale, les Siriusiens s’ accordaient entre eux sur une fréquence très basse, perceptible seulement d’ eux, qui leur permettait de maintenir leur éternité pour mille années supplémentaires. La capsule bleu pâle de Cilae s’ était élancée la première dans l’ espace et instantanément, s’ était placée dans l’ orbite de Sirius B. Lentement, elle marqua une pause pour attendre la capsule de Dogon, son père, avec qui elle vivait paisiblement et éternellement.

Sur Sirius, Dogon était chargé de veiller aux fenêtres et ouvertures des châteaux et demeures des Siriusiens, régulièrement attaqués par de puissantes armées inconnues, prenant forme simultanément, semblables à des tornades magnétiques, lors de chaque agression. Depuis peu, il était guetteur dans la tour à canon d’ ondes, dans le pôle sud-ouest. Dès qu'il observait une formation de nuages, Dogon man½uvrait le canon et tirait sur les intrus qui se dissipaient, certains après avoir longuement résisté. Dogon tirait jusqu'à ce que les issues soient bien dégagées pour faciliter les promenades spirituelles des Siriusiens. Alors l'ennemi se dissolvait, tombait en énormes gouttes, puis en brume atomisée, en fin de bataille. Il pleuvait tellement aux abords des châteaux, que les murailles étaient verdoyantes de mousses fines, et la lumière bleutée de Sirius les rendait vert-bleu sombre dans un paysage arboré aux ombres allongées,  que Cilae trouvait énigmatiques. La réalité s’ apaisait dans la fraîcheur ambiante lorsque Dogon rejoignait enfin Cilae.

Dogon rajusta son esprit à l’ instant précis du départ. À son tour, sa capsule bleue sombre s’ envola et rejoignit l’ orbite de la capsule de sa fille. C’ était le signal d’ essaimage pour toutes les autres capsules. Peu à peu, l’ orbite de Sirius B se mit à grouiller et des éclairs orangés déchirèrent l’ espace. Lorsque Sirius B s’ embrasa totalement, les capsules se figèrent sur l’ orbite. Chacune reçut une onde puissante du compagnon de Sirius A, l’ énergie qui promettait l’ éternité aux Grands Mutants de l’ Ubiquité.

Dogon se dit alors que ce voyage à la source serait le dernier puisque les Siriusiens devraient prochainement rejoindre Alpha-Orionis et Beta-Orionis, car la vie de leurs planètes maîtres était sur le point d’ exploser, selon la modélisation des TM G-1111. Il se connecta aux ondes intuitives de sa fille. Elle chantait dans sa capsule, ce qui le rassura. Il lui dirait plus tard qu’ ils venaient d’ accomplir leur dernière migration et lui parlerait à leur retour, de leur transfert imminent.  Elle sur Alpha-Orionis, lui sur Beta-Orionis. Ce serait leur première séparation. »
 

 

Créé par NoWay le 16/11/2018 | Evaluer ce scénario
Ecrire une suite ou une alternative à ce scénario | Commentaires (0)

 

 

12124


Année 2150 - Poudre de roche et chair lyophilisée

 

 

Afficher tous les scenarios du meme type

Après avoir été alerté sur la nécessité de ne plus manger de chair animale, pour des questions d'éthique et de santé, le monde entier connût une courte pause dans l'holocauste des animaux de consommation, entre les années 2020 et 2050. Chacun avait pensé qu'enfin, le monde était en voie de végétarisme. Ce qui n'avait pas empêché l'effondrement de la diversité biologique, ni la raréfaction des espèces animales, parmi lesquelles les abeilles, ni l'amplification du déboisement des quelques forêts qui étaient encore vivantes, car l'humanité ne cessait de proliférer et de dilapider les ressources naturelles de la Terre. En conséquence, faute de pollinisation, la plupart des arbres et des végétaux comestibles disparurent aussi assez rapidement. Á leur tour, les animaux sauvages périrent.

En 2150, quelques éleveurs ont encore de rares élevages de volatiles, ovins et bovins, nourris de copeaux de divers déchets et de chairs mortes lyophilisées. Les conditions draconiennes de production végétale in vitro rendent les cycles de floraison, maturation et cueillette si longs et si contraignants que toutes les populations manquent de vitamines. Seules, les élites consomment le peu de fruits et légumes produits in vitro, alors que la production de cellules animales artificielles est en plein essor; les techniques sont maîtrisées depuis longtemps, et la chaîne de fabrication tenue par des robots, est peu coûteuse et très rentable.

Désormais, il n'est plus interdit de faire de l'élevage d'humains: la chair humaine est très prisée par les fins palais des élites, à qui les meilleurs morceaux sont réservés: cervelle, foie, c½ur, rein, sexe, cuisse et fesse. Les chairs des sexes masculins et féminins ont la réputation de décupler la puissance des activités sexuelles, auxquelles les élites s'adonnent en permanence, par ennui ou pour diminuer leur stress. Les pauvres consomment des sachets de chair de cadavres lyophilisée, peu onéreux. En 2150, il n'est plus question de végétarisme, ni végétalisme ou véganisme, seulement de survie.

Conséquence d'une telle alimentation ? L'espérance de vie ne dépasse pas 43 ans en moyenne, les capacités cognitives sont en déclin, le cerveau étant privé de l'énergie puisée dans la nourriture. Et, en plus d'une multiplicité de maladies et cancers que l'on ne sait plus soigner, faute de moyens et de savoirs, les faiblesses organiques, rénales, cardiaques et pulmonaires sont très courantes. Le monde entier souffre d'une grave carence en vitamines, celles que les végétaux et minéraux lui apportaient autrefois. La prostitution des pauvres auprès des riches qui paient en nature (en fruits et légumes) ne suffit pas à se prémunir de cette carence. Et les fabrications synthétiques sont trop rares et chères pour subvenir aux besoins de 18 milliards d'humains.

L'INRS, l'Institut National de Recherche en Survie (ex INRA, Institut National de Recherche Agronomique) a mis au point un extracteur de minéraux de consommation. La technologie utilisée est dérivée de la fracturation hydraulique qui avait servi, au cours des deux siècles précédents, à prélever les gaz de schiste. Les minéraux indispensables au corps, phosphore, potassium, sodium, chlore, soufre, cuivre, magnésium, manganèse, fer, iode, fluor, zinc, cobalt et sélénium peuvent être aspirés à des profondeurs vertigineuses. Régulièrement, des groupes armés s'approchant des lieux d'extraction pour détourner les drones de livraison, sont atomisés au canon à hydrogène.

L'INRS est également chargé de la distribution des minéraux auprès des populations. Les enfants sont servis en premier, les vieillards en dernier. En 2150, les élites n'ont aucune considération pour le potentiel intellectuel et spirituel d'une personne expérimentée. Seules comptent la santé et la fraicheur des enfants, que les élites s'approprient le plus jeunes possible, pour les consommer, sexuellement ou accommodés en festins de bouche, par des chefs cuisiniers sanguinaires et étoilés.
 

 

Créé par NoWay le 20/05/2018 | Evaluer ce scénario
Ecrire une suite ou une alternative à ce scénario | Commentaires (4)

 

 

Scénarios 1 à 2 sur 2


Base de données
des scénarios

Sommaire