Scénarios arborescents


Arborescences 1 à 30 sur 257

Curiosité archéologique

L'eau s'écoulait sur la surface du sol. L'air s'humidifiait. Il se trouvait désormais piégé au milieu de la pièce.

A cet instant, Jules commençait à regretter d'être venu seul, au fin fond de ce monument oublié de tous.

Il était archéologue et avait découvert un sarcophage de l'ère industrielle. Un symbole ornait la porte de l’ édifice. Il s'agissait d'un point d'exclamation à l'intérieur d'un triangle sous lequel était inscrit en vieux français: DANGER. Faisant fit de l'avertissement, il découpa la porte au chalumeau laser et pénétra dans l'enceinte étroite à l'aide d'un équipement d'alpiniste vieux de plusieurs siècles.

Il découvrit un second sarcophage, dix mètres plus bas. Ce dernier, plus grand, était orné d'un symbole de danger nucléaire. Sachant, grâce aux archives internationales, que ce tombeau n'abritait pas de tels déchets, il poursuivit son exploration en découpant ce nouvel obstacle.

Un troisième sarcophage s'offrit à lui. Un symbole, montrant une tête de mort surmonté de deux os en croix, était dessiné sur la porte. Au moment de l'ouvrir, il pria pour ne pas être sur le point de libérer un gaz extrêmement dangereux ou de laisser remonter dans l'atmosphère des quantités phénoménales de gaz carboniques ou de méthanes enterrés par de rares industriels ayant eu une conscience écologique.

Un quatrième sarcophage, dix fois plus massif que le premier, était terré vingt mètres plus bas. Un rond au milieu de trois croissants autour de lui tournés vers l'extérieur, figurait sur la porte.

Lorsqu'il ouvrit cette dernière ouverture, un escalier en colimaçon l'invitait à poursuivre la visite...

Créé par Schopen le 18/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Dans l'antre du sarcophage

Il sentit le sol se rafraîchir peu à peu. De l'eau s'était infiltré sous ses pieds. L'obscurité l'empêchait de mesurer l'ampleur du problème. Il devait résoudre une énigme pour tout arrêter. Il repensa aux dessins qu'il vit après avoir franchi la dernière porte d'entrée de la bâtisse. Peut-être y trouverait-il des indices ?

Il se souvenait qu'au fur et à mesure de sa descente, d'autres avertissements peignaient la barre centrale de l'escalier. Il vit un serpent menaçant qui ouvrait sa gueule, un autre prêt à dévorer sa proie préalablement étouffé par ses soins, et d'autres représentations qu'il crut reconnaître comme étant les sept plaies de l'Egypte.

Arrivé au bas de l'escalier, une parcelle du sol s'illumina sous ses pieds. Des dalles lumineuses lui indiquèrent un chemin à suivre, s'étirant sur plusieurs dizaines de mètres. La pièce étant totalement plongée dans le noir, il ne sut s'il se dirigeait vers une porte ou si un gouffre s'ouvrirait à lui devant la dernière dalle lumineuse. Il craignait également une illusion d'optique qui le plongerait dans un trou profond dont il ne pourrait jamais s'enfuir. Lorsqu'il posa finalement le pied sur l'ultime dalle bleutée, cette dernière changea de couleur pour prendre une teinte rouge.

Soudain, un bruit suspect se fit entendre. Il se retrouva ensuite dans le noir absolu avant qu'une lumière vive ne laissa apparaître devant lui une sorte de gros téléviseur à tube cathodique. Cette vision lui rappela une photo d'archive de la bibliothèque de son université.

Devant le téléviseur, s'ouvrit une porte. De l'ouverture, sortit un bras mécanique s'avançant lentement vers lui. Un objet indistinct reposait sur le creux de la main de fer. Lorsqu'il s'arrêta à sa portée, il put distinguer l'objet en question. Il fut intrigué par ce qu'il observait...

Créé par Schopen le 23/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

L'énigme

Une ouverture se fit entendre, puis un écoulement d'eau. Il ne comptait plus le nombre d'ouvertures et d'écoulements qu'il avait entendu. L'ensemble devenait assourdissant. Il sentait l'eau remonter lentement ses pieds. Il lui fallait trouver la solution de l'énigme. La panique commençant à le gagner, il décida de fermer les yeux et de se concentrer sur sa respiration.

Inspiration. Expiration.

Il sentait sa sérénité reprendre peu à peu le dessus. D'autres ouvertures et écoulements se firent entendre. Il n'y prêta pas attention.

Il rouvrit les yeux. Le pseudo-téléviseur était face à lui. Le bras mécanique était dépourvu de l'instrument qu'il portait désormais sur le nez.

Ce qu'il avait vu au creux de la main mécanique quelques minutes auparavant ressemblait à des lunettes de l'époque industrielle. La forme était semblable aux lunettes 3D connectées du 21ème siècle.

Après avoir saisi l'objet, il le porta à son nez. Un écran s'illumina à son oeil droit. Le texte qui apparut était du vieux français. Il suivit les instructions écrites et, obéissant à ses dernières, pensa à ouvrir le dossier "rêve". Un nouvel écran apparut à son oeil gauche presqu'instantanément. Il comprit que les lunettes étaient dotées des dernières technologies informatiques et pouvaient fonctionner grâce à la pensée.

On lui demandait un nom d'utilisateur ainsi qu'un mot de passe afin d'ouvrir le dossier. Ne trouvant la solution, les instructions disparurent de son oeil droit pour laisser place à ce qui ressemblait à un indice: "Qui est le créateur ? "

Se mettant à la place des Hommes de l'époque, il inscrivit le nom des différents dieux connus depuis la nuit des temps en utilisant plusieurs combinaisons telles qu'un nom de dieu identique pour le nom d'utilisateur et le mot de passe, puis un nom différent pour l'un et l'autre. Tous les essais furent infructueux.

Un deuxième indice apparut: "Quand a été fondée notre monde ? "

Cet indice devait permettre de trouver le mot de passe. Il inscrivit les dates de création du monde en se basant sur les calendriers des différentes religions et cultures passées et présentes. Sans succès.

Un troisième indice se révéla: "Où vis-tu ? "

Ce dernier indice le laissa dans le brouillard le plus absolu. Il tenta d'inscrire des noms de dieux avec les noms des divers royaumes des dieux ou de l'au-delà dans les différentes religions connues. Il tenta même, en désespoir de cause, de mettre son nom en tant qu'utilisateur et sa date de naissance en tant que mot de passe. Il essaya également l'inverse. En vain.

Alors qu'il perdit l'espoir de trouver la solution, il se dit que le simple fait de ramener cette technologie datant de l'ère industrielle lui vaudrait les félicitations des scientifiques de la planète.

A peine avait-il pensé quitter les lieux qu'un drôle de bruit se fit entendre. Le bruit était amplifié par l'écho, ce qui l'avait fait sursauter. Un second bruit lointain et indistinct accompagna le premier. Sentant le danger venir, il fit lentement un pas vers ce qu'il pensait être le chemin du retour. Lors de son second pas, un autre bruit, plus proche, lui permit de comprendre qu'il s'agissait d'une sorte d'ouverture. C’ était d'un écoulement d'eau. Une vanne s'était ouverte quelque part et de l'eau s'était engouffré dans la pièce dont il ignorait encore le volume. Il revint finalement sur ses pas pour rester au milieu de la dalle rouge.

Une troisième ouverture, puis un troisième écoulement. L'obscurité rendait le bruit effrayant. Comment allait-il se sortir de ce mauvais pas ?...

Créé par Schopen le 24/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Méditation

L'eau continuait de se répandre. Il sentait la fraîcheur remonter au niveau de ses chevilles. Il avait tenté d'arrêter le mécanisme en remettant les lunettes à leur place, conscient qu'il ne les récupérerait peut-être plus. Ce courageux renoncement à la gloire n'avait servi à rien. La seule et unique solution était bel et bien de résoudre l'énigme.

Il avait l'impression de se retrouver dans la même situation que certains archéologues de l'ère industrielle pris au piège et contraints de résoudre des énigmes imaginées par d'anciennes civilisations disparues.

Il chassa les pensées parasites de son esprit et ferma les yeux. Inspiration. Expiration.

L'eau qu'il ressentait désormais au niveau des mollets reposait sur du sable chaud. Les goëlands lançaient leur chant. Au loin, le soleil couchant jetait une onde orangée sur la mer et zébrait le ciel aux teintes pourpres.

L'esprit plus clair, il chaussa de nouveau ses lunettes et ouvrit les yeux. Après avoir lu plusieurs fois les trois indices, il lui semblait que la solution était proche. La clé devait se trouver dans le nom d'utilisateur.

La fraîcheur lui remontant au niveau des cuisses, la panique le gagnait à nouveau.

Il referma les yeux et se replongea dans la plage imaginaire. Le spectacle était merveilleux. La nature toute entière le rassérénait et lui redonnait l'énergie dont il avait besoin. Il se souvenait d'une légende racontant que le monde était en passe de disparaître sous la pollution et les déchets humains en tout genre. La planète tentait en vain de leur faire entendre raison en se manifestant par le biais de tornades, inondations, éruptions volcaniques et autres manifestations que les scientifiques de l'époque pensaient être l'oeuvre du "réchauffement climatique".

Puis, les mentalités changèrent. On comprit enfin le message de Gaïa et l'on considéra qu'en respectant l'écosystème et les ressources naturelles, on pouvait non pas seulement sauvegarder la nature, mais préserver la vie de l'espèce humaine.

Alors, la société évolua vers un monde plus respectueux de l'environnement sans toutefois renoncer à la Connaissance qui restait le seul moyen de mieux comprendre les liens qui pouvaient unir la vie sur Terre.

En y réfléchissant bien, c'était comme-ci un monde nouveau avait été créé...

Une idée lui traversa l'esprit. "Non, ce serait trop simple", pensa-t-il. A peine pensa-t-il au nom d'utilisateur et au mot de masse nés de son idée que le dossier s'ouvrit enfin.

Ce qu'il découvrit le laissa quelque peu perplexe...

Créé par Schopen le 26/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Un rêve éveillé

Un fichier. L'étrange dossier "rêve" ne contenait qu'un unique fichier. Le silence régnait étrangement autour de lui. Il ressentait encore l'humidité au niveau de ses jambes, mais le mécanisme infernal s'était interrompu pour de bon.

Il pensa ouvrir le fichier et se retrouva plongé dans une vaste étendue bleutée...

Un homme se trouvait au milieu de la mer, au moment du couché du soleil. Il était sur un rocher. La mer était calme. Il entendait au loin le bruit intermittent des vagues. Un goëland lançait son chant. Un autre semblait se moquer de lui dans un ricanement à résonance humaine.

L'homme se retourna et vit derrière lui une plage déserte, d'une blancheur irréelle. En se tournant de nouveau vers l'immensité de l’ océan, il avait l'impression d'être seul au monde. Loin des hommes, il se sentait tel un titan prêt à conquérir le monde. Ou plutôt, à le reconquérir. Il lui semblait que les Hommes avaient, depuis trop longtemps, oubliés leurs origines. Il n'y a pas si longtemps que cela, dans le calendrier terrestre, ils étaient des singes vivants dans les arbres. Ils se nourrissaient selon ce que leur offrait la nature. Désormais, ils synthétisaient la nourriture en mélangeant certains matériaux avec des déchets et des produits chimiques. Ils reproduisaient artificiellement le goût des aliments. C'était à peine si l'eau qu'ils buvaient ne provenait pas d'un recyclage d'urine d'origine humaine et animale.

Alors que le soleil se couchait, il fit un voeu: ne plus vouloir dominer la nature et faire la paix avec la planète bleue...


La vidéo se terminait sur les derniers rayons de soleil.

L'archéologue se surprit à ressentir une vive émotion. Il était subjugué par tant de beauté. Il restait quelques secondes sur ce qu'il venait de voir, perdu dans ce qu'il lui semblait être une sorte de paradis terrestre.

Revenant peu à peu à la réalité, il se demanda quelle était la raison qui avait poussé les Hommes de l'époque à protéger une simple vidéo inoffensive par un nom d'utilisateur et un mot de passe. D'autant plus qu'en réfléchissant aux indices qui l'avaient conduits, laborieusement, à trouver ces deux informations, il lui semblait un peu disproportionné de définir le fondateur de "la Nouvelle Société" comme un dieu ainsi que la date de la déclaration de des Droits Universels de l'Homme et des Êtres Vivants comme étant l'an 0 de la création du monde. Et pourquoi avoir enterré cette paire de lunettes au fin fond de ce bunker pouvant mettre à l'abri une quantité phénoménale de déchets radioactifs ?

Ne trouvant aucun autre contenu digne d'intérêt, ni même un indice pouvant répondre à ses questions, il retira les lunettes et les observa attentivement. Cet objet devait dater de la fin de l'ère industrielle, juste avant l'actuelle ère post-industrielle. De plus, la vidéo qu'elle contenait ne lui était pas inconnue. Il lui semblait l'avoir vu dans son enfance, bien qu'il ne put le certifier totalement.

La découverte d'un artefact de ce type pouvait intéressé ses confrères et lui attirer les faveurs du directeur du centre archéologique. Il obtiendrait ainsi plus aisément des autorisations de fouilles. Sa renommée serait ainsi faite.

Satisfait du devoir accompli, il posa les lunettes sur le socle de son sac de rangement miniaturisant, puis appuya sur un bouton avant qu'un rayon invisible ne réduise les lunettes à une taille compatible avec ledit sac. La réduction terminée, il retira les lunettes ainsi que le socle, libérant ainsi l'ouverture du sac. Il y enfourna, enfin, les lunettes réduites.

Alors qu'il tourna les talons pour prendre le chemin du retour, il entendit des bruits de pas résonner entre les murs...

Créé par Schopen le 29/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La rencontre

- Y a quelqu’ un ?

Les bruits de pas s’ arrêtèrent. L’ inquiétude grandit dans l’ esprit de l’ archéologue.

- Si vous êtes là, montrez-vous !

La salle plongea dans l’ obscurité totale durant quelques secondes avant que, dans un même mouvement, toutes les lumières de la salle s’ illuminèrent. Il put ainsi s’ apercevoir de l’ immensité qui l'entourait. Cela ressemblait à un hangar.

A quelques dizaines de mètres de lui se dressait un homme aux cheveux grisonnants.

- Bonjour, salua l'archéologue.

Le mutisme de l'homme lui répondit. Son regard inexpressif était quelque peu inquiétant.

- Vous aussi, vous êtes venu visiter ce lieu ?

L'impassibilité de l'inconnu donnait l'impression à l'archéologue d'avoir affaire à une statue de cire.

- Est-ce que vous comprenez ma langue ?

L'autre déglutit.

- Do you speak english ?

La statue leva son cil droit.

- Hablaïs español ?

L'étrange individu rabaissa son cil et se racla la gorge.

- Sprechen sie deutsch ?
- Kiu vi estas* ? demanda l'homme.

L'explorateur fut soulagé d'apprendre que son vis-à-vis parlait l'espéranto, la langue véhiculaire la plus parlée dans le monde.

- Je m'appelle Jules. Je suis archéologue. Je suis venu ici pour découvrir ce que les Hommes de l'ère industrielle...
- Vous ne devriez pas être ici, coupa l'inconnu.

Jules resta interdit.

- Pourquoi ? Je suis chez vous ?
- Je vous conseille de partir, répondit-il après un long silence.

L'étrange personnage se montrait peu chaleureux. Il semblait fort probable qu'il ne s'agissait pas d'un voyageur ou d'un archéologue. Sa venue peu de temps avant l'éclairage des lieux n'était pas une coïncidence.

- Vous êtes le gardien de ce bâtiment ?

La non-réponse de son interlocuteur fut une réponse affirmative pour l'interrogateur.

- Vous avez découvert le secret ? demanda l'homme.

L'interrogé resta interloqué.

- Quel secret ?
- Vous savez de quoi je parle.
- Non, désolé, je ne comprends pas, dit l'archéologue après quelques secondes de réflexion.

Le gardien tendit sa main après avoir bien observé son vis-à-vis.

- Donnez-moi les lunettes, et vous pourrez partir.

L'aventurier ne s'était pas attendu à cela. Comment pouvait-il savoir qu'il avait récupéré les lunettes ? En regardant la main mécanique ouverte derrière lui, il comprit.

Il sortit son sac, récupéra les lunettes et fit quelques manipulations afin qu'elles reprennent leur taille initiale.

- Vous voulez parler de cela ? demanda-t-il en montrant fièrement l'objet du désir.
- Ne faites pas l'enfant. Remettez moi-ce que vous avez pris.

Jules regarda les lunettes et revint vers son interlocuteur.

- Ah bon, c'est à vous ? demanda-t-il d'un air faussement naïf.

L'autre ne répondit pas et resta immobile. L'archéologue comprit qu'il devait reprendre son sérieux.

- Pourquoi sont-elles si importantes pour vous ? demanda l'archéologue.
- Ce que vous tenez entre vos mains est une arme dévastatrice, bien plus dangereuse que toutes les armes inventées par l'Humanité.

Jules regarda les lunettes. Comment un simple objet inoffensif pouvait faire autant de dégâts ?

- Vous êtes sûr de vous ? Moi, tout ce que j'ai vu, c'est une vidéo d'un homme qui regardait la mer.

L'homme eut un sourire amusé.

- Ne vous fiez pas aux apparences.

Il fit un geste de réclamation de la main.

Jules ne pouvait se résigner à laisser cet objet, fruit de plusieurs années de recherches. Après tant de refus d'expédition, il avait fini par obtenir un avis favorable grâce à son amitié avec un des sous-directeur de recherche.

Il devait trouver un moyen de manipuler le gardien...


* "Qui êtes-vous ? " en espéranto

Créé par Schopen le 30/10/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Illusions

Soudain, son attention se porta sur le sol. Ce dernier lui paraissait étrangement sec.

- Attendez une minute ! Si je me souviens bien, il y avait presqu'un mètre d'eau ici.
- Ne détournez pas la conversation. Les lunettes.

Jules sentait que son vis-à-vis commençait à s'agacer. Il se baissa pour toucher le sol.

- On croirait qu'il n'y a jamais eu d'eau.

L'autre lâcha un soupir. Il retira sa main, las.

- Les bruits que vous avez entendu venaient des hauts parleurs cachés dans tout le bâtiment. L'absence de la vue liée à l'obscurité amplifie les autres sens. C'est votre cerveau qui a cru que de l'eau s'écoulait au sol. De ce fait, vous avez eu l'impression d'être trempée au niveau des jambes. Mais en réalité, il ne s'est rien passé d'autre qu'un désagrément sonore.

L'archéologue resta interdit. S'il n'avait pas trouvé la solution, il aurait été retrouvé mort, noyé. Son imagination aurait été responsable de son trépas.

L'inconnu tendit de nouveau sa main.

- Maintenant, dit-il simplement.

Se remettant un peu de ces révélations, il ne se résignait pas à remettre son objet fétiche.

- Avant de vous le rendre, j'aimerais savoir ce que sont réellement ces lunettes.

L'homme serra les dents.

- Ne posez plus de questions, pour votre bien.

Il n'était pas satisfait de la réponse.

- Je dois comprendre, je suis désolé.

Après une interminable minute d'attente, l'homme retira une nouvelle fois sa main. Il baissa un moment les yeux avant les relever vers le curieux.

- Je vais vous raconter une histoire...

Créé par Schopen le 01/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le lecteur-enregistreur de rêve

- Avant toute chose, vous devez savoir que ce que vous tenez entre vos mains peut-être utilisé comme un lecteur-enregistreur de rêve.

Jules regarda, intrigué, l'objet en question.

- Un quoi ?

L'inconnu eut un sourire en coin.

- Il s'agit d'un appareil capable d'enregistrer et de lire un rêve. Il peut également faire ressentir les émotions et révéler les pensées du rêveur durant le songe de ce dernier.

L'archéologue resta sans voix, au ravissement de son interlocuteur, satisfait de son effet.

- C'est quoi votre truc ? demanda Jules. Un appareil magique ?

L'homme laissa apparaître un autre sourire en coin.

- Rien de magique là-dedans. Il s'agit du fruit d'une avancée majeure dans la science cognitive. Chaque foyer en possédait un chez soit, il y a plusieurs siècles.

Le regard de Jules se porta à nouveau vers les lunettes.

- Comment se fait-il que je n'en ai jamais entendu parlé ?
- Cette technologie a été volontairement oubliée.
- Oubliée ? Pour quelle raison ?

L'homme lâcha un soupir en baissant la tête, hésitant sur ce qu'il devait faire.

- Vous voulez vraiment tout savoir ? demanda-t-il en relevant les yeux vers son vis-à-vis.

Jules n'eut aucune hésitation.

- Oui.

Un temps.

- Même au péril de votre vie?

Cette dernière phrase étouffa sa curiosité. Après réflexion, il lui semblait toutefois possible de négocier avec cet étrange individu. Le mur humain du début semblait se fendre au fil du temps.

- La Connaissance et le Savoir sont les pivots de ma vie, dit-il d'une voix assurée.

L'homme réfléchit un instant avant de dire:

- Très bien... D'après vous, de quand date cet appareil ?

Jules observa l'objet en question.

- D'après moi, il doit dater de l'ère industriel... Bien que le logiciel qui est incorporé me semble beaucoup plus récent.

L'inconnu sourit.

- Vous êtes un fin observateur.

L'homme finit par lui raconter l'histoire de l'étrange objet...

Créé par Schopen le 02/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

A la recherche du rêve addictif

L'homme lui expliqua qu'à cette époque, chaque foyer possédait son lecteur-enregistreur de rêve. L'objet était aussi commun qu'une télévision, une voiture ou un smartphone. Grâce à cette invention, les humains pouvaient "relire" leur rêve et les interpréter plus facilement. L'oubli qui apparaissait dès le réveil était révolu.

Un jour, une société spécialisée dans la production de rêves chercha à créer des rêves addictifs. Après plusieurs années de recherche, ils parvinrent à créer une application capable de détourner certaines fonctions des paires de lunettes. Ce programme permettait, entre autre, d'émettre, via l'écran, un rayonnement cheminant par le nerf optique afin de pénétrer dans le cerveau et atteindre la zone de l'Inconscient.

Le développement du logiciel ayant prit fin, ils élaborèrent un rêve-test. Ce fut celui de l'un des chercheurs qui fut choisi.

- Ce rêve est celui que vous avez visionné toute à l'heure, annonça l'homme aux cheveux grisonnants.

Pour Jules, cette révélation confirma la datation de la vidéo. Mais le souvenir de cette dernière lui donna une impression de déjà-vu.

Profitant de la déstabilisation de son vis-à-vis, l'homme renouvela sa demande.

- Vous pouvez me rendre l'appareil. Vous en savez déjà beaucoup plus que la majorité de la population.

Il tendit sa main. Jules s'apprêta machinalement à le lui remettre lorsque la petite voix intérieure de la curiosité le retint.

- Attendez ! s'écria-t-il. Vous ne m'avez pas expliqué comment ces machines à rêves ont disparu et comment cet appareil a atterri ici.

Malgré lui, l'inconnu renonça à son dessein et continua son récit...

Créé par Schopen le 04/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Les faiseurs de rêves

La société de production onirique, qui se nommait "les faiseurs de rêves", élaborèrent un plan marketing basé sur les réseaux sociaux. L'un des employés, inscrit sur différents réseaux sociaux, publia une vidéo du rêve accompagnée d'un lien permettant de télécharger l'application. L'idée était de rendre impossible la lecture du rêve sur une paire de lunettes sans utiliser le programme. Les premiers jours de ce test semblant fonctionner au regard du nombre croissant de téléchargements, plusieurs autres employés publièrent la vidéo avec le lien sur leurs profils respectifs afin d'en amplifier la propagation virale.

De manière spontanée, chaque lecteur, totalement emballé par le rêve en question, recommanda vivement la vidéo et la partagea en accompagnant le lien de téléchargement. En quelques semaines, ce rêve fut le plus grand buzz marketing de tous les temps.

Les faiseurs de rêves, pris de court par l'engouement suscité, s'empressèrent de lancer une vaste campagne publicitaire invitant les adorateurs "du rêve de l'homme en bord de mer" à venir télécharger d'autres rêves tout aussi extraordinaires "pour la modique somme de 15 euros le rêve".

Cependant, la force du message transmis par le songe échappa au contrôle de l'entreprise initiatrice de l'événement. A travers le monde, des manifestations de plus en plus nombreuses en faveur de l'environnement s'organisèrent. Les manifestants voulurent dénoncer le consumérisme qu'engendrait la société de consommation, l'artificialisation de la société humaine et l'éloignement progressif de l'Homme vis-à-vis de Mère Nature. De violente, la répression des cortèges finit par devenir totalement absente. Les policiers, sensés empêcher ou disperser les contestataires, finirent par les rejoindre. La population dans son ensemble, pour la première fois de l'histoire de l'Humanité, parla d'une seule et même voix.

Quelques mois après la première diffusion de la vidéo, les chefs d'Etat, réunis à l'ONU, proclamèrent la protection de la nature et le respect de l'écosystème comme les principaux objectifs du développement de la civilisation humaine.

Malheureusement pour les faiseurs de rêve, aucun autre rêve ne fut vendu.

Jules était ébahi. Il comprit soudain, d'après les dires de son vis-à-vis, que "La Nouvelle Société", leur société, a été engendrée sur un malentendu.

Après quelques secondes de réflexions, l'archéologue secoua la tête.

- Non, c'est impossible. Les historiens sont formels: ce sont les phénomènes naturels liés au réchauffement climatique qui ont amené les peuples et, finalement, les dirigeants du monde à changer de modèle économique.

L'homme sourit.

- Je suis désolé de vous apprendre que les leçons d'Histoire que vous avez apprises depuis votre tendre enfance sont fausses. La prise de Conscience ne s'est pas faite de manière naturelle, mais de façon artificielle et accidentelle.

Le jeune homme avait l'impression d'entrer dans une autre dimension. Sa tête tournait légèrement. Il avait l'impression que tout n'était que mensonge. Le voile de l'Apocalypse se déchirait dans son esprit. Il résistait.

- Non, je suis désolé, je ne vous crois pas.

L'autre le regardait fixement.

- La vidéo que vous avez vu, ne vous rappelle-t-elle pas quelque chose ?

Jules réfléchit un instant.

- Peut-être... je ne suis pas sûr...
- Réfléchissez bien.

L'homme devant la mer, son regard vers la plage, le chant des goëlands, l'immensité de l'océan, les pensées de l'homme envers la nature... tout s'enchaînait parfaitement comme une suite logique à la conclusion finale. Il avait vraiment l'impression de connaître le film par c½ur, comme un souvenir ancien qui refaisait surface.

- Comment est-ce possible ? se demanda Jules à voix haute.
- Vous vous demandez comment vous pouvez connaître cette vidéo que vous jurez avoir vu pour la première fois.

L'archéologue ne put cacher sa surprise, ce qui amusa le gardien.

- Maintenant, je vais vous raconter la suite de l'histoire...

Créé par Schopen le 10/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le conditionnement

Peu de temps après la Déclaration des Droits de l'Homme et des Êtres Vivants, qui jetèrent les bases de la Nouvelle Société, il fut décidé d'abandonner l'utilisation du rêve addictif. Le vrai changement des mentalités devait se faire de manière naturelle, sans recours à la technologie. Il fut ainsi décidé dans un premier temps que chaque enfant de 3 à 7 ans devait visionner quotidiennement cette vidéo, puis au moment du coucher passé l’ âge de 7 ans et enfin, de temps à autre, à l’ âge adulte. L’ objectif: que les mentalités des prochaines générations restent tournées vers l'idéal environnemental sans renouveler les erreurs passées. La philosophie du rêve serait ainsi inscrite dans l'Inconscient de l'enfant et devait le suivre durant sa vie d'adulte.

- Cela ressemble à du lavage de cerveau ? demanda Jules, abasourdi.
- On appelle plutôt cela du « conditionnement ».

L’ archéologue dodelina de la tête.

- Non, c’ est impossible. Je n’ ai pas vu cette vidéo récemment et je ne me souviens pas l’ avoir vu quand j’ étais enfant.
- C’ est parce que vous faites parti de la génération qui n’ a vu cette vidéo qu’ avant l’ âge de 7 ans. Après l’ abandon du rêve addictif, il fallait abandonner peu à peu l’ utilisation des images de l’ homme au bord de la mer, seul moyen de laisser la Conscience écologiste s'enraciner naturellement. D’ abord, il y a près de deux siècles, la lecture de la vidéo à l’ âge adulte fut interdite, puis, il y a un siècle, ce fut au tour du visionnage après 7 ans. Enfin, il y a quelques années, l'usage de la vidéo fut purement et simplement interdit. Les enfants seront simplement éduqués dans les écoles au bon comportement écologiste.

Les images de la vidéo lui revenaient en mémoire. Il ne pouvait nié avoir déjà vu ces séquences. Il y avait sûrement du vrai dans ses dires. Il lui semblait également que toutes les valeurs de la Nouvelle Société y était bien ancrées. Un sentiment diffus le traversa. Il avait l’ impression de redécouvrir les leçons apprises à l’ école.

Intrigué, l’ inconnu remarqua son trouble.

- Comment vous sentez-vous ?
- Pardon ? demanda Jules, soudain réveillé.
- Vous avez l’ air étrange.

Le jeune homme reprit ses esprits.

- Je repensais juste à cette vidéo. Cela me paraît stupide d’ utiliser de telle méthode alors qu’ il me semble logique de protéger notre planète.
- Je vois que vous avez été bien conditionné, dit l’ autre, un sourire en coin.

Jules se sentit vexé. Il avait l'impression d'avoir été embrigadé dans une secte. Il se demanda finalement si la société n'avait été fondé sur une idéologie, une croyance proche de la religion. Le but de la Nouvelle Société aurait été de créer l'Homme Nouveau, éloigné de ses instincts primaires, pouvant ainsi accéder à un niveau supérieur de spiritualité.

Lorsqu'il sortit de ses pensées, il lui sembla que l'homme s'était rapproché de quelques mètres.

- C'est étrange, commença-t-il, j'ai l'impression que ces images résument bien la Philosophie de notre civilisation... C'est incroyable qu'un simple rêve ait pu changer le cours des choses.
- Il ne s'agissait pas d'un simple rêve, mais d'un rêve addictif.

Alors que l'archéologue regardait les lunettes, l'inconnu se rapprocha davantage.

- Il y a quelque chose que je ne comprends pas. Pourquoi ne puis-je pas emporter les lunettes et la vidéo avec moi ?

L'autre resta muet. Jules comprit qu'il ne voulait pas divulguer certaines informations.

- Ecoutez, si vous ne répondez pas, je ne vous rendrais jamais vos lunettes.

Après un moment d'hésitation, l'homme soupira, las. Il lui raconta la dernière partie de l’ histoire…

Créé par Schopen le 11/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Un objet d'exception

Il lui expliqua qu’ après avoir vu son "rêve se réaliser", l’ auteur du songe comprit le danger que pouvait représenter le rêve d’ un mégalomane ou d’ un tueur en série lu par le biais du logiciel dont il avait participé à la création. Fort heureusement, les rêves qui n’ étaient pas produits par l’ entreprise en question étaient incompatibles avec l'application, afin de forcer les clients à télécharger les rêves made in "les faiseurs de rêves".

Profitant du désordre qui régnait peu à peu, il supprima le logiciel et parvint à effacer toutes traces des travaux de recherche au sein de la société. Malheureusement, il ne pouvait supprimer les copies du programme déjà téléchargées par les utilisateurs du monde entier. Cependant, il parvint à se faire aider par un virus informatique dont la double fonction était de traquer les adresses IP des ordinateurs qui avaient téléchargées l'application et d’ effacer le fichier d’ installation ainsi que le logiciel installé. Finalement, il ne garda qu’ une copie du logiciel et de son rêve enregistré dans une clé USB.

- La vidéo que vous avez vu est issue de cette copie.

Jules regarda de nouveau l’ objet qu’ il tenait entre les mains et comprit l’ importance de sa valeur historique. Plus que cela, l’ artefact pourrait être inscrit au patrimoine matériel et la vidéo au patrimoine immatériel de l’ Humanité, une consécration pour l'archéologue.

- Commencez-vous à comprendre pourquoi cet objet doit rester caché de tous ? demanda le gardien.
- Au contraire, marmonna l’ archéologue, les yeux toujours fixés sur les lunettes.
- Pardon ?

Le jeune homme leva sa tête vers lui.

- Les temps ont changé. Les mentalités aussi. Ces lunettes, au lieu d’ être une calamité, représentent le symbole qui a permis notre salut.

L’ inconnu semblait incrédule face à ses dires.

- Ils doivent être vues de tous afin que le monde sache que l’ Humanité a changé grâce au rêve d’ un individu.

L’ homme aux cheveux grisonnants semblait embêté par l’ entêtement de son vis-à-vis. Il réfléchit un moment.

- Ecoutez, je vais vous faire une proposition…

Créé par Schopen le 12/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Compromis

Je vais faire une copie de cette vidéo et vous la remettre dans une clé USB nouvelle génération qui sera compatible avec votre ordinateur.

Le deal semblait intéressant pour l'archéologue. Il avait déjà vu ces clés USB qui pouvaient être lues sur les ordinateurs modernes grâce à un adaptateur. Il avait été amusé de constater que ces petits appareils de stockage, révolutionnaires pour l’ époque, étaient plus volumineuses que son ordinateur personnel.

- Qu’ en pensez-vous ? demanda l’ inconnu.

En y réfléchissant, Jules trouva quelques failles dans sa proposition.

- Il y a un problème. Lorsque vous allez transférer la copie sur la clé, la date de transfert du fichier sera celle d’ aujourd’ hui. Je ne pourrais pas attester l’ authenticité de la vidéo.

L’ homme semblait ne pas avoir pensé à ce détail.

- J’ ai peut-être une solution, dit-il après quelques secondes de réflexions. Je peux faire en sorte de conserver les informations et la date de création du fichier d’ origine.
- Si vous pouviez faire cela, ce serait parfait. Je serais crédible.
- Mais pour cela, je dois récupérer les lunettes car la vidéo ainsi que toutes ces informations y sont stockées.

Le compromis du gardien lui sembla correcte. Il fallait mieux cela que de revenir sans preuve et risquer de passer pour un illuminé auprès de ses pairs.

- C’ est d’ accord.

Il tendit l’ appareil. Satisfait, l’ homme tendit à son tour son bras, paume ouverte. Alors que ses doigts frôlaient l’ objet tant convoité, Jules se rétracta et le ramena à lui. Une idée venait de lui traverser l’ esprit…

Créé par Schopen le 14/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La révélation

- Attendez une seconde… Pourquoi tenez-vous tant à me donner la vidéo sans les lunettes ?

L’ homme lâcha un soupir et rétracta sa main sans répondre.

- Vous vouliez que je regarde la vidéo une fois retourné chez moi, dit l’ archéologue. Et plus je la regarderais, plus je serais envoûté par son message et ses émotions et moins j’ aurais les idées claires pour révéler mes découvertes. C’ est ce que vous vouliez ?

L’ homme l’ observa un moment, avant de répondre.

- Avouez tout de même que c’ est une meilleure idée que d’ être obligé de vous supprimer.

Jules resta interdit durant quelques secondes. Pour la deuxième fois, il l'avait indirectement menacé de mort. Mais il savait qu’ il était plus coopératif qu’ il semblait le laisser entendre, il tenta de nouveau sa chance.

- Encore une fois, pourquoi ne voulez-vous pas que j’ emporte cet appareil ?

L’ homme redevint muet. Le jeune homme usa de la même stratégie et restait planté devant lui, silencieux. La scène dura de longues minutes avant que la glace ne se brisa enfin.

- Vous voulez vraiment le savoir ?
- Oui, répondit brièvement Jules.
- Réfléchissez bien, car la réponse à cette question est dangereuse et pourrait vous coûter la vie. Jusqu’ à présent, j’ ai fait de nombreuses entorses au règlement, mais je ne pourrais pas lever ce dernier voile sans que vous n’ en payer les conséquences.

Le jeune scientifique fut saisi d’ effroi. Le regard de son vis-à-vis avait changé. D’ humain, il était redevenu froid, inexpressif comme au début de leur rencontre. C’ était un mauvais présage. Mais son entretien avec lui l’ avait convaincu que sous le masque se cachait un être humain.

- Je ne crois pas que vous voulez me tuer. Sinon, vous l’ aurait fait juste après m’ avoir donné les premières informations sur l’ origine de l’ artefact. Avant de faire quoique ce soit, je voudrais savoir pourquoi cette vidéo serait plus dangereuse avec les lunettes que sur un autre support ?

Aucune réponse.

L’ archéologue posa ses yeux sur les lunettes. Intrigué, il les retourna dans tous les sens et marmonna, comme à lui-même:

- Il doit y avoir un dispositif quelconque dans cet appareil qui doit lancer un missile nucléaire...

Aucune réaction de son vis-à-vis. Jules poursuivit sa provocation.

-... à moins qu'il y ait quelque chose à l'intérieur... Et si je le cassais pour voir ? Peut-être que je trouverais une clé qui ouvrirait un tableau de commande permettant d'activer des robots tueurs ?

Jules prit l'objet d'une main et s'apprêtait à le lancer à terre.

- Très bien, lâcha l'inconnu. Vous l'aurez voulu.

Satisfait, l'archéologue arrêta son mouvement et l'écouta attentivement.

- Les lunettes 3D que vous tenez entre vos mains contiennent non seulement la vidéo, mais également le logiciel et l’ application permettant de générer et lire un rêve addictif.

Cette dernière révélation permit à Jules de saisir l'importance de ce qu'il tenait entre les mains. Non seulement il s'agissait d'un symbole, mais également d'une arme à double tranchant, pouvant transformer la société humaine pour le meilleur... comme pour le pire. Il comprit enfin pourquoi l'appareil était stocké dans un bunker antiatomique et pourquoi l'homme en face de lui l'avait mis en garde. Il ne pouvait assurément pas le ramener auprès de ses pairs...

Le gardien profita du moment d'inattention de son vis-à-vis pour lui décocher une droite, ce qui eut comme effet de retourner l'agressé et de le projeter au sol. Profitant de sa position, l'assaillant immobilisa sa victime au sol et fit un mouvement d'étranglement.

- Attendez... 'tendez, je ne dirais rien... 'vous jure... rien... ah...

Le curieux perdit peu à peu connaissance. Lorsqu'il ne bougea plus, le gardien du sarcophage le reposa et vérifia qu'il ne respirait plus. Ceci fait, il vérifia l'état des lunettes. Ces dernières n'avaient heureusement subies aucun dommage durant la lutte. Il la reposa sur la main mécanique qui se recroquevilla. Le bras recula jusqu'à l'intérieur du téléviseur avant la fermeture de la fenêtre. L'homme revint vers le corps inerte et le transporta jusqu'à une autre pièce.

Il n'appréciait guère cette besogne. Il avait pourtant tout fait pour l'épargner, mais la curiosité fut plus forte et finit par causer sa perte.

En posant la dépouille sur une table, il songea aux effets du conditionnement à l'âge adulte et à l'efficacité future de l'absence de conditionnement. L'archéologue était parvenu à garder sa réflexion intacte alors qu'il venait de voir la vidéo qui avait forgé inconsciemment son état d'esprit écologique. Il avait cependant noté qu'il était quelque peu perturbé durant quelques minutes. Peut-être qu'un autre visionnage aurait accentué son trouble, déclenchant probablement un reconditionnement durable, ce qui aurait confirmé l'efficacité du revisionnage à l'âge adulte.

Un regret s'imposa soudain à lui. S'il l'avait persuadé de relire la vidéo, peut-être qu'il n'aurait pas eu besoin de l'éliminer. D'un autre côté, l'archéologue aurait compris son manège et aurait refusé. Et puis, il y avait trop de risques en jeu. Il ne pouvait pas simplement se fier à sa parole et il n'était pas vraiment sûr que le reconditionnement aurait fonctionné sur le jeune homme à cause de sa résistance psychique apparente et de sa curiosité névrotique.

Il s'empara de son oreillette, l'installa dans son conduit auditif et appuya dessus. Un écran holographique apparut devant l'ensemble de son champ de vision. Il pensa appeler son responsable. Il fit son rapport et attendit les instructions. Une fois celles-ci données, il coupa la connexion et s'affaira à sa nouvelle tâche. Il devait enterrer le corps.

En sortant du sarcophage, le gardien pensa aux générations futures. Bientôt, plus aucun Homme ne serait conditionné. L'éducation scolaire suffirait à rappeler aux futurs adultes les idéaux de la social-écologie. Puis, un jour, sans qu'on ne s'en rendit compte, les Hommes redeviendraient égoïstes et le groupuscule dont il faisait partie serait obligé d'utiliser à nouveau "le rêve du sauveur" pour reconditionner les individus. Peut-être était-ce cela l'histoire de l'Humanité: un cycle sans fin.

Créé par Schopen le 21/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Lâcher-prise (alternative)

- Attendez une seconde… Pourquoi tenez-vous tant à me donner la vidéo sans les lunettes ?

L’ homme lâcha un soupir et rétracta sa main sans répondre.

- Vous vouliez que je regarde la vidéo une fois retourné chez moi, dit l’ archéologue. Et plus je la regarderais, plus je serais envoûté par son message et ses émotions et moins j’ aurais les idées claires pour révéler mes découvertes. C’ est ce que vous vouliez ?

L’ homme l’ observa un moment, avant de répondre.

- Avouez tout de même que c’ est une meilleure idée que d’ être obligé de vous supprimer.

Jules resta interdit durant quelques secondes. Pour la deuxième fois, il l'avait indirectement menacé de mort. Mais il savait qu’ il était plus coopératif qu’ il semblait le laisser entendre, il tenta de nouveau sa chance.

- Encore une fois, pourquoi ne voulez-vous pas que j’ emporte ces lunettes ?

L’ homme redevint muet. Jules usa de la même stratégie et restait planté devant lui, silencieux. La scène dura de longues minutes avant que la glace ne se brisa enfin.

- Vous voulez vraiment le savoir ?
- Oui, répondit brièvement Jules.
- Réfléchissez bien, car la réponse à cette question est dangereuse et pourrait vous coûter la vie. Jusqu’ à présent, j’ ai fait de nombreuses entorses au règlement, mais je ne pourrais pas lever ce dernier voile sans que vous n’ en payer les conséquences.

Jules fut saisi d’ effroi. Le regard de son vis-à-vis avant changé. D’ humain, il était redevenu froid, inexpressif comme au début de leur rencontre. C’ était un mauvais présage... Bien que son entretien avec lui l’ avait convaincu que sous le masque se cachait un être humain, un mauvais pressentiment l’ engagea à trouver une autre solution pour gagner sa confiance.

- Ecoutez, commença-t-il, j’ ai l’ intime conviction que vous n’ êtes pas un tueur.

L’ homme resta impassible.

- Cependant, ce que j’ entrevois dans votre regard me laisse penser que ce que vous venez de dire n’ est pas à prendre à la légère. C’ est pourquoi, j’ accepte le compromis et vous remets les lunettes afin qu’ en retour vous me laissiez une copie de la vidéo.

Son vis-à-vis semblait réfléchir.

- Notre accord tient-il toujours ? demanda Jules.
- Parfaitement.

L’ archéologue opina de la tête et tendit l’ objet du délit. Alors que l’ inconnu effleura les lunettes, Jules rétracta légèrement son bras.

- J’ aurais une dernière requête à vous adresser.
- Laquelle ?
- Pouvez-vous me promettre de ne pas vous débarrasser de moi après cet échange ?

Le gardien le fixa un moment avant de répondre.

- Vous avez ma parole.

Satisfait, le possesseur des lunettes remit l’ objet à son protecteur.

- Attendez-moi ici, demanda l’ inconnu.

L’ homme partit dans une autre pièce, située à quelques dizaine de mètres. Il prit soin de refermer la porte derrière lui. Un sentiment de soulagement, de déception et de peur s’ invitèrent successivement chez l’ archéologue. Il était soulagé d’ avoir la vie sauve, mais regrettait de n’ avoir pas réussi à le convaincre de garder l’ objet. Désormais, une sourde appréhension le tenaillait. Il guettait l’ ouverture de la porte avec appréhension. Et si, au lieu de revenir avec une clef, le gardien du sarcophage sortait une arme, le mettait en joue avant de faire ce qu’ il semblait vouloir accomplir depuis le début: faire taire un témoin gênant.

Les minutes s’ égrenaient lentement avant que la maudite porte ne s’ ouvrit enfin. Le gardien ne semblait pas armé. Arrivé à sa hauteur, il lui tendit la main.

- Voici votre preuve.

Soulagé, Jules saisit la clef.

- Merci d’ avoir tenu parole.

L’ autre afficha un sourire en coin, semblant signifier « c’ est bien normal ».

- Avant de partir, j’ aimerais comprendre en quoi ces lunettes sont si dangereuses pour l’ Humanité. Il est clair qu’ il n’ y a pas de systèmes d’ armement cachés à l’ intérieur. A moins qu’ elles ne servent de télécommande ou de clef permettant d’ activer un dispositif militaire quelconque, je ne vois pas en quoi elles sont une menace.

Son vis-à-vis sembla réfléchir quelques secondes avant de sortir les sacro-saintes lunettes de sa poche droite. Il les installa à son nez, semblait faire quelques réglages par la pensée avant de les retirer.

- Si vous voulez connaître son dernier secret, mettez-les et regardez une dernière fois la vidéo.
- Il y a un message caché ? demanda Jules après avoir saisi l’ appareil, soupçonneux.
- Disons que je vous révélerais tout après votre visionnage.

Cela respirait le piège à plein nez. Il se souvenait des effets hypnotiques sur son esprit après l’ avoir vu la première fois. Après réflexions, il se rappela que toutes les informations que l’ homme lui avait révélé était resté dans sa mémoire bien après avoir regardé la vidéo. Comprenant qu’ il n’ avait pas d’ autres choix, il obtempéra

L’ interface graphique semblait différente. Il vit une fenêtre lui demandant de confirmer s’ il voulait lire la vidéo. Il pensa par l’ affirmative.

Le décor majestueux revint à lui. Durant la lecture, il ressentit quelque chose de différent, un sentiment bien plus puissant que la dernière fois. L’ euphorie, puis l’ allégresse l’ envahirent peu à peu. Alors que sa joie était à son paroxysme, la vidéo se termina. Il resta un moment, encore habité par les images. C’ était à peine s’ il avait remarqué que l’ inconnu lui retirait l’ appareil pour le ranger dans sa poche.

Alors que le gardien l’ observait, curieux de voir sa victime perdue dans le néant, Jules lui demanda s’ il pouvait revoir le film, ne serait-ce qu’ une fois. L’ autre eut un sourire en coin.

- Vous pouvez la revoir sur la clef que je vous ai remise toute à l’ heure.

Se rappelant soudain que son bonheur était entre ses mains, il s’ empressa de sortir son mini-pc et de le connecter à la clef. Le clip vidéo, qu’ il vit via son écran holographique, était d’ une bonne qualité.

Une fois cette nouvelle lecture achevée, il ressentit un certain bien-être. L’ euphorie n’ était pas aussi grande que la dernière fois, mais fut suffisante pour qu’ il retrouva sa sérénité.

- Maintenant que vous êtes prêt, je vais vous révéler pourquoi ces lunettes connectées sont si dangereuses.

L’ archéologue fit à peine attention aux propos de l’ inconnu. Il tenta cependant de se concentrer un peu plus sur ses propos…

Créé par Schopen le 24/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Les démons intérieurs

L'homme lui révéla que l’ appareil contenait non seulement la vidéo de l’ homme en bord de mer, à l’ origine de leur civilisation, mais contenait également le logiciel et l’ application pour générer des rêves addictifs.

- La vidéo que vous venez de voir sur les lunettes était en mode « rêve addictif ». Je vous ai donc inoculé l’ addiction à cette vidéo via l’ application comme l’ ont fait nos aïeux, il y a 3 siècles de cela. Et j'y ai rajouté un petit plus. Le rayonnement a pénétré non seulement votre Inconscient mais également la zone du plaisir afin de rendre le rêve encore plus addictif.

Jules ne réagit pas à cette double révélation, sa seule envie fut de retrouver l’ homme en bord de mer. Il activa de nouveaux les images et y replongea, les yeux fixés sur l’ écran.

La lecture achevée, il chercha le gardien. Ce dernier avait disparu. Le jeune homme fut satisfait. Il lui faisait perdre son temps avec ses phrases longues, ennuyeuses et inintéressantes. Il lui semblait, cependant, l’ avoir entendu dire quelques chose comme « vous connaissez la sortie ». La constatation de l’ absence de l’ inconnu effective, il en profita pour regarder une nouvelle fois le film.

Le temps se dilua et s’ écoula sans qu’ il n’ en prenne conscience. Après avoir vu pour le énième fois le rêve de l’ homme en bord de mer, il ressentit de la fatigue. Peu de temps après, la faim le tenaillait. En fouillant dans son sac, il s’ aperçut qu’ il n’ avait plus de vivres. Ni eau, ni nourriture. Il ne sut combien de temps il était resté ainsi, et il n’ en avait cure, du moment qu’ il pouvait lire et relire sa précieuse vidéo.

Par précaution, il jeta un regard sur le niveau de la batterie, celle-ci pouvait encore tenir un bon mois sans être rechargée par l’ énergie solaire. Cependant, il savait que, comme tout être vivant, il avait besoin de se nourrir pour survivre tout comme il avait besoin de dormir.

Alors qu’ il visionnait pour la dernière fois la vidéo, il s’ endormit dans un sommeil peuplé de dunes bleues et de mouettes étranges.

Soudain, un homme s’ approcha de lui et lui tendit une vieille clef usb du 21ème siècle. « Prenez ces lunettes.  », lui dit-il. Alors qu’ il les tenait entre ses mains, l’ homme se transforma en serpent. Sa taille avait atteint deux fois la sienne. Au moment où il ouvrait sa gueule, la clef devint une épée laser dont la lame rougeoyante éclaira le reptile qui reculait, effrayé à sa vue. Jules planta l’ épée dans le corps du serpent. Une main lui saisit le bras. « N’ oublies pas l’ homme en bord de mer », lui dit une voix. Il tourna son regard vers le propriétaire de la main. Il ne reconnut pas le visage, mais cette personne semblait auréolée d’ une lumière bleue. Alors que l’ entité bienfaisante disparaissait dans le halo bleuté, le décor changea. Il vit l’ immensité de la mer devant lui. Il était retourné malgré lui dans sa vidéo préférée. Peu de temps après avoir entendu les goëlands, quelque chose jaillit de l’ eau de mer. Il s’ agissait d’ une gigantesque tête de mort surmontée de deux os en croix qui tournoyaient autour d’ elle. L’ effrayant squelette se ruait vers lui.

Il se réveilla en sueur. Des bribes de son rêve revenaient en mémoire avant de disparaître peu à peu. Il grelottait. Il ne sut s’ il s’ agissait du manque de nourriture ou de visionnage de la vidéo. Il comprit cependant qu’ il ne pourrait pas regarder longtemps cette vidéo s’ il mourrait de faim.

Il ramassa péniblement ses affaires, regarda deux-trois fois la vidéo pour se calmer avant de remonter l’ escalier en collimaçon. Plus il rentrerait vite chez lui, plus il écourterait le temps passé sans visionner la vidéo.

Créé par Schopen le 25/11/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Un autre monde

L'Humanité a élu domicile dans les abysses. Ainsi, l'Homme a réussi à dominer les 100 % de surface terrestre et marine habitables. Il a construit des maisons résistantes à la pression des mers, des sortes de bulles de savon ancrées dans le sable bien qu'à des profondeurs encore dérisoires. Les représentants des états du monde entier se sont réunis pour discuter du partage de ce nouveau territoire. Ils ont décidé d'une séparation ethnique entre les continents. Au total, six bulles géantes ont été crées durant ces 100 dernières années et deux nouvelles pourraient voir le jour. Mais il n'existe pour le moment pas de passage entre les bulles si bien que la diversité génétique et culturelle s'appauvrit. Seuls les médias sont en mesure de relayer des informations entre les Nations-bulles. On ne fait plus apprendre les langues étrangères aux petits africains, aux petits européens, aux petits américains, aux petits océaniens et aux petits asiatiques, éducation devenue inutile. Chacun mène, depuis le Traité du partage du continent aqueux, son petit bout de chemin, sa barque, ployant sous le poids d'une économie instable, peu diversifiée (réduite au traitement de l'eau salée et aux recherches actives et coûteuses).
Des recherches sont donc activement menées pour en savoir toujours un peu plus sur les parcelles potentiellement exploitables. On aurait, à ce jour, plus de connaissances sur le monde marin que sur la Lune à la différence d'il y a 300 ans.
D'ailleurs, l'Homme ne tourne plus son regard, jadis curieux et subjugué par les mystères du ciel, vers les étoiles. Il n'en a plus les moyens et les mentalités changent. On s'interroge bien plus sur la manière de comment survivre sur notre planète que de savoir si la vie existe ailleurs.
Les mentalités changent... les enfants ne se demandent plus si un jour un E. T débarquera pour nous faire comprendre notre place au sein de l'univers, mais si les méduses pourront un jour pénétrer dans les bulles grâce à leurs capacités d'adaptation.
Abandonnant les recherches spatiales, les fusées Arianne 15 et Arianne 16 attendent toujours d'être lancées, pour Arianne 16 achevée. Philae n'émet plus depuis 200 ans et ne donne plus de nouvelles de l'autre comète qu'il avait pu aborder et dont la quête biologique nous aurait été bien utile pour comprendre nos origines. Seulement, l'Humanité ne s'interroge plus sur son passé mais sur son avenir et il n'est pas aussi rayonnant que les scientifiques veulent nous faire croire.
Maintenant, de grands tuyaux pompent l'air d'en-haut pour le distribuer dans les bulles. Mais chacun s'y prend avec les moyens qu'il possède si bien que l'air est devenu une denrée, en aucun cas rare, mais convoitée et que les plus pauvres n'ont pas accès à l'air de façon illimitée. Celui-ci a pris l'ampleur d'un marché mondial.
Quelques crises balayent tous les cinq ans l'Amérique qui n'a toujours pas résolu ses problèmes de développement, apparus il y a 50 ans, et dont la population souffre d'une extrême pauvreté. La solidarité internationale, précaire il y a 400 ans, est inexistante à présent.
Les derniers humains foulant le sol terrestre s'y rendent pour récolter l'énergie solaire. La Terre est couverte de panneaux photovoltaïques, les images satellites conservées dévoilent une grosse boule miroitante.
On ne mange plus que du poisson et les réserves diminuent. Les chercheurs tentent donc de trouver au plus vite l'espèce de microplanctons pouvant être consommée par l'Homme. En creusant dans le sol marin, des virus vieux de plusieurs milliers d'années ont été libéré, causant de vastes épidémies à travers la "bulle Afrique". Heureusement, elles semblent, depuis quelques temps, être contrôlées par les services sanitaires.
L'Homme a donc reproduit, en bien pire, la vie qu'il avait sur la terre ferme. Après des années d'évolution, il est finalement contraint de retourner vivre dans les eaux.
Et il a reproduit les erreurs commises auparavant. Qu'adviendra-t-il quand les ressources marines auront été consommées, sucées jusqu'à la dernière goutte?

Créé par Fourmi 2014 le 03/12/2014 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Dictature invisible

Nous sommes en 2 978. La population humaine est beaucoup moins nombreuse: les Habitants ne sont plus que 200 000 plus les Policiers, qui surveille la Cité (soit ce sont les Policiers de terrain qui font des rondes dans la Cité, soit les Policiers de bureau, installé devant des écrans, qui peuvent nous surveiller grâce à nos puces de géolocalisation)et ma famille(qui est la famille présidentielle). Les habitants sont répartis en castes: la caste des ouvriers(115 000 personnes), la caste des artistes(30 000), celle des salariés(30 000), la caste des scientifiques, chercheurs et enseignants(24 000) et la caste des chefs d' entrepises et de banques(200 plus leurs familles=1 000). Pour recevoir le quota maximum de nourriture, de sommeil et d'argent, ils doivent travailler un certain nombre d'heure. Quelques Habitants ont été mis en prison ou en hôpital psychiatrique car, officielement, leur comportement était dangereux(en réalité, ce sont surtout des individus rebelles...). Si les artistes ou les ouvriers veulent déposer une plainte contre un Habitant d'une autre caste ou une entreprise, les policiers rigolent et leur claque la porte au nez. Mais, maintenant, ils ne vont plus se plaindre car ils ont trop honte. En plus, mon père, le Président, veut faire augmenter les impôts pour les artistes et les ouvriers. Pire, il veut réduire leur quotas de nourriture, d'argent et de sommeil de 30 % pour "faire des économies et augmenter le rendement des entreprises". C'est agacant ! Demain j'irais parler à quelques représentants des "deux castes mal aimées"pour les informer et les aider à se rebeller. Nb: la Cité est un batiment titanesque.
journal intime de Aurore
Dunent, 12 ans, fille du Président Renaud
Dunent.

Créé par lilou51 le 12/12/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le Tyran

C'est de pire en pire. Mon père m'a vu parler avec les artistes et les ouvriers. Depuis, je suis enfermé dans ma chambre et il y a un garde en permanence devant ma porte. Mon père a pris des mesures drastiques: chaque Habitant s'est fait implanté une puce dans le cerveau qui capte les pensées et les rêves. Au moindre pensée rebelle, la personne est arrêtée puis torturée dans le but de lui faire avouer son envie de rebellion. Alors, elle est soit mis en prison soit exécutée publiquement (l'exécution est réservée au artistes et aux ouvriers). Les "2 castes malaimées" ne reçoivent plus d'argent et on leur a repris le peu de livres, de dvd et de jeu qu'il possédaient. Pire encore, mon père a installé des caméras chez les malaimés et a déclaré que les ouvriers et les artistes de plus de 60 ans devront "se faire enlever la vie par des moyens médicaux"! Les artistes sont passés de 30 000 à 5 000! Son but étant de les exterminer. Il ne massacre pas les ouvriers car ils sont trop utiles. Je regrette sérieusement mon acte. Je n'ai fait qu'empirer la situation. J'aurais mieux fait d'attendre que mon père me passe le pouvoir pour agir.

Extrait du journal intime de Aurore Dunent

Créé par lilou51 le 17/12/2015 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Le premier contact

Un jour on les entendit. Cela se passa par un morne mardi de mars. Sylvain Parmentier, 27 ans, était un jeune français. Au chômage, vivant toujours chez ses parents et ayant un goût prononcé pour les jeux vidéos ultra-violents, il avait toutes les caractéristiques du parfait raté. Pourtant, il allait inscrire, ce jour-là, son nom dans l'histoire.

En effet, durant son adolescence, il avait développé un intérêt pour l'espace et en particulier pour ce qui concernait la vie extraterrestre. La première fois qu'il vit le film "Contact", il se mit en tête de construire sa propre parabole pour écouter les cieux. Avec l'aide de quelques amis, il concrétisa son projet dans son jardin (ses parents étaient ravis de le voir enfin faire quelque chose de constructif). Et puis... rien! Il fut tout d'abord assez déçu mais il dut bien admettre que la probabilité d'entendre quelque chose était infime.

Cependant la chance devait lui sourire aujourd'hui. Cela se passa de manière assez simple. Il entendit, d'abord un grésillement inhabituel sur sa machine. Avec son ordinateur il arriva à en localiser l'origine: aux portes du système solaire. Le problème était qu'il ne pouvait rien y avoir à cet endroit-là. Un espoir fou commença à monter en lui.

Il attendit la nuit. Le ciel, par chance, était dégagé. Il pédala jusqu'à l'observatoire du ciel de sa ville. Il connaissait le gardien, Michel Capri, et lui communiqua sa découverte. Ensemble, ils braquèrent le télescope sur la région concernée, et la stupeur les frappa. Sans nul doute, il y avait quelque chose à cet endroit mais l'entité était trop sombre pour être distinguée. Sa présence se manifestait juste par l'émission de multiples lumières (comme des flash pensa le gardien) qui étaient plus ou moins distantes les unes des autres.

- Ça doit être énorme, constata Sylvain.
- 900 km entre les lumières les plus éloignées, d'après l'échelle.

Le scientifique appela sur le champ des collègues et les invita à venir la nuit suivante. Peu d'entre eux répondirent positivement. Ils se retrouvèrent, tout de même, à six pour tenter de renouveler l'expérience. Michel braqua le télescope sur la même région et... rien. Plus de lumières!

Il tenta d'observer autour mais le ciel ne lui renvoyait que l'image d'innombrables étoiles. Penaud, il énonça: "Peut-être que ça s'est déplacé mais en tout cas je suis sûr de ce que j'ai vu". Il avait quand même des enregistrements mais ceux-ci ne pouvaient pas être utilisés comme des preuves si le phénomène ne se manifestait plus.
Fatigué, chacun rentra chez lui.

Le monde allait peut-être continuer sa marche en passant complètement à côté de ces visiteurs.

A suivre...

Créé par Sébi le 11/03/2014 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Une fatale inattention

Trois mois après la découverte de Sylvain, personne ne se doutait de ce qui allait arriver. En effet, les visiteurs avaient pris des précautions suite à l'erreur stupide des prises de vue. Il fallait qu'ils restent cachés s'ils voulaient mener à bien leur mission. Les humains étaient particulièrement occupés à cette époque et cela allait jouer contre eux. La coupe du monde de football avait ce don de faire baisser la garde des hommes, de monopoliser leurs esprits ce qui faisait de l’ événement l'occasion rêvée.

L'assaut fut porté lors du match d'ouverture entre les Etats-Unis (pays organisateur) et l'Allemagne (le précédent vainqueur). La stratégie des frappes était simple: D'abord priver les hommes d'énergie en éliminant les principaux stocks de pétrole et en rompant les oléoducs. A dessein, les visiteurs utilisèrent la technologie rudimentaires des hommes et la surprise leur permit d'atteindre leurs objectifs. Naturellement, chaque nation crut à une attaque d'une armée étrangère voulant profiter de la distraction de la coupe du monde (peut-être la Chine revancharde après son élimination lors des qualifications). Il y eu un quiproquo à l'échelle mondiale exalté par la ferveur belliqueuse des nationalistes. De cette manière, les humains commettaient leur deuxième erreur: toutes les armées du monde étaient sur le pied de guerre alors qu'il n'y avait aucun différent valable entre les nations pour justifier cette situation.

Ainsi, lors de la seconde frappe extraterrestre, cette fois contre les forces armées déployées, chaque pays envoya ses troupes contre ses ennemis géopolitiques, malgré les nombreuses incohérences qui pouvaient être facilement constatées. Bien évidemment, les humains s’ entre tuèrent, les armes les plus meurtrières se déployant sans aucune retenue. Plus grave encore, les capacités de défense de l'humanité furent quasiment anéanties et avant cela elles avaient épuisées toutes les ressources à disposition des populations qui leur auraient permis de fuir ou de survivre.

Fatalement, les visiteurs se montrèrent au grand jour et s'évertuèrent à terminer leur oeuvre. Ils ne cherchaient pas à asservir l'humanité en vue d'un esclavage inter-planétaire, ce qui aurait été une perspective trop douce. En réalité, aucun humain ne devait survivre. L'entreprise fut difficile mais ils y arrivèrent, les différentes poches de résistance n'ayant pas réussi à faire converger leurs forces. Satisfaits de leur travail, ils quittèrent le système solaire en laissant, tout de même, sur Terre une faune ayant l'occasion d'une seconde chance.

Et pourtant...

Créé par Sébi le 16/03/2014 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Une confrontation

Francis Laurent venait d'assister à un fiasco. Pourtant il ne s'était pas fait beaucoup d'espoir lors de l'appel de son ami Michel. Ce dernier, quand même, avait la réputation d'être particulièrement rigoureux et, par instinct, Francis s'était montré intéressé. En rentrant chez lui il avait été troublé par la mine déconfite de son collègue et par les soi-disant preuves qu'il leur avait montré. il demeurait excité par le mince espoir.

Dans sa cuisine, il était en face d'un dilemme: soit appeler rapidement son amie Sandra qui travaillait au radiotélescope d'Arecibo mais qui devait partir en vacance dans la soirée, soit se préparer un bon sandwich (il n'avait pas mangé pour pouvoir assister à la démonstration). Pour se décider, il remit son sort (et celui de l'humanité) au hasard. Il lança une pièce. Pile. Il soupira et décrocha son smartphone.

Contre toute attente Sandra se montra enthousiaste. Après tout, c'était assez rare qu'elle ait une quelconque raison pour justifier son travail. Avec son équipe, elle braqua le radiotélescope sur la région concernée. On attendit, on écouta autour mais bien sûr on entendit rien. Que pouvait-il avoir dans un tel coin perdu de l'espace... "Attendez", lança Sandra. L'ordinateur avait enregistré quelque chose, une faible onde radio due à un échauffement fortuit émanant du vide sidéral.

Ce fut l'effervescence, Sandra ne pensait, plus du tout, à ses vacances en Espagne. On décrocha des téléphones, et en un rien de temps les scientifiques du monde entier furent à l'écoute du ciel. Très vite, les données s'affinèrent. La chose tentait de rester discrète mais elle avait bien du mal face à l'empressement des humains. On avait affaire à une sorte de vaisseau-mère de 900 km de large pour 2000 km de long. D'autres vaisseaux annexes s'étaient déployés le plus "silencieusement" possible mais avaient, quand même, été repéré. Etant donné l'euphorie ambiante du milieu scientifique, les gouvernements durent prendre les choses en main. On demanda à tout le monde de se taire.

De manière solennelle, on décida d'une réunion entre les dirigeants du G20 à l'invitation des Etats-Unis. On donna comme prétexte qu'il fallait, de toute urgence, mettre sur pied un organisme de régulation des migrations qui allaient avoir lieu lors de la coupe du monde de football. 2 mois s'écoulèrent, tout de même, avant qu'on arrive à réunir tout le monde sans éveiller le soupçon.
La présidente Vicky Porter lança à son auditoire:

- Comme vous le savez, nous ne sommes pas seuls. Mais il semblerait que nos voisins aient tout fait pour que nous continuons à penser le contraire. Nous avons pu néanmoins observer leurs mouvements dans notre système solaire. Des vaisseaux extraterrestres se sont, en fait, disséminés dans plusieurs régions que l'on pourraient qualifier de "stratégiques". Nous avons réussi à communiquer avec eux et ils nous ont d'abord dit qu'ils avaient des intentions pacifistes. Mais des images prises par nos satellites artificiels indiquent qu'ils sont en train de fabriquer des armes.
Les chefs d'Etat savaient ce fait mais il était bon de le rappeler pour ce qui allait suivre.

Elle reprit:
- Je ne sais pas s'ils ont à c½ur de ce faire pardonner, mais, en tout cas ils ont accepté de nous reparler pour tenter de se justifier. J'ai personnellement tenu à ce que vous soyez les acteurs de cette conversation.

Elle se tourna vers un homme resté en retrait:
- Allez-y Tim, mettez-nous en contact.
- N'est-ce pas un peu risqué, s'inquiéta le président chinois.
- Vous voulait qu'il nous arrive quoi, fit observer le français.

Là-dessus on laissa Tim manipuler une machine singulière. "C'est OK", dit-il. On attendit et quelque chose, en anglais, finit par se faire entendre:
- Bonjour, misérables humains. Votre heure a sonné, puis le silence.
Tout le monde fut interloqué

A suivre...

Créé par Sébi le 16/03/2014 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le piège

Le premier plan des visiteurs était tombé à l'eau. Néanmoins, ils ne désespéraient de pouvoir bien accomplir leur oeuvre. Ils étaient, en fait, particulièrement tendus, vu qu'ils avaient plutôt l'habitude de prendre les sociétés extérieures par surprise. Ils adoptèrent alors une autre stratégie, aller tout d'abord dans le sens des humains, se montrer au grand jour pour qu'ils baissent la garde. Ils avaient accepté de nouer le contact avec la communauté scientifique en expliquant leur discrétion première par une timidité séculaire. Ils les avaient baratiné en disant qu'ils ne voulaient que la paix et faire profiter les hommes de leur technologie supérieure. Mais les bipèdes ne s'étaient pas laissés berner, leurs télescopes leur ayant révélé la vraie nature de la présence alien dans le système solaire. Il n'était plus nécessaire de leur mentir. Il pouvait même s'avérer intéressant de collaborer avec certains. Pour cela, ils dirent vouloir rester, en permanence, en contact avec les scientifiques. Avec beaucoup de minutie, ils sélectionnèrent un candidat pour leur dessein.

Brigitte Collins travaillait depuis 20 ans pour le département de recherche américain. Le problème: elle était profondément dérangée: elle croyait, en fait, à la théorie du complot généralisé orchestré par les extraterrestres en vue de promouvoir la consommation de masse de produits aliens. Depuis des années elle cherchait à entrer en contact avec ceux qu'elle croyait être les vrais dirigeants du monde, pour leur monter l'étendu de son amour et de sa soumission envers eux. Elle avait réussi à nouer un contact en solitaire avec les visiteurs qui avaient eu des paroles rassurantes pour elle, la confortant dans sa vision spéciale du monde. Un jour ils lui demandèrent d'exécuter quelque chose de particulier en vue de tester sa foi. Elle accepta sans hésiter face aux perspectives que les visiteurs lui offraient.

Ayant été très impliqué dans la prise de contact avec les aliens, elle avait pu se retrouver seule avec le transmetteur qui devait servir lors de la réunion du G20. Elle devait y incorporer une bombe miniature concoctée par les extraterrestres et indétectable pour les machines de sécurité humaines. Pourtant, au moment fatidique, elle hésita. Qu'allait-il se passer après? Les visiteurs fabriquaient des armes dans la ceinture d'astéroïdes et, toujours dans son délire, elle s'imagina qu'elle avait été trompé. Peut-être qu'elle ne collaborait pas avec la bonne race d’ extraterrestres. La concurrence économique existait aussi à travers l'univers. Elle se posa longuement la question…

Flash spécial: "une bombe de très grande intensité vient d'exploser à la réunion du G20. Pour le moment nous n'avons pas plus d'information mais ça pourrait être relié au secret qu'entretenait le groupe de dirigeants"

Tous avaient été tué. Tout le monde s'accusa de négligence ce qui eut pour effet d’ entraîner de nombreux conflits internes pour le pouvoir. L'unité des humains éclata, chaque nouveau dirigeant voulant s'occuper de la question des visiteurs tout seul en vue de se faire un nom dans l'histoire. Les aliens purent mener leurs attaques à leurs aises en ne rencontrant qu'une résistance hétéroclite. Avec beaucoup de satisfaction ils parvinrent à réaliser, une fois de plus, leur projet xénocidaire.

Ils laissèrent la nature reprendre ses droits***

Une fin?

Créé par Sébi le 19/03/2014 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Et si notre intelligence retombait ?

Pourquoi ce serait forcément une mauvaise chose?
Si notre intelligence faisait une chute spectaculaire, à tel point que nous redeviendrons des simplets, incapables de penser négativement au futur, se préoccupant seulement de l'instant présent, étant tous bêtes, et donc ne se moquant pas des plus bêtes que soi, ne considérant plus les études comme un fait important, et étant trop simples pour s'inquiéter de la mort?

Créé par Ettana le 27/09/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Big crunch

L'homme n'est plus homme. Dans une course effrénée, il redevient singe, reptile, poisson, et c'est l'univers entier! le temps marche à l'envers, au secour ! enfin, l'univers redevient le vide, la singularité. La machine à détruire humaine s'est arrêté, et la calme est retrouvé...

Créé par MGL le 21/10/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le président Scientifique

"Les Français veulent du Scientifique. Depuis les avancée d'il y a dix ans en 2020, les gens adorent ça. Il serait intéressant de tenir une politique de soutien de la science."
C' est ainsi que penseront peut-être les présidents dans le futur. Si c'est le cas:
-La sciences fera des avancées(?):
- le programme spatial accéléré
- L' A. D. N. complètement décrypté
- L'homme-animal
- Les scientifiques se lanceront dans la politique. Si c'est le cas, la science, privée de ses apôtres, n'avancera plus.

= Un avilissement général de la Terre et de sa Science. Bouh!

Créé par MGL le 24/10/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Le talent à vendre

Extrait de la brochure d'information pour la société "Talent Immédiat", 1er décembre 2083:

Vous en avez assez de votre vie terne, de votre travail éreintant? Vous avez fait les mauvais choix dans votre jeunesse et n'avez plus l'age de démarrer de nouvelles études, une nouvelle vie? Le travail de vos rêves vous échappe car vous ne possédez pas les compétences nécessaires? N'attendez plus et choisissez Talent Immédiat! !

Talent Immédiat est la première entreprise à proposer la commerce d'idées, de talents et compétences en tout genre! Notre technologie révolutionnaire nous permet de transférer en un instant n'importe quel type de savoir directement dans votre cerveau pour une assimilation totale sous 24h garantie! Vous désirez vous lancer dans l'architecture, mais vous êtes comptable depuis 20 ans? Talent Immédiat! Vous voulez surprendre votre petite amie avec un somptueux récital de piano romantique? Talent Immédiat! Cette fichu promotion vous fait de l'oeil, mais il vous manque juste quelques connaissances pointues? TALENT IMMÉDIAT! ! ! *

Pour la période de Noël, une offre incroyable: Pour une connaissance achetée, une connaissance équivalente offerte* à l'un de vos amis. Changez votre vie, et celle de quelqu'un d'autre! Joyeux noel!


* Contactez notre bureau pour de plus amples informations. Connaissances premier tarif à partir de 1000 Euros.

** Attention, cette offre se limite aux connaissances des offres "talent unique" et "savoirs superficiels", toute offre supérieur ("Cursus nouveau métier" et "Doctorat") ne sera pas prise en compte.

Créé par Adam712 le 26/08/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (3)

 

Transfert des données "talent"

Pour implanter les données dans les cerveaux de ses clients, la société faisait appel à des médecins anesthésistes qui plaçaient le client dans un état de "supra conscience", qu'on pourrait comparer à l'inverse d'un coma: le patient était inconscient, mais les facultés cérébrales étaient décuplées, voire infinies. Les neurones étaient très malléables, créaient rapidement de nouvelles connexions, et se spécialisaient dans des taches plus complexes.

Des neurobiologistes soumettaient ensuite le cerveau à de diverses stimulations, spécifiques au talent souhaité par le patient. Le cerveau, en réponse à ses stimulations créait les connexions nécessaires pour effectuer les taches demandées.

Pour apprendre à jouer du piano par exemple, on stimulait au même moment la zone de l'audition avec une fréquence sonore, la zone de la vision avec la touche du clavier correspondant à cette note, et la zone du toucher avec le doigté correspondant. Le cerveau créait seul les synapses permettant de relier les trois données. Au bout d'une heure, le client connaissait les doigtés de toutes les gammes, accords et harmonies, au bout de trois heures, il pouvait jouer Mozart, Beethoven, et tous les grands classiques. Au réveil, il pouvait composer une symphonie.

Pour les données sportives (arts martiaux, boxe, natation, tennis, saut à la perche), un stimuli visuel, et un stimuli électrique au niveau du muscle permettaient de créer dans le cerveau un réflexe en réponse à la stimulation.

Et ainsi de suite pour la peinture, les langues, la conduite, la danse, les mathématiques...

En état de supra conscience, on pouvait assimiler des années et des années de données de talent.

Il avait fallu des années aux scientifiques pour récupérer les données cérébrales des plus grands sportifs, politiciens, musiciens, chercheurs de l'Ancien Monde, et les rendre assimilables par des cerveaux novices.

Le savoir avait désormais la valeur des dollars. Désormais, on achetait le solfège et l'anglais, on se payait la chimie, la pâtisserie, et on avait oublié la signification du mot "apprendre".

Créé par beechette le 24/09/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (3)

 

L'ère du Gestalt

Mais les scientifiques ne se contentaient pas de ce "savoir fast-food" comme ils le dénommaient. Il voulaient autre chose que des compétences communes à tous. Ils voulaient la capacité d'innover intrinsèque à l'être humain.
Pour cela, on fit appel au bio-mimétisme, science tentant d'imiter la nature.
Les fourmis communiquent grâce à un système de phéromones, mais pas seulement. Elles peuvent aussi s'interconnecter électro-magnétiquement dans ce qu'on appelle une CA: communication absolue. Leurs encéphales sont alors complètement synchrones, échangeant émotions, pensées... et connaissances.
Tout comme des ordinateurs en réseau ont une puissance de calcul démultipliée, on avait calculé que le quotient intellectuel des insectes était porté en moyenne à la puissance X, X représentant le nombre de fourmis participant à la CA.
On implanta des électrodes produisant un champ magnétique linéaire semblable à celui des axones dans le cerveau de deux souris. Aussitôt, comme si un axone invisible reliait les deux souris, les aires cérébrales des sujets se mirent à fonctionner de concert.
On découvrit toutefois un problème. Le choc de la fusion en un seul organisme pensant reléguait l'un des deux cortex à un stade végétatif, latent.
Le cerveau dominait le contrôlait comme si il ne s'agissait que d'une extension de lui, comme un bras ou une jambe supplémentaire. L'autre ne devenait actif que lorsqu'il était stimulé par des ondes thêta ou gamma - ondes produites chez l'homme lors d'activités méditatives, artistiques, spirituelles, ou pendant un état second tel que l'hypnose ou la transe induite par des psychotropes.
Malgré ce risque, certains tentèrent l'expérience, quitte à devenir une demi-personnalité.
Les dominants, ceux qui résistaient au choc, se dirent émerveillés.
Leur double, leur moitié, disaient-ils, leur envoyaient des messages, des images d'un monde que les croyants identifiaient au paradis et que les psychologues pensaient être l'inconscient collectif. De nouvelles compétences, de nouveaux savoirs se développaient, ainsi que des oeuvres d'art sublimes.
Les fusions à trois, à quatre se diversifièrent. L'évolution fut marquée par ces activités et les corps se mirent à changer. Les axones devenus inutiles disparurent. Les neurones avaient une forme sphérique et émettaient une champ magnétique circulaire. Cela éleva le QI humain individuel au carré.
Le cerveau devenant trop exiguë pour le nombre de neurones, ils se répandirent dans la moëlle épinière, puis dans toute la moëlle osseuse en supplantant ceux déjà présents, diminuant les sensations physiques. Dès lors, le corps tenta de maximiser ses sensations afin de remplacer sa force de perception perdue.
La peau devint diaphane et hypersensible.
Les yeux s'agrandirent.
Les muscles et la graisse, mis à contribution pour fournir un apport d'énergie, fondirent.
L'ère du Gestalt débutait.

Créé par Eschatos le 30/12/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Et pourquoi pas ?

Dans un monde bleu et vert devenu gris d'immeubles et de saleté, la vie est bien difficile. Pour ces noirs qui n'ont plus aucun avenir que celui de femmes de ménage, changeurs de couches ou éboueurs, ces pays qui se referment sur eux même, coupant court à toute discussion ou à n'importe quel commerce, ces enfants qui n'ont plus d'autre choix que d'être modelés par leurs proches pour être à l'image de la perfection, ces parents qui ne savent plus comment passer le temps et s'enferment chaque jour plus profondément dans leur travail et leur amertume, et cette société ou être malade et vieux est un mal qu'il faut éradiquer dès qu'il se présente.

Nous sommes en 2035. La nuit, la température atteint -40, et le jour, +50. Minimum. Les rares arbres que l'on peut encore trouver sont dans des parcs, et totalement grillagés, pour ne pas que les passants les abiment. Pas d'animaux errants, pas d'oiseaux qui volent dans le ciel. Les pigeons sont devenus une espèce en voie d'extinction, comme le loup, le cheval, ou la vache. Ils sont enfermés dans une serre immense, recouverte d'un grand globe qui leur donne un climat de vie idéal. Cette serre est gardée en permanence par des militaires, et on a prélevé l'ADN de tous les derniers animaux vivants pour tenter de les cloner. On a déjà réussit avec Bruce Willis, alors pourquoi pas un cochon ?
Après la 3ème Guerre Mondiale, il ne reste plus que 4 continents: l'Amérique, l'Europe, la Russie, et l'Amazonie. Amazonie qui a prit la place de l'Afrique à cause du réchauffement climatique. Le cœur de la terre, il est là maintenant. L'Australie et le Royaume Unis ont disparu à cause de la montée des eaux, et l'Europe est tout simplement l'union des pays qui ont résisté à la crise et à la montée des eaux, c'est à dire France et Allemagne. les autres sont sous l'eau, sous la neige, ou totalement détruits par les bombes.

Ces 4 continents ont donc décidé de créer des guerriers d'Élite. Modifiés génétiquement. Ainsi, lors de différents, les troupes d'élites se battent entre elle, et le vainqueur est celui dont l'armée a le plus d'hommes encore valides. Ça évite de toucher la population, ou d'utiliser encore une fois les bombes atomiques.

Question politique, c'est l'Armée qui dirige le pays. Et comme on vit de plus en plus vieux, en meilleure santé grâce aux progrès de la Science, et que les endroits vivables sont restreints, il faut trouver un moyen de gagner de la place. Ce moyen, c'est de recycler les gens de +60ans en pâtée pour animaux de compagnie. Quant aux étrangers, on garde uniquement les plus intelligents, les autres sont abandonnés là d'où ils viennent. Parce qu'au delà des murs blancs, il n'y a pas de vie. Ou alors les rescapés, ceux qui ont réussit à s'adapter, et donc ont la peau orange, rêche, calleuse. Les yeux rouges et secs. Les ongles noirs de crasse et de viande moisie. Le cerveau brulé par le soleil. Ils vivent sous la terre, en creusant des tunnels. Retour à l'age de pierre: ils utilisent le langage des signes, les grondements, les "r" et les "g". Et ils n'ont qu'une idée en tête: aller vivre, eux aussi, dans les grandes villes derrière le bouclier. Comme ça, ils auront plein de viande à manger. Parce qu'après tout on ne sait jamais: peut être que parmi eux, l'un se souvient qu'il a été humain...

Créé par Aressa44 le 29/12/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (8)

 

Hypothèse plus que probable, n'est ce pas ?

2031. 9h40. Liliane est de retour en France. Elle a passé les tests d'entrée avec ses frères et sœurs, et les a réussis avec brio. Ensuite, elle a fait une formation, avec Charlotte et Cerise, de femme de ménage, jardinière, et elle a apprit comment s'adresser à un patron. Ses frères, eux, ont une formation de chippendales, serveurs, et ont fait de la musculation non stop. Maintenant, ils attendent, entourés par des militaires, que leurs nouveaux patrons viennent les chercher. Santo a passé un bras autour des épaules de Cerise pour la rassurer, et Charlotte serre fort Ange contre elle. Dans les yeux des hommes autour d'eux, il n'y a que mépris. Sauf le jeune châtain, il semble avoir pitié. Bah, il est blanc alors … Il ne risque rien.

Un couple de retraités arrive dans le hall. Le Sergent se dirige vers eux, et scanne leur bras droit à chacun, à l'emplacement de la puce d'identité. Le regard avide et pervers du vieillard se pose sur Santo, et Liliane le voit frémir. Le Sergent se tourne, fait un signe à ses hommes, et ils amènent le jeune homme près du couple. Santo adresse un bref salut à sa famille, et est poussé dans la voiture, sous les hurlements déchirés de sa jumelle. Jamais ils n'avaient été séparés, jamais ! Pour Cerise, on lui arrache le cœur. Alors Liliane se jette sur la vieille femme, la suppliant de l'écouter.

- Je vous en prie, prenez sa sœur avec vous ! Elle ne vous causera aucun tord !
- Celui ci est bien. Laisse nous, esclave.
- Elle cuisine comme personne ! Elle n'exige rien, être avec son frère lui suffit ! ! !

La dame fronce les sourcils, soupire. Elle pose les yeux sur son mari, qui passe la langue sur ses lèvres en regardant Cerise. Il hoche la tête: « On la prend ».

11h30. Liliane a finit les adieux avec Charlotte et Ange. Elle s'en va travailler comme femme de ménage chez un membre de l’Élite et changeuse de couche chez une bourgeoise. Le jeune homme pleure. Que va-t-il devenir ?

- Je ne veux pas … Je ne veux pas … Je vous en prie …

Il s'est accroché au militaire près de lui, tirant sa manche. Ses grands yeux noisettes emplis de larmes accrochent le regard sombre. Mais ce militaire là semble être le plus cruel de tous, le plus désintéressé, le plus méprisant. Il semble se foutre royalement de ce qui peut leur arriver. Seulement, la plus grande qualité de Ange, c'est qu'il voit toujours ce qui est bon en chaque personne. Un vieil homme arrive à ce moment là, et montre Charlotte du doigt, qui lui est amenée. Il regarde Ange, et finit par hocher la tête. Mais au moment ou le Sergent vient le chercher, le militaire lui attrape le bras, serrant fort. Un long silence s'ensuit, les regards s'affrontent, et le vieil homme abandonne. Charlotte, dans la voiture, prie très fort pour son tout petit frère.

Créé par Aressa44 le 09/02/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Autre morceau...

Ma vie est nulle, doublée d'inutile. C'est ce que ma petite voix me souffle tous les matins que Dieu fait. Je suis très croyante, et je me demande vraiment ce qu'il compte faire de moi, ce qu'il a écrit dans son Grand Livre de Toute Puissance. Ce qu'il va faire de mon avenir, en fait.

Moi ? Je m'appelle Louise Bergerac. Oui, c'est ça, riez, j'ai l'habitude ! Entre les jeux de mots pourris et les blagues débiles, je suis servie. Encore, j'aurais été jolie, avec un joli visage et un beau corps qu'on peut exposer avec fierté sur la plage. Ça aurait compensé ce moche prénom et ce nom ridicule. Mais non. Même pas. Alors je supporte. Vous ne me croyez pas, quand je vous dis que je ne suis pas belle ? Ça se voit que vous ne m'avez pas vue ! Je suis châtain, les yeux d'un vert bizarre, avec des points jaunes et bleus qui ne servent à rien. Je n'ai pas beaucoup de poitrine, et j'ai des grosses fesses plates. Ça, c'est à cause des fessées, elles les ont tout écrasé. Sans compter ces gros grains de beauté énormes un peu partout. Mes parents n'arrêtent pas de me dire que je suis belle, mais bon, ce sont mes parents, alors ils ne sont pas très objectifs. Pour eux, je suis plus belle que Monica Bellucci, alors … Bah, on s'en fiche. Je suis moche, un point c'est tout. Je m'y fais.

De toute façon, ce qui compte, ce n'est pas le physique, c'est le mental. C'est ce que me dit toujours ma mamy. Mouais, bof … Bah le mental, chez les hommes, il est un peu partout pareil. Pour eux, un trou est un trou, et de préférence, il faut choisir le plus beau à regarder, la fille pour qui on aura le moins honte de dire: « C'est avec elle que j'ai couché ». Il faut avoir la classe, chez les hommes. Sinon, c'est le déshonneur assuré. De toute façon, je ne les regarde pas, ils ne me regardent pas, bref nous ne nous regardons pas réciproquement. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Attention hein ! Je n'ai pas précisé lequel, de monde. Pas celui ci, en tout cas.

Mais il y en a sûrement un qui est super. Je crois qu'il existe, ce monde super. Je l'ai, dans ma tête. Tout est toujours dans la tête. C'est une question de force mentale. Ça, c'est mon parrain qui me le disait. Il est dans l'armée, alors la force, il connaît Mentale, je ne sais pas, mais brute, ça oui. Je suis sûre que des fois, son cerveau fait des courts circuits, tellement il en a, de la force mentale. C'est peut être pour faire diversion. Il vient peut être d'une autre planète…

La planète d'où je viens, moi, elle est bleue et verte, à la base. Et puis avec le temps, elle est devenue grise, et blanche. Il n'y a pas de vent, pas d'herbe, pas de montagnes, pas d'eau. Les immigrés s'écrasent contre nos murs, sauf les plus intelligents, on les utilise dans nos maisons pour faire la cuisine, le ménage, s'occuper des enfants, etc.

Je vous vois venir avec vos gros sabots: dans les maisons de retraite aussi ? Bah non, pas dans les maisons de retraite, ça n'existe plus ça. Les gens qui ne peuvent plus se prendre en charge sont recyclés en pâtées pour animaux de compagnie. Je me disais, aussi, que mon chat est un peu bizarre ! A force de manger tous ces trucs pourris, il devient fou. Un peu comme moi. Ou peut être qu'on l'a toujours un peu été, fou, tous les deux...

J'aime beaucoup mon chat. En fait, je l'adore. Il s'appelle Marron. Parce qu'il est tout bleu. Heu … En fait je vous explique. Je me suis toujours demandé qui avait décidé qu'une vache s'appelait une vache, ou un dragon un dragon, ou un dauphin un dauphin, ou encore que la couleur rose, bah c'était du rose, et non pas une casserole. Alors comme mon chat est bleu, j'ai décidé de l'appeler Marron. Parce que moi, j'ai décidé que le bleu, c'était du marron. Et voilà le travail ! Et vous voulez que je vous dise ? Son prénom, il l'adore ! Maintenant, nous faisons tous les deux partie officiellement de la Ligue-des-Gens-Qui-Veulent-Appeler-Une-Chose-Par-Une-Autre. Bon, c'est un petit peu long, je vous l'accorde. Mais on n'a pas d'autre phrase plus courte pour le moment, alors … On garde ! Nous avons ainsi décidé de refaire le dictionnaire. Pour l'instant, nous sommes d'accord: un cheval se dit gadagleuk, et un chien, palikou. Pour le reste, on cherche encore.

Je suis à la fac. J'ai 20 ans. Toujours pucelle. Bah oui. J'ai eu un petit copain, mais ça n'a pas duré longtemps. Je ne veux pas sortir avec un mec simplement pour coucher, je trouve ça nul. Et comme tous les mecs pensent ça, j'ai décidé de ne plus en fréquenter aucun. Bien fait ! Ah, ils ne savent pas ce qu'ils perdent, les cocos ! Je suis la fille parfaite. C'est ma tante qui me l'a dit. Et comme elle est lesbienne, elle sait sûrement de quoi elle parle. Il faudra que j'essaie de la convaincre d'entrer dans notre club, elle aura peut être un nom plus court et innovant. Bref !

Je suis en dernière année de Licence Standing, pour devenir hôtesse dans les hôtels de star. Oui oui, on peut, et c'est les études les plus courtes pour faire ce boulot. Les seules, d'ailleurs. J'ai eu du mal à entrer, parce qu'il faut être jolie, mais bon. J'avais un excellent dossier, et ma mère m'a pistonnée. C'est dur, mais je m'y fais. Je ne parle pas spécialement avec les autres de ma classe, ils me laissent tranquille, et je suis dans les meilleures. Donc, pas de soucis pour mon avenir professionnel. Avec un peu de chance, Orlando sera célibataire quand j'aurai un boulot, et tombera sous mon charme. Ça, c'est mon coté grande romantique. Je sais bien qu'un mec normalement constitué ne regarderait jamais une fille comme moi. Du moins dans ce monde. Parce que dans le mien, ça fait longtemps que j'ai épousé Taylor Lautner, que nous avons des enfants, que j'ai lancé ma propre ligne de sous-vêtements, et que je travaille comme secrétaire pour Justin Bieber. Alors vous voyez les filles, vous avez bien de quoi être toutes super jalouses de moi.

Créé par Aressa44 le 13/03/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 


Enceinte de 34 mois

Et si dans 30 ans les médecins réussissaenit à rendre la gestation des femmes plus longue? On parle souvent de naissance prématurées pour les bébés humains, neuf mois ne serait pas assez long.

En 2056, l'un des gènes de la femme est automatiquement muté pour lui permettre d'accueillir un enfant plus longtemps, 34 mois de gestation. Cette nouvelle génération qui a dés la naissance l'aspect d'un enfant de trois ans, apprend dix fois plus vite qu'un enfant de "l'ancien temps". A dix ans ils sont donc autonomes et permettent la création d'un monde plus juste car leur conscience des autres est beaucoup plus élevée.

Le problème de surpopulation de la Terre n'existe plus car aucune femme ne supporte d'attendre un deuxième enfant, il n'y a donc plus aucun manque de nourriture. La poussée de croissance rapide de cette nouvelle humanité ne permet pas aux hommes de vivre à un âge avancé, personne ne dépasse les 50 ans. La population reste donc active et les avancées technologiques sont nombreuses. Les rivalités n'ont pas lieu d'être dans un si court laps de temps, les hommes profitent donc enfin de leur Terre sans en abuser et sans s'entre-tuer pour elle.

Créé par marbla le 24/11/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (4)

 

Et puis tout s'emballa !!

Avec l'avènement du gêne mutant, rallongeant le temps de gestation des femmes, et qui permis à l'humanité de vivre de manière plus harmonieuse avec son environnement; l'espèce humaine semblait avoir atteint l'équilibre.
Mais cette harmonie, le fruit d'un viol génétique commis de la main de l'homme, et suintant d'une hypocrisie convenue et socialement étouffée, avait engendré les semences d'une prochaine étape cruciale pour l'espèce humaine et peut-être la dernière.

Créé par DIM le 21/12/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Prise de conscience et maturité

Avec la life machine et tous les avantages qu'elle amène, l'Homme vivra plus longtemps, n'aura plus de perte de temps avec les tâches ménagères et ce genre de choses. Menant une vie dédiée à ses hobbies, il aura plus de temps pour s'élever et atteindre une certaine maturité. Vivant plus longtemps il comprendra de lui même les problèmes de surpopulation que la Life machine amène. Sa vie rendue facile, la peur ne sera plus présente dans la société humaine, ainsi il limitera son taux de natalité. De cette manière les enfants seront moins nombreux par famille et seront réellement voulus. Ils auront donc une éducation adéquate et un amour sincère de leurs parents. Et la life machine permettrait à l'homme et ses enfants de pourvoir vivre dans la plénitude de vivre ses passions, ses envies, l'art sous toutes ses formes etc...

Créé par grekos le 24/12/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 


La vie quotidienne en 2080

25 Janvier 2080. 22h15

J'ai 100 berges depuis quelques jours. On a fêté mon annif chez moi en famille, avec mes deux filles, mes petits-enfants et mon arrière petit-fils. Haa que je pète la forme aujourd'hui ! Je plais même toujours aux femmes malgré ma petite taille par rapport à la moyenne mondiale, vu que les êtres humains ont encore gagné quelques centimètres mais il y a eu depuis quelques temps un certain tassement par rapport à la pesanteur vu que l'Homme ne peut pas grandir indéfiniment sinon il aurait des grandes difficultés pour se déplacer aisément. Aux yeux de ces charmantes demoiselles, je représente la sagesse, le profondeur, l'intelligence, l'expérience de la vie et même les différentes époques de l'Histoire qu'elles jugent passionnantes (haa ! Les années 80, 90, 2000, 2010, 2020, 2030, 2040, 2050 ! ! ! On ne compte plus des jolies historiennes qui me posent des tonnes de questions pour leurs thèses et leurs études ! hihihi !). Nul besoin de jouer au beau parleur ! Il me suffit d'être silencieux, souriant et tranquille pour les fasciner. Voilà un bien beau fossile vivant que je suis ! Bien que les plus jeunes me donnent facilement 65 ans en apparence...

Bon, je dois aller voir un vieux pote à moi à Strasbourg en compagnie de ma soeur Hélène qui a 98 ans. Elle est venu de Calais me rendre visite et passer quelque jours de vacances avec sa fille qui va sur ces 73 ans. Dire que je les avais connu toutes les deux bébés, ma soeur et ma nièce ! Elles ont bien changé et évolué depuis ! Après une douche contrôlée 15 minutes chrono et m'être rapidement habillé, de programmer mon robot fétiche (offert un soir de Noël de 2072) en mode "surveillance", je sors de mon appart avec vue sur la montagne pour m'engouffrer dans un véhicule automatique zéro pollution, m'installe confortablement sur le siège gauche qui se met en diapason avec ma propre morphologie, demandes à l'ordinateur de m'emmener dans un hôtel strasbourgeois à un endroit précis et appuie sur le bouton de mise en route.

Hélène et sa fille Tilly sortent de l'hôtel et s'engouffrent dans mon véhicule (qui est en fait une location), toutes deux ravies de me revoir !

"Salut tonton Loïc ! "
- Yoo Tilly ! Alors tes nouvelles dents ?
- Nickel ! les robots orthodontistes s'étaient occupé de moi et je n'ai pas dépensé un seul kopek avec ma carte santé !
Elle me sourit de toutes ces dents blanches, neuves et éclatantes, parfaitement alignées. Il est loin loin le temps où l'on charcutait les gens à coups de burin et marteau pour les faire paraître jeunes et beaux.
- Et je n'ai rien senti du tout ! Qu'est-ce qu'on fait tonton ? On va aller chez Jeremy ?
- Ouai, c'est pas loin, il nous a convié pour sa pendaison de crémaillère. Tu vas voir Hélène, c'est un endroit sympa ! Il se fera un plaisir de nous recevoir, en plus y'aura du beau monde !
- J'ai tout ce qu'il faut pour les apéritifs, me répond Hélène. Je t'ai apporté des amuses-gueules si tu veux et aussi un petit cadeau pour jérém'.

Et c'est parti mon coco ! ! !

Le véhicule roule paisiblement. Il fait nuit et calme. Hélène se trouve à ma gauche en train de pianoter sur sa vieille sempiternelle tablette de 2025 qui éclaire son visage concentré et Tilly admire sur le siège arrière la ville de Strasbourg qui a très bien changé depuis plusieurs décennies. En s'approchant du bâtiment neuf de plus de 30 étages dans lequel habite désormais mon vieux camarade, le véhicule se gare automatiquement (au millimètre près) dans un parking conçu à cet effet. Le temps de regarder son architecture élégante à économie d'énergie, ses jardins alentours sur lesquelles brillent des boules de lumières à dominantes bleues, on se dirige tout droit vers l'entrée. L'ordinateur du tableau de bord nous souhaite une bonne soirée, me rappelle que j'ai un RDV demain à 14h00 pile avec Chloé, ma nouvelle petite-amie génétiquement modifiée et se met ensuite en mode "surveillance" à son tour. Ma montre-internet ne manquera pas du tout de me rappeler à l'ordre ^^

On rentre dans un grand couloir lui-même muni de plusieurs ascenseurs. Il y a du beau monde. Certains sont vêtus bizarrement, avec des tissus couleurs "aluminium" qui est à la mode aujourd'hui, serti de toutes sortes de motifs animés. Il y a aussi pas mal de plantes posés à même le sol. On peut contempler des images animées sur les murs et des personnages virtuels en 3D reliefs qui flottent un peu partout dans la pièce, traversant les murs comme des gentils fantômes. On y voit un dauphin qui joue avec des enfants, un ballon rouge qui vole au dessus d'une poussette dans lequel retentit les babillages d'un bébé et découvrir le regard ravi de sa mère, ou bien d'autres personnages plus ou moins grands, plus ou moins fantaisistes dont certains se retrouvent dehors dans les jardins. Sur les plafonds, on peut y contempler des planètes du système solaire et des exoplanètes qui bougent lentement et paisiblement. En traversant ce couloir, j'entend soudain quelque chose qui m'est bien familière grâce à mes implants internes dans mes oreilles qui me permettent d'avoir une bonne audition et de mener une vie sociale normale:

"This is the rythm of the night ! The niiiiiiight ! Hoo yeahhhh ! The rythm of the niiiight ! ! ! "

Une chanson vieille de 87 ans ! La radio publique à remit ça ! Certain que des musiciens archéologues l'ont déniché quelque part dans un tiroir ! Corona doit être morte depuis longtemps mais ça fait du bien de réentendre cette chanson ! Les gens qui vaquent à leurs occupations ne semblent pas du tout s'en préoccuper. Hélène était toute aussi surprise et Tilly se met à rire en voyant mon air ahuri !

Une fois dans l'ascenseur, on se retrouve en compagnie de deux personnes: l'une est un jeune homme portant un vêtement fait d'une seule pièce en couleur "aluminium", son bonnet est également de la même matière. On aurait dit une sorte de très mince combinaison de cosmonaute. L'autre est une jeune fille avec des cheveux coupés au carré couleurs "argenté" (sûrement sa nana) et portant un pantalon beige et un manteau orange criard capable de réchauffer son corps en cette froide période d'hiver. Le genre de look qui aurait fait baver d'envie les ados des années 1990.

On monte jusqu'au 15ème étage, je regarde ma montre-internet. Le visage joyeux de Jérémy apparaît:

"Hellooooooo ! "

(à suivre... ^^)

Créé par LOGEOMI le 03/09/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

La vie quotidienne en 2080 (part II)

Jérémy nous accueille aimablement dans son nouvel appartement. Les deux personnes qui étaient dans l'ascenseur faisaient parties des invités. Jérémy est un peu plus jeune que moi: 97 ans. La Loi reconnaît deux âges différents en cette fin du 21ème siècle: l'âge civil (notre date de naissance) et l'âge physique (calculé d'après tout une batterie de tests médicaux à passer à partir de 18 ans) car la vieillesse ralentit de plus en plus, il est devenu extrêmement difficile de deviner l'ancienneté des individus. C'est un spécialiste en exobiologie qui a beaucoup enseigné dans différentes écoles et universités de Strasbourg, de Lyon et de Paris. Le terme "travail" ne fait plus beaucoup partie de notre vocabulaire, disons qu'il vaut mieux parler "d'activités constructives" qui permettent de contribuer à la société française tout en recevant pas mal d'avantages en retour: avantages sur l'accès à la santé et aux soins, sur la sécurité, sur le logement, etc.
Nous sommes 7: moi, ma soeur et sa fille, Jérémy, Amélie sa fille aînée, deux amis. La visite est intéressante car l'appart est entièrement neuf. Il est constitué d'une cuisine, d'une chambre suffisamment grande pour accueillir au moins 2 personnes, d'une belle salle de bain avec un miroir tactile et d'une douche chronométrée, d'un petit salon, d'une petite salle à manger avec des fenêtres anti-bruits et autonettoyantes, d'un beau balcon avec vue sur la ville de Strasbourg. Il y a même un garage en dessous. Rien de luxueux mais c'est propre, correct. Diverses décorations et plantes égayent le tout. Un bien beau petit paradis personnalisé !

Je me plante devant la fenêtre de la petite salle à manger, contemplant la ville et le ciel nocturne en buvant mon sirop d'anis. En regardant de plus près avec un simple télescope, il est possible de distinguer des bases artificielles près de la Mer de la Tranquillité et de la Mer des Humeurs et dans d'autres régions lunaires. Elles servaient (et serviront encore) de tremplins vers d'autres voyages, comme ceux vers Mars en vue d'une future terraformation. Des filets de lumières multicolores vont et viennent dans tous les sens mais de manière parfaitement ordonnée dans cette ville. Ces bolides roulent paisiblement, automatiquement, silencieusement, économiquement, bien sagement à la queu-leu-leu. Il faut dire que les radars sont depuis fort longtemps abandonnés, relégués au rang d'antiquités. La soirée se déroule dans une ambiance bon enfant, avec un bon apéritif, un petit repas sympa à base de cuisine moléculaire et nanotechnologique où l'on peut manger des salades avec un goût de banane, ou un morceau de viande pré-fabriqué avec un goût de marsmallow. Puis on s'était mis en tête de jouer dans le salon, comme des gamins pour égayer la fête, en s'installant dans un fauteuil moelleux: chacun d'entre nous arbore une sorte de serre-tête très fin qui est en fait un système permettant de détecter nos mouvements, nos émotions et nos pensées. Devant nous se trouve une console en forme de plateau noir posé à même le sol, diffusant des jeux vidéos, des contenus internet en ligne, des émissions et autres films, le tout en relief dans lesquels on peut y submerger. Nous sommes à l'intérieur d'un vaisseau spatial virtuel. Je fais équipe avec ma soeur et sa fille pendant qu'une autre équipe se forme rapidement, composée de Jérémy, ses deux amis. Amélie acceptant de jouer la méchante, elle a pour mission de nous barrer la route et de protéger sa place de dictatrice galactique ^^
Elle se trouve sur une planète tellurique à la tête d'une armée féroce pendant que je pilote le vaisseau par la pensée et que les autres se préparent au combat. J'atterris sur cette planète tout en semant des robots-volants qui me tirent dessus. Le niveau m'indique un niveau de stress "jaune", ce qui signifie que je me maîtrise plutôt bien. Mon rythme cardiaque est bon et je souris à l'idée du "carnage virtuel"qui aura lieu sur cette carte composée de dunes, de temples dignes de l'Egypte antique, de monstres effrayants, d'endroits stratégiques dans lequel se cacher. On a beau avoir un âge avancé, cela ne nous empêche pas de garder une âme d'enfant. Nous sommes après tout de la "Génération Tétris" !

J'atterris à peine qu'Amélie me lance déjà une attaque en envoyant une armée de 52 robots roulants tirer sur mon vaisseau pendant que les avatars des autres invités posent pieds sur le sol en dessous de la carcasse. S'en suit une "bataille sanglante" à coups de tirs, de cachettes, de stratégies, de coups tordus, de bluffs, de points gagnés ou perdus, d'appel au secours, de bonus cachés ça et là, d'explosions à gogo, de ramassages d'armes et autres systèmes d'invisibilité et de détection. On se marre tous comme des gosses. Hélène réussit à tirer sur un des temples dans lequel est caché la "méchante" Amélie mais son niveau de stress atteint le niveau rouge, ce qui lui fait perdre sa vitesse d'action. J'envois en pensée des instructions à mon équipe dans le but d'encercler l'avatar d'Amélie qui réussit à s'enfuir de sa cachette désormais en ruine. Deux robots avec un IA conséquent réussissent l'exploit de pénétrer dans mon vaisseau en devinant le mot de passe du sas et se mettent à courir en direction d'un ascenseur pour me trouver et me tirer dessus. Le jeu atteint son point culminant, je dois me défendre tout de suite avec la seule force de la pensée pendant que mon équipe fait bloc autour d'Amélie et de ses acolytes quelques mètres plus loin pour un dernier combat. J'essaies de vider mon esprit et de me concentrer sur les deux machines qui me font face, leur arme dirigé contre moi. Je réussis à garder mon bon niveau de stress et de cardio, puis j'esquive leurs tirs puissants. Mon niveau de vie m'indique que je viens quand même d'être touché au bras et que les points ont chuté. Amélie essaie d'envoyer un troisième robot qui essaie de se faufiler discrètement pour rejoindre mon vaisseau mais Tilly l'intercepte rapidement et lui tire dessus: il explose. Ce court moment de distraction profite à la "méchante" qui tirer tout de suite sur Tilly qui tombe raide "morte". Mon poing flingue la tête du premier robot mais l'autre me touche très violemment une fois de plus, j'essaie de me concentrer sur mes pensées mais mon avatar ralentis ces mouvements, ce qui permet au mon ennemi virtuel de me viser plus facilement et de me "tuer".

Je suis Game Over.

Mais la "méchante" et son armée ont finalement été maîtrisés grâce à la pugnacité du reste de mon équipe ! ^^

Il existe d'autres jeux, dont certains sont des jeux dits "méditatifs" pour aider les gens à mieux diriger leur mental. Ces systèmes ingénieux sont comme des "sparring-spartner" qui ont permis des progrès très considérables dans le traitement de nombreux troubles de comportement et de toutes sortes de maladies.

01h35 du matin.

Ma soeur, ma nièce et moi sortons dehors après avoir passé une excellente soirée. Face à mon tableau de bord qui me souhaite la bienvenue, je tapote sur l'écran relief qui me présente plusieurs design différent. En choisissant le design LB008, téléchargé en ligne via le cloud. 4 et en le validant, la voiture se met doucement à changer de forme et de couleurs: elle ressemble désormais à une Lamborghini Insecta de couleur orange mais en un peu plus petite car nous ne sommes que trois. L'ordinateur de bord diffuse ensuite une musique douce car il a détecté un petit niveau de stress de mon côté pour la simple et stupide raison que j'ai crains d'arriver en retard à mon rendez-vous avec ma gonzesse demain !

D'ailleurs ma montre s'allume et le beau visage rayonnant de Chloé apparaît:

"Helloooooo ! ! ! ! ! "


(à suivre...)

Créé par LOGEOMI le 09/09/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

La vie quotidienne en 2080 (part III)

Mon oreiller se met à vibrer, mes yeux s'ouvrent et découvrent Yuki planant juste au-dessus de moi avec beaucoup de légèreté. Yuki est un personnage virtuel créé de toute pièce par mes soins via un logiciel spécifique fabriqué en France. Inspirée des vocaloïds japonais des années 2010, elle est chargée de me réveiller en douceur avec sa voix chantante et de diffuser une lumière douce pour m'aider à bien me réveiller. Yuki virevolte dans ma chambre puis s'arrête, fouille dans sa base de donnée, analyse mon agenda interne puis me dit:
"Tu as rendez-vous avec ta petite-amie Chloé ce matin. Fais en sorte de ne pas arriver en retard ! C'est dans la forêt de Krafft qu'elle t'attend. Ton petit déjeuner est prêt dans la cuisine. "

Haa ! Oui ! Chloé !

J'arrive tout bien habillé bien coiffé au lieu de rendez-vous. Ce n'est pas vraiment dans la forêt de Krafft mais presque, il s'agit en fait d'une forêt secrète semblable à celle d'Amazonie, mais en plus petite, avec des lianes, des très vieux arbres, des végétations luxuriantes et bien des espaces naturels où il fait bon se promener. Et elle na jamais été touchée par l'Homme. Peu de gens osent s'aventurer dans cet endroit. Chloé est bien installée à côté de moi dans la méduse volante louée depuis hier pour l'occasion. Ce moyen de transport très pratique, léger, économique, quoique un peu lent mais idéal pour une matinée romantique en toute saison est désormais très répandu en France et un peu partout dans le monde. La méduse fonctionne grâce à une multitude de filaments gracieux et à son dôme blanc laiteux qui sont autant de capteurs d'énergie solaire que de celle de l'énergie du vide quantique. Chloé et moi possédons des lentilles issues de la nanotechnologie le plus perfectionnée, qui diffusent autant d'informations utiles, souvent en temps réels, connectées à la méduse qui s'élève élégamment dès que je lui donne mon "feux vert" après lui avoir tracé l'itinéraire de cette promenade.

Le soleil est bien levé, il faut un peu gris, mais le sol qui passe sous nos pieds nous offre un bien beau spectacle: c'est le calme blanc pour les arbres magnifiques et la nature qui hiberne en vue du réveil du printemps, la neige à profusion, des promeneurs qui sont autant de fourmis vaquant à leurs occupations. La température à l'intérieur de la méduse est réglée à 19, 2 C°. Chloé est ravie. Elle vient de finir de tapoter sur le tableau de bord holographique sous la forme d'une fine bande panoramique lumineuse semi-circulaire en connexion avec le monde entier, et disposant de milliards et de milliards d'informations et autres services pratiques. La commande d'une pizza aux chorizos vient de passer pour être transmit directement chez le livreur qui passera automatiquement chez elle à midi pile. Quand à moi, j'ai opté pour un zoom en direction d'un héron qui vole tout près de nous: l'animal est agrandi puis photographié avec mes lentilles avant d'être enregistrée en ligne dans mon réseau social favori visible sur le tableau de bord. Et tout en regardant autour de nous pour apprécier le paysage naturel, on s'installe très confortablement.
- Et bien Loïc, ça fait longtemps que je ne t'ai pas vu, je suis vraiment heureuse de te revoir et cette promenade est une bonne idée pour bien démarrer la journée et recharger ma batterie. Je t'en remercie.
- Tout le plaisir est pour moi, j'espère que tu n'as pas été trop épuisée par tes études sur la colonisation de Mars ?
- Ho non, ça va encore, je dois continuer à prendre contact avec la première génération de martien qui vivent la bas, ils sont formés depuis leurs plus jeunes âge à la terraformation, à la science, à la politique, à la psychologie humaine, et à bien d'autres domaines. Il est à prévoir des mutation génétiques et donc à des modifications de leur morphologie et... ho et puis zut, je n'en dirais pas plus car sinon je ne vais pas pouvoir profiter de cette rare promenade. ^^

Chloé a été génétiquement modifiée si bien qu'elle possède une silhouette à faite baver un pape. Même son intelligence et ses capacités cognitives ont été améliorées grâces à des implants dans son cerveau. C'est une femme absolument magnifique avec des cheveux coupés au carrée, des yeux d'un bleu intense qui fait "paf ! ", des lèvres bien dessinés et une belle personnalité. Elle a repris ses études en vue d'être psychologue pour les martiens d'origine terrienne et s'intéresse beaucoup à Mars et au rêve de terraformation.

Nous admirons ces paysages qui défilent sous nous, ces oiseaux qui nous frôlent, des images prises en direct de la méduse et mises en ligne sur internet 6. 0.

Et toutes ces lumières clignotantes de toutes les couleurs qui animent l'agréable habitacle de la méduse, ces sièges moelleux confortables qui épousent notre corps, ces gazouillis des oiseaux un peu rare mais tellement agréables aux oreilles. Nos pensées s'estompent pour faire place à la contemplation pure et simple, au maintenant, à l'instant présent. Parfois nous croisons d'autres méduses, les locataires nous font signes de la tête en guise de "bonjour".

La méduse descend lentement pour atterrir doucement puis s'immobilise silencieusement avec l'aide d'un personnel. Les données sont téléchargées dans nos lentilles avant d'être effacées du tableau de bord. La promenade a duré 2 heures. Et c'était agréable. Chloé est rechargée d'énergie, prête à se replonger dans ses études.

La prochaine fois, nous referons la même chose mais sous une nuit étoilée, un soir d'été. Ce sera dans cette méduse que nous ferons un enfant. Un terrien cette fois. Une petite fille peut-être. J'ai beau avoir 100 berges... ^^

La vie quotidienne en 2080 est bien différente de votre époque. Les tablettes et autres ultrabooks n'existent plus. Chaque objet et même le vide est un "écran" holographique où tout peut apparaître partout et à tout moment. L'énergie solaire et du vide est très bien maîtrisée, propre et quasiment infinie. Les piles et autres accus font partis des antiquités. La pollution a quasiment disparue. La créativité explose et fait même partie de notre identité. Notre espérance de vie a beaucoup augmentée mais notre jeunesse dure plus longtemps, les personnes courbées avec des cheveux blancs et des rides partout sont rares. La violence n'est plus acceptée un peu partout dans le globe, considérée comme un vulgaire moyen d'étaler ses faiblesses. En 2080, l'Homme fort est celui qui sait gérer tout seul son mental et ses actes. C'est celui qui se dépasse lui-même. Notre vie quotidienne, même si elle n'est pas parfaite (rien n'est parfait et c'est tant mieux !) est déjà bien plus confortable et plus douce qu'il y a plusieurs décennies. La-bas, sur Mars, il y a des bases un peu partout, y compris sur la Lune. Des gens y travaille, des robots aussi, en liaison avec la terre, avec des étudiants, des "fans", des magazines d'actualité scientifique, etc. Des nano-robots ont étudiés, filmés, photographiés des astéroïdes et autres comètes en profondeurs, sondés Titans, Encelade et autres satellites. Le monde réel et virtuel sont imbriqués les uns dans les autres comme des poupées russes. Nous savons créer des mondes virtuels aussi réalistes que la réalité elle-même et inventer toutes sortes de choses aussi farfelues les unes que les autres, comme voler en apesanteur tout près d'une vue d'artiste de la galaxie d'Andromède par exemple ou passer gratuitement des vacances mentales sur une île paradisiaque imaginée de toute pièce. La Terre est devenue intelligente et connectée avec tous les êtres humains, y compris avec les animaux comme les dauphins ou les cheveux, et même avec la végétation. On sait traduire le langage de presque tous les êtres vivants et communiquer en direct avec eux. J'ai moi-même un ami dauphin qui vie en Floride et qui attend mes photos avec impatience. Il m'apprend plein de choses et je lui apprends plein de choses à mon tour, il y a des nombreux échanges positifs, cela nous a permis de mieux nous comprendre. Des progrès considérables ont été faits dans ce que vous appelez "l'écologie", mot tombé en désuétude. La société à évolué de façon spectaculaire dans bien des domaines. Bienvenue en 2080. J'ai 100 ans. Je suis en pleine forme.









Créé par LOGEOMI le 01/01/2012 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (3)

 


Génèse de la fin de la seconde guerre mondiale

2354: le laboratoire, illuminé de lueur bleuté, grouillé de scientifique, de militaires, de politique. les politiques ne comprenaient pas pour quoi ils en était arrivée là. des millions d'euro et autant de dollars pour ce proget fou. l'europe vivait sous le joug de l'occupant allemand depuis 415 ans les différents réseaux de résistants tanté de renversé la tendance. au prix de milliers de morts, l'occupant allemand, lui continuer, lentement a gagner du terrain par le nord, l'écosse était maintenand sous la banière allemande. les résistant on mis en place la cellule oméga, la plus secréte des organisations connue que par deux personnes, le général duchatel et le professeur arition. les deux hommes avaient organisé les prisent de contactes des hauts dignitaires de chaque pays occupé. tout les hauts dignitaires ont accepté les financements demander par la cellule oméga. le but, envoyer des troupes de résistants de l'an 2300 sur le front d'origine en 1944 afin d'évité le fiasco du débarquement, ainsi ils éspèré bloquer les allemands et les repousser dans leur pays avant que leur influence ne soit que trop importante.
donc oméga est en ébullition, mais pas sur l'envergure souhaité initialement.
le soldat et résistant nicolas faucon tenait dans sa main un sac contenant des plaques d'un aliage noire ayant des reflets orangées. sur son poigné, un bracelet métalique de la meme matière que les plaques circulaire du sac, mais ce bracelet sembler etre équipé d'un etrange mécanismes.
le sientifique expliquer a nicolas ces attente
" dans cette zone, il y a deux pont, des marais il faudrat trouver du personnel pour coupé toute les communications adverse et une équipe de "collaborateur" qui détruira les armes antiaériènne. vous devrais avoir fini avant la date du débarquement, comprit
-oui monsieur, je vais réussir. " dans son ésprit, la certitude de sa réponse n'était pas évidente.
le scientifique lui rappela.
" n'oubliez pas, pour revenir ici, on a qu'une courbe temporel possible au 5 juin 1944, et les plaque doivent etre disposaient exactement aux quatre point cardinaux. ces points sont les seul point permanant dans l'éspace temps. une plaque de mal pacer et c'est un retour n'importe ou et la terre est recouverte a 70 pourcent de mer et d'océans vous n'avez pas le droit a l'erreur !
- oui, je le sais ce qui me dérange c'est que je suis loin d'étre un bataillon . et de ouistréam a cherbourg il y a plusieurs kilometre et je n'aurais aucune existance, que ce soit pour les français ou pour les allemands
- je sais, d'autant plus ne raté pas vos missions.
les politiques regardèrent les militaires, ceux ci mirent en route les couteux ordinateur et les générateurs ils savait qu'il n'avait droit qu'a un essaie, ensuite les pertes d'énergie des trois régions serait remarqué par l'occupant et la suite deviendrait incotrolable, en cas d'echec de la propulsion intemporel.
nicloas ce plaça au centre d'une plaque gigantesque ressemblant a celle qu'il transporté. les générateurs étaient a pleine puissance et les régions furent plongées dans le noir. l'homme au milieux de la plaque s'éleva en appesanteur les cheveux electrisés, une vibration assourdissante ce fit ressentir. pour lui le voyage comença, a travers les temps.

Créé par nicolas de saintange le 30/07/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le voyage vers la seconde guerre mondiale

Il voyait tout ce troublait autour de lui, les ordinateurs, les générateurs, les sientifiques, l'air inquiéts, ils observaient le phénomène issu de leurs recherches. nicolas lui observait ce monde de plus en plus abstrait. dans sa tete, les informations circulaient, comme des flashs, comme une contine lensinnante.
elles revenait dans son esprit.
"d'abord, il faudrat que vous mettiez en place votre propre équipe. que vous repériez les point stratégiques qui nous on échappé a l'époque et qui nous on couté si chers , ensuite vous mettrez en place les actions qui nous permettrons de remporté la victoire.
vous possedez dans cette sacoche tout les points important a détruire, dés votre arrivé labas, localisé les points, mémorisez les et détruisez la liste, compris. "
biensurt il avez compris mais, aura t il le temps ?
autour de lui la lumière disparue peu a peu pour faire place a un noir absolu. les plaques en alliage dans la sacoche ce mirent a luirent d'un couleur ambré voir orange foncé. ces sens, troublaient par le manque d'appesenteur ce troublaient. tournait il sur lui méme, s'élevait il ou tombait il ? il ne ressenté pas d'air en mouvement, autour de lui, mais pouvait réspiré librement sa montre semblait détraquer, les chiffres de son ecran allaient tantot vers midi et tanot reculaient vers six heures. le bruit des générateurs, peu a peu c'était amoindri pour devenir inodible et enfin innexistant. nul vitesse ne semblait existait dans cet étrange voyage, il était surpris de ne pas ressentir de douleur, mais sa surprise fut de courte duré ainsi que le calme de ce voyage. ces oreille ce mirent a bourdonnaient, doucement d'abord puis de plus en plus, son corps fut pris comme dans un étaux qui ce serrait lentement.
dans le laboratoire, les sientifiques ce félicité de cette première réussite quand un des laborentin s'approchat de son supérieur.
" monsieur.
-oui stefen !
- il y a un point que l'on a pas calculé, monsieur.
-expliquez moi, soupira le professeur.
- dans nos calcule, on ne tien compte que de la réalité passé, or j'ai voulu me pencher sur la réalité relative etéventuel du futur possible.
- et alors, s'impatienta le scientifique visiblement agacé.
les résulta de mes calculs viennent juste d'arrivés. on a 98 pourcent de probabilité relative que aucun de nous ne voient le jours si il réussi la mission.
- QUOI ! ! !
- oui monsieur, et nul ne sait ce qui adviendra de nicolas si il revient. car, si il revient dans notre époque mais dans un monde en paix. ce laboratoire n'aura eu aucune raisons d'existé. donc...
le proffesseur s'affala d'un coup sur une chaise, regarda son subalterne et l'intérrogea, d'une voix a peine odible
-vous etes surt? ? ?
l'assistant inclina de la tete en signe d'approbation...
nicolas ne pouvait plus réspirait que par petite inspiration, soudain, des bruits lui vinre au oreilles comme une cloche qui sonnait, est ce la mort ? il sentit de la vitesse, le noir absolut disparue peu a peu et des images flou ce décinèrent, avec une dominante verte, puis les reliefs ce précisèrent, d'autre teintes aussi et alors la pression des étaux ce libéra d'un coup, propusant nicolas dans les air d'un nouveau paysage. le choc contre le sol fut violant, l'herbe, humide raffraichit le voyageur temporel. il ce tordi de douleur, le choc l'avait secouer mais il ce releva, chancelent mais entier. au loin un moteur d'un autre temps, bruyant, toussotant ce faisait entendre...

Créé par nicolas de saintange le 02/08/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Journal de bord d'un voyageur temporel

je viens du futur: l'an 2354, le reseau de la résistance OMéGA a réussi a mettre sur pied une machine a remonté dans le temps, ils comptaient sur elle pour envoyer un battaillon détruire le noyaux dur allemand sur les cote de la manche, afin d'évité le fiasco du débarquement tel que nous l'avons connu. faute de moyen et de temps je me suis retrouvé seul, envoyer a travers les siecles pour mettre a execution ce plan. je devais pour cela recruté des hommes de ce temps la. j'arrivé le 2 mai 1944 dans un pré.
2 mai 44
un véhicule approche, je dissimule la sacoche contenant les disques temporels, et fit des gestes au conducteur, il s'arréta en me dévisageant, l'air désabusé.
-dit donc mon gars quel accoutrement!
il est vrait que la matière de mes vetements, un tissus organiquovégétal, détonné enormément du coton que porté cet homme. je lui souris, l'air engageant et me présentais a lui.
- bonjour, monsieur, je m'appel nicolas faucon, je crois que je suis perdu. quel est le village le plus proche?
- la c'est asnelles. auriez vous des vétements a me préter.
l'homme le regarda, abassourdi par la demande du gars.
- ben oui mais...
il secouat la tete et entra dans la cours d'une ferme.
5 mai 44
j'ai appris plus que dans mes manuel d'histoires. j'ai beaucoup sympatisais aussi, les gens ne sont pas compliquer dans leur relations, pas comme chez nous, j'ai déja repéré des personnes suseptible d'agir dans mon plan. les cibles sont déja connus dans la région, cela ne simplifira pas le probléme pour autant.
10 mai
mon équipe est formé, c'est plus facile que je ne croyais, on a décidait que l'équipe constiturais un réseau a étage.
j'explique. j'ai 8 hommes sous mes ordres, je les connais.
mes 8 hommes on chacun leurs équipe mais personnes ne connais l'équipe de l'autre. et ainsi de suite on a compé a peupré 56 hommes je dis bien a peu pré...
15 mai un ordre de ma part a était donne pour sabordé les blaukoss entre asnelle et arromanche. opération en court.
20 mai sabotage continue des lignes de communications
23 mai: sabotage réguliers des voies ferrer
28 mai; réunion extraordinaire; je leurs fait part de mon départ imminant.
30 mai: crise dans le groupe mais les oprérations ce déroule comme prévu.
4 juin. le sabordage des blaukoos est prét, le fil a était tiré on attends les ordres.
fin de rédaction reprise aprés overlord.

Créé par nicolas de saintange le 07/08/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le choix du temps

4 juin 1944
suites aux divergeance engendré par mon annonce de départ, j'ai décidé de réunir mon équipe pour mettre les choses au point.
dans la pièces mais huit résistants me regarde, surpris.
"de quoi veux tu nous parler, de ton départ ?
- oui, effectivement, et d'une mise au point importante; sachez que tout ce que vous allez entendre n'est pas le résultat d'un mauvais coup, non mais a la suite de cette réunion je vous demanderais d'aller au bout des projets que l'on a mis en place.
vous avez constatez que je connaisser bien le site, pour un étranger c'est peu banal, j'ai appris la cartographie de cette région dans des livres d'histoire.
-quels genre de livre d'histoire ? demandat un résistant narcois.
- l'histoire de france et du monde du 20e siecle au 23e.
l'hilarité générale ce fit entendre dans la salle, nicolas intima le silence tout en enlevant sa salopette et sa chemise laissant apparaitre sa combinaison organicovégétale. il saisi derrière lui la besace contenant les disque d'alliage et mit en évidence son bracelet temporel.
les hommes le dévisagèrent abasourdit l'un d'eux toucha le cadrant temporel qui s'illumina d'une lueur vert et fit apparaitre un hollograme de chiffre qui allait en décroissant. a cette vue les résistants reculèrent. nicolas repris.
-je viens de l'an 2354, les allemands occupent l'europe entière et attaque les états uni qui perd de plus en plus de bataille.
on a compris pourquoi et créé la cellule oméga qui a réussi a fabriquer une machine a remonter le temps...
- bla bla bla, tu nous fais quoi la.
- silence et écoute j'ai mis en place ces attaque par ce qu'elle son nécéssaire maintenand je doit retourné chez moi.
- si ce que tu dis est vrai quand tout sera fini tu n'auras plus de chez toi!
- j'en prend le risque, maintenand accompagné moi pour que vous me voyez repartir et la vous me croirez.
ils marchèrent vers la prairie. nicolas plaça les diques et ce plaça lui meme au centre.
- allez au bout et diten au autre que les boches mon eue.
il regarda le cadranet appuya sur le bouton.
des éclaires l'encadrérent et il s'evapora , les hommes ce tournèrent les uns vers les autres et décidèrent de maintenir les opérations.
nicolas n'entendait déja plus de son, autour de lui tout tremblé contrairement a l'aller. il souffrait beaucoup de l' opprecente pression qui lui écrasé le crane, puis il compris que pour lui c'était la fin. et tout fut noir.
2354 dans une cave de paris étouffé par la pollution des scientifique s'activé autour d'une machine a remonter le temps.
- peu etre arriverons nous a évité cette catastrophe...

Créé par nicolas de saintange le 24/08/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Et si nous préparions nos enfants à prendre l'avenir en main...?

Imaginons qu'à force de pédagogie, les mouvements écologistes soient entendus.

Présents depuis des années leurs idées d'un monde durable et leurs mise en garde rentreront dans l'inconscient collectifs.

Les nouvelles générations entendent dès la naissance qu'il ne faut pas gaspiller, que lorsqu'on achète ou construit quelque chose il faut voir plus loin que l'immédiat, qu'il faut penser à l'avenir et sortir du productivisme.

La réalité dans dix ans déjà aidera les écolos.

Stress subi par une société ou il faut travailler toujours plus vite, pour être plus efficace, meilleur que le concurrent afin de faire gagner de l'argent aux... actionnaires.

Catastrophe nucléaire à répétition lié à la multiplication des centrales.

Conflits du à la raréfaction des matières premières en particulier l'eau et la nourriture.

Les humains se réveilleront. Les dirigeants du monde seront renversés par la rue. L'intérêt pour l'argent sera remplacé par celui du bien être. On ne produira plus que ce dont l'on a besoin.

Dans certains pays aujourd'hui menacés par la mer les gens vivront sur des villes flottantes (ensemble de maisons bateau liées les unes aux autres) et ils cultiveront la mer.

Les zones urbaines ne s'étaleront plus. Elles prendront de la hauteur. Le niveau inférieur sera utlisé pour les usines, les lieux de travail, les écoles, complexes sportifs, administratifs... Le niveau intermédiaire sera dédié a la circulation. Il n'y aura en ville que des transports en commun. Ces villes seront desservies par des gares elles même desservies en transport en commun. Le niveau supérieur sera lié aux deux autres par des ascenceurs. On y trouvras les habitations petites, mais pratiques, confortables étudiées pour le bien etre des gens. L'aménagement urbains sera fait pour que l'homme soit apaisé par la nature(arbres, foret, lac, animaux, etc). A ce niveau uniquement des voies piétonnent ou cyclable.

L'espace au sol sera ainsi libérer pour permettre au foret de s'étendre. Les paysans seront beaucoup plus nombreux puisque les grande fermes industrielles n'existeront plus.

Les énergies non renouvelables seront remplacées par l'éolien sous marin et le solaire qui auront grandement progressé.

Les maisons seront naturellement chauffés par les niveaux inférieurs, les transports seront gratuits de même que les communications.

Les gens auront moins besoins d'argent mais voudront du temps pour vivre. Ils travailleront en moyenne quatre heures par jour mais tous le monde travaillera.

D'ici un siècle la surpopulation sera telle que la natalité supérieur à un enfant par couple sera découragé, avec l'objectif de faire décliner la population mondiale avec l'objectif d'obtenir un équilibre naturel durable.

Créé par aurelienjj le 25/03/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

L'éducation de demain

Les cours classiques, français, mathématiques, art, histoire, sciences existeraient toujours.
Les cours de sports seraient enrichis par la méditation et le yoga. Apprendre à prendre soin de son corps et surtout à être bien dedans.

De nouvelles matières apparaîtraient: le bien être, le civisme et le futur.

Le bien être: les techniques pour se sentir bien, se débarrasser des préoccupations superflus, parler plutôt que broyer du noir. Relativiser ! ! ! On apprendrait aux enfants à être confiant et heureux. L’objectif ne serait plus la réussite ou la carrière mais l’épanouissement de l’individu et de la société.

Le civisme: vivre en société, respecter l’autre (humain, animal, végétal). Prendre conscience de ce que l’on est et de son impact sur l’autre (humain, animal, végétal).

Le futur:
Leur présenter des futurs optimistes ou pessimistes.
Pour les jeunes enfants sous forme de comtes.
Plus tard leurs proposer des futurs. Les étudier.
Analyser leur impact sur l’humain, l’animal, le végétal, la terre, le bien être procuré par ce futur.
Ensuite comment y parvenir ou le contrer.

Arrivé à un age plus mature, imaginer des futurs. Etre visionnaire. De sorte que chacun, de lui-même prenne conscience de ses actes et de ses impacts dans un futur proche ou lointain.

Objectif: que chaque humain se prenne en main pour être heureux en harmonie avec les autres et les générations futures.

Créé par aurelienjj le 30/03/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Les villes du futur

De plus en plus d'humains et de moins en moins d'espace. L'activité humaine devra se concentrer encore plus qu'aujourd'hui. Les villes du passé trop gourmandes en espace seront abandonnées à dame nature qui très vite les recolonisera. Des villes nouvelles seront construites sur plusieurs niveaux.

Au premier niveau il y aura les transports en commun desservant toute la ville sur un plan horizontal. Les gares permettront les liaisons intra cités. Des ascenseurs reliront ces zones dédiées aux transports aux niveaux supérieurs.

Aux deuxième niveaux se trouveront les usines, les bureaux: tous les bâtiments liés aux activités professionnelles. Tous les déplacements d’un bâtiment à l’autre s’effectueront par le niveau inférieur.

Enfin au troisième niveau se trouveront les habitations et les zones de loisirs en extérieur. Il n’y aura plus de voiture. Au dernier niveau on se déplacera a pied ou en vélo. Les bâtiments seront tous à étages. Chaque appartement aura un petit balcon. Les espaces publics seront très arborés et boisés. Lorsque l’on aura besoin de faire un trajet important pour voir des proches on redescendra au premier niveau et on empruntera les transports en commun qui seront très nombreux et très rapides. De même les magasins ou activités se pratiquant à l’intérieur nécessiteront de redescendre au niveau inférieur.

La température sera régulée par une centrale commune qui puisera le frais ou le chaud via des forages sous la cité. De même l’eau sera gérée et filtrée par un circuit interne à la cité. La cité aura pour devoir d’offrir un toit à chacun de ses habitants.

Créé par aurelienjj le 03/04/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Sans eau

La crise économique profitant au plus petit nombre d'humain crée des besoins fantstique en matières premières. Chacune de ces matières premières consomme la ressource la plus basique de la vie; l'eau et l'eau vient à manquer. Devenu ressource rare, la population mondiale diminue et avec elle les besoins fantastiques. L'eau ainsi épargné se concentre la ou elle peut: au pole sud et pole nord, se refroidissant de plus en plus. Bientot la place ou elle trouva refuge (les deux poles) devint trop petit et l'eau se souvenant de ses anciens tyrans décida de les envahir. Sous la forme de nuages chargés d'eau gelée, l'O se propagea par le Nord et par le Sud; Bientot la totalité de l'europe du Nord devint une banquise ou toute vie fut impossible.
L'europe de l'ouest vécut sous la neige 10 mois par an. Les Etats d'Amérique et les Etats slaves vécurent la meme révolution.

Dans le meme temps, l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Inde devinrent des pays irrigués. Malheureusement, la terre arable fatiguée par des siècles de culture épuisante ne pouvait conserver cette eau miraculeuse et devinrent rapidement des marais impraticables.

Tu vois, l'eau est vraiment le secret de toute forme de vie, comprends tu la leçon maintenant?

Et cette faune appelée les Humains, que sont ils devenus?

Oh eux, ils disparurent au premier signe de changement, on les reconnait bien la, impatient et appeurés. Je t'ai déja dit de ne pas t'occuper de ce détail, allez, vient créer un nouvel univers, tu as deux heures

Créé par valentin le 17/12/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Sans eau (suite2)

Et le petit dieu proposa un paradoxe à son maître: créer un univers à partir d'un point de non matière. Son maître sourit et lui dit:
"après tout c'est la première leçon, la non matière, vas y commence... "
Le petit dieu créa un trou noir et chargea d'énergie la petite pierre. Il passa sa première journée a charger d'énergie brute le point quasiment invisible. Toute la nuit suivante et le jour suivant, il concentra de l'énergie pour pouvoir charger la petite pierre. Il continua ainsi sans résultat autre qu'une petite pierre chargée pendant 6 jours. La septième nuit à la 11ème heure, il décida qu'il était fatigué et s'endormit. La petite pierre continuait à attirer la matière à l'aide de son énergie de non matière. et sa puissance d'attraction se développait à chaque milli seconde de notre temps.
Enfin comme une libération elle explosa... Des milliards d'étoiles envahirent le bocal d'antimatière ou le petit dieu faisait son expérience.
Et son univers continuait à s'étendre, les étoiles s'éloignaient toujours plus les unes des autres.
Le petit dieu dormait depuis quelques secondes quant la terre fut créée à partir d'une étoile froide réchauffée par un autre appelée soleil.
Sur cette petite étoile un animal découvrit à force de recherche l'explosion de cette petite pierre qu'il appela big bang, il découvrit le principe d'expansion de son univers qu'il appela enthropie. Il découvrit aussi le principe de l'antimatière.
Le maître ouvrit doucement la porte et sourit: le petit dieu endormi devant son expérience réussie l'attendrit. Il referma la porte.
L'animal sur son étoile morte devina le concept de la création de son univers en 6 jours et un septième pour le repos. Mais jamais il ne découvrit l'existence de l'expérience.
Enfin le petit dieu se réveilla.
A sa grande surprise, il admira la réussite de son expérience et dans un souffle visita son univers. L'animal sur la petite planète sentit le souffle et l'appela le souffle de dieu.
Le petit dieu était déçu par le manque de vie généré par son univers sauf sur cette drôle de petite étoile bleue.
Il appela son maître et lui demanda:
"pourquoi mon univers est il mort et pourquoi une seule planète a t elle créée la vie? "
Le maître lui répondit:
"pour donner vie, il faut donner de soi même, de l'énergie ne suffit pas"
"mais alors pourquoi cette petite planète a t elle réussi? "
"tu as peut être laissé une larme dans le trou noir que tu as créer au départ et cette étoile l'a concentré, c'est pour cela qu'elle s'est très vite refroidie. Tu sais bien que tu es fait d'eau et c'est la condition de la vie"
"Alors c'est pour cela que nous appelons O? "
"oui mais regarde ta planète, elle se dessèche, allons voir... "
"les drôles d'animaux ont détruit toutes les réserves d'eau, la vie a disparu de mon premier univers. La prochaine fois je réglerais mieux l'élimination des espèces nuisibles"
D'un revers de main, le petit dieu détruisit son premier univers et se concentra pour créer un univers spirituel..

Créé par valentin le 28/12/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Sans eau (suite 3)

Devant son bocal de non matière, l'apprenti dieu était perplexe. Comment créer un univers différent du précédent qui l'avait tant déçu.
Il décida de créer l'inverse du premier. Donc il commença par remplir son bocal de matière et mis toute l'energie dont il était capable en quelques instants.
La chaleur du bocal devint inimaginable, la matière devenait folle, mélangeant vapeur, fluide et toute sorte de petites billes extrèmement denses et rapides. Le petit dieu n'avait plus rien à faire qu'à observer son bocal devenir de plus en plus chaud et se demandait bien ce que tout cela allait donner.
Le Maitre lui rendit visite, observa le travail et lui dit:
"tu vas être surpris... "
Le petit dieu redoubla d'attention et attendit, il savait que son Maitre ne répondrait pas à ses questions. La patience est le premier enseignement.
L'observation durait depuis maintenant 3 jours quant tout à coup...
La matière en fusion vapeur s'écroula sur lui même et... disparut.
Le bocal semblait vide.
Le petit dieu appela son Maître.
"Maitre le bocal est devenu vide? "
"Mais non allons voir mais surtout ne t'étonne de rien"
Et dans un souffle ils visitèrent le nouveau monde du second bocal.
Un seul objet se tenait au centre du bocal de dimension micro atomique. Mais cet objet attirait à lui tout élément de matière créant un champs de force terrible. Il attirait même le temps et de nombreuses failles fissuraient l'espace du bocal. Sans le Maitre, le petit dieu se serait perdu au milieu de ces failles car le temps n'avaient plus de chronologie. Ainsi en quelques minutes de présence dans le bocal, le petit dieu débuta la visite par sa sortie du bocal mais à peine sorti, se retrouva en chemin vers l'objet bizarre qui tronait au centre. Dans l'instant qui suivait, il était dans l'objet puis s'en approchait et enfin le quittait sur la route du retour. Le Maître le happa et réussi à l'extraire des failles temporelles.
Deux jours s'étaient écoulés pour un voyage qui leur avait semblé une minute.
"Tu as appris ce qu'il avait avant ton premier univers, avant le "big bang" de tes drôles de petits animaux sur la planète bleue. "
"C'est le trou noir démultiplié par la masse de matière que tu as mis au départ qui a créé des perturbations gravitationnelles. Celles çi déforment le temps et la chronologie des évènements. Mais arrêtons ce monde, et plaçons le avant ton premier monde ou plutôt en parallèle de ton premier monde et regarde ce qui se passe... "
Le petit dieu fit ce que le Maître demandait. IL engloba le premier monde dans le second et les fit se confondre. L'équilibre de ce nouvel univers semblait plus complet, plus divin en somme.
Le petit dieu était aux anges.
Mais le Maître intervint à nouveau:
"Si tu laisses les choses ainsi, ton premier univers en expansion va ralentir, s'arrêter et revenir en arrière pour disparaître dans le trou noir originel et seul ton second monde survivra. L'équilibre sera rompu et rien de divin ne sortira de ton expérience. Est ce que tu as une autre idée pour permettre à ton premier monde de continuer à croître? "
Le petit dieu réfléchi devant son monde parfait mais éphémère sans nouvelles actions.
Et il eu une idée. Il créa un second trou noir mais géra l'énergie insufflée afin qu'il soit assez puissant pour poursuivre l'expansion de son premier univers mais juste assez faible pour ne pas imploser. Il programma ce trou noir pour produire un autre trou noir identique en cas d'implosion.
Ainsi tout était parfait.
Le Maître se présenta devant le bocal et observa les nouvelles créations de son élève.
Il semblait perplexe... "explique moi? " demanda t il
"Et bien mon premier monde va s'étendre jusqu'au dernier trou noir en quasi équilibre.
Lorsqu'il l'atteindra, il sera absorbé mais cette absorption créera un déséquilibre qui recréera naturellement la première explosion créant l'univers en expansion et tout recommencera. J'ai même prévu le dernier trou noir, celui qui attire pour recommencer encore et encore.
Le Maître sourit: "je crois que cet univers à tiroir peut exister pour toujours, laissons-le se développer, nous verrons bien... "
"Mais tu as vu les oscillations bizarres entre l'espace de non temps et ton univers en expansion, si nous allions voir? "

Créé par valentin le 03/01/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Sans eau (suite 4)

La femme attendait le soir, assise sous un arbre majestueux. Le troupeau de brebis chassait les brins d'herbes devant elle. Tout semblait calme à Jeanne, heureuse de sa vie de bergère. Elle allait s'assoupir quant le ciel s'ouvrit dans un souffle et elle entendit:
"vas, vas, n'hésite pas, cherche encore... " et la vois s'éteignit. Le son avait été tellement formidable que Jeanne sut que Dieu lui avait parlé. Encore sourde d'avoir tant entendu, elle se leva et décida de ne plus hésiter. Sa mission était clair: jeter les anglais en dehors du royaume de France...
Pendant ce temps, encouragé par son Maître, le petit dieu explorait les frontières qui couraient le long de ses deux mondes. Emerveillé, il découvrait une nouvel univers, celui de l'information. Créant une enveloppe quasi étanche entre les deux mondes, des milliards d'information créaient une sorte de barrage entre la non matière et la matière, les protégeant l'une de l'autre.
Lorsqu'il regagnèrent le laboratoire d'expérience, le Maître demanda au petit dieu...
"Et bien qu'as tu compris? "
"Les informations protègent chaque monde l'un de l'autre" répondit le petit dieu
"C'est vrai mais que se passerait il si ces deux mondes se trouvaient en contact? "
"Je ne sais pas... "
"Et bien un mini trou noir se créérait et détruirait tout sur son passage jusqu'à son équilibre, il ne resterait rien de ce contact et seul les éléments de chaque monde en croyance des informations des frontières des deux mondes survivraient, as tu compris? "
"euh non" répondit le petit dieu
"Et bien, tu vois cette petite bergère devenue guerrière qui brûle actuellement à Rouen? "
"Oui"
"Si elle avait discerné l'autre monde lorsque nous avons rompu la frontière en passant près d'elle, elle aurait rencontré son autre elle même en antimatière et aurait créé un trou noir qui aurait absorbé tout les éléments dans le même discernement qu'elle"
"Oui"
"et tout les éléments qui aurait acceptés les informations dispensées par la frontière aurait été épargnés"
"Pourquoi? "
"Parce qu'ils auraient trouvé une explication satisfaisante à ce qu'ils rencontraient au moment du contact, par exemple, la petite bergère a été persuadée de recevoir un message de Dieu lui même. Les informations l'ont protégé, tu comprends? "
"Oui mais elle a été victime de ces informations, regarde, il la tue.. "
"L'univers des informations protègent de l'antimatière pas de la betise de tes créatures"
"intervenons, c'est de notre faute"
"Tu oublie le principe divin de libre arbitre pour tes créature munis de conscience. Notre seule voie est celle de l'indifférence bienveillante divine"
"Ah oui le 10 ème enseignement divin, pfff... "
"Mais revenons à l'univers de l'information. Cet univers est celui qui préexiste à l'univers d'antimatière et comme celui la, il est superposé aux deux autres ou plus précisément entre les deux univers"
"Bon ces mondes commencent à m'ennuyer, je peux les effacer? "
"Laisse les suivre leur destiné, qui sait, quelque chose de nouveau peut peut être en sortir" dit le Maître sans trop y croire.
"OK, quel est le prochain exercice? "
"essaye de guider tes créations conscientes vers la béatitude"
Le petit dieu rendit visite aux trois planètes équipées de populations conscientes.
Le premier monde était celui qui avait un seul soleil avec un drôle de satellite blanc. Les habitants de cette planète s'appelaient les terriens et étaient plutôt sympa au sens du petit dieu.
Ils avaient conscience de l'existence d'un Dieu créateur et lui rendaient même hommage" Le petit dieu était ravi de voir leur reconnaissance.
Mais leur égoîsme et leur agressivité le gênait. Il décida de profiter des failles temporelles pour prendre en main leur "religiosité".
Il insuffla à plusieurs prophètes un peu partout sur terre le concept d'une religion de paix tout au long de plusieurs époques. Il essaya le conseil, les rêves, l'inspiration, les apparitions... en vain. Il inventa la destruction d'une ville qui rejetait l'idée de dieu bienveillant, puis une deuxième. Rien n'y faisait, ils se battaient toujours avec autant de violence et si peu de bienveillance. En plus ils détruisaient toutes les richesses que les larmes du petits dieu avaient mis à leur disposition.
Le petit dieu pleura de rage, il voulait vraiment que leur libre arbitre leur permette de se tenir comme des êtres digne de lui.
Fatigué de compenser sans arrêt leurs excès, il retourna à l'origine de l'apparition de la vie sur cette planète et dicta une nouvelle loi informative: l'équilibre des actes positifs et des actes négatifs. Il espérait ainsi que le cercle vicieux des actes négatifs détruirait les personnalités nocives naturellement tandis que les personnalités bienveillantes prospèreraient. Cependant, afin de préserver le principe divin du libre arbitre, il introduisit une variable aléatoire dans les équilibres. Ainsi les causes à effets ne pouvaient être mesurées par les êtres conscients de cette planète. Il décida de revenir plus tard.
Plein d'espoir, il se prépara à rejoindre la seconde planète pourvue d'êtres conscients. Celle çi disposait de 2 soleils et était couverte de brume. Il fonça...

Créé par valentin le 04/01/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

Sans eau (suite5)

Et il traversa la brume dans un souffle qui laissait un ruban de couleur derrière lui. Enfin il arriva sur le sol de cette planète. Le désert était partout sur une planète sans relief. Le sol rouge et desséché se confondait avec la brume humide qui constituait l'atmosphère de la planète. Mais aucun être vivant ne se manifestait et seul le silence répondait aux recherches du petit dieu.
IL s'arrêta et se rappela le 1er principe divin: la patience. Il attendit...
Lorsque les remous de brume cessèrent de rappeler son passage et que le nuage de poussière fut retombé au sol, le silence devint plus pesant. Le petit dieu commençait à se demander si il ne s'était pas trompé de planète dans son propre univers mais il savait cela impossible. Alors il admira la parfaite étanchéité entre l'univers matériel et l'univers d'antimatière grâce aux frontières informatives (CF sans eau suite 3 et 4)
Plongé dans sa contemplation, il failli s'endormir quant tout à coup...
Une petite lumière apparut loin dans la brume, rapidement suivit par une autre. D'abord verdâtres, elles scintillaient de plus en plus fort et devenaient quasiment blanche. Rapidement, la brume était devenu un ciel étoilé de milliard d'étoile scintillante et immobile. Le petit dieu voulut aller voir de plus près cet étrange phénomène mais au premier mouvement les lueurs s'évanouirent aussi subitement qu'elles étaient apparues.
Le petit dieu fouilla toute la planète sans rien trouver. Puis il tomba dans un champs de force à sa dimension. Intrigué il stoppa son souffle. Aussitôt un nombre incalculable de lueurs réapparurent, entourant l'espace du champs de force. Une lueur à la fois plus agée et plus forte que les autres se détacha du groupe et s'approcha du champs de force.
"Enfin un contact, se félicita le petit dieu"
La lueur apparu sous la forme d'un homme assis en tailleur semblant flotter dans les airs comme porté par la lumière que son corps dégageait.
Les yeux fermés, l'étrange créature, observait l'intérieur du champs de force comme si il pouvait voir le petit dieu. Enfin il parla, ou plutôt pensa:
"Nous sommes fier de votre visite, petit dieu et c'est pour vous que nous avons construit ce champs de force, afin de vous garder avec nous. Nous avons besoin de vos réponses mais laissez nous nous présenter à vous"
L'homme assis aux yeux et à la bouche fermés laissa un temps de silence comme pour donner du poids à ses paroles pensées.
Il reprit, transmettant à la fois des images et des pensées au petit dieu:
"Au début nous étions matérialistes et vivions comme des animaux forcés de se nourrir, de boire et de conservé un espace vitale. Heureusement notre évolution collective nous a permis d'atteindre la contemplation. Nous sommes tous en réflexion sur de nombreuses questions du type qu'est ce que le bonheur, comment s'approcher davantage de notre dieu, comment devenir encore plus proche les uns des autres et plein d'autres questions non résolues. A force de contemplation notre peuple réussit à discipliner la matière organique pour ne conserver que la matière spirituelle. Nous nous transformâmes en lumière. Notre seul nécessité était l'eau qui permet à nos esprits de rester en vie. Alors nous avons asséché notre terre pour constituer une atmosphère d'humidité qui répondait à ce besoin. L'objectif qui nous lie tous est de pouvoir avoir notre dieu avec nous pour pouvoir répondre à nos dernières questions. C'est pourquoi nous avons construit ce piège à dieu et vous voila après 5000 ans d'attente"
La lumière se tut, comme éreintée par un discours si long.
Le petit dieu réalisa que ces penseurs prétentieux pensaient l'avoir piégé. Il sourit et décida de faire un peu d'humour.
"Vous pensez donc que je vais vous apporter les réponses que vous attendez? "
"Oui" répondirent toutes le lueurs
"Bon quelle sont vos questions? "
"Qu'est ce que le bonheur? "
Le petit dieu envoya une onde d'effroi sur toutes les lueurs qui devinrent vertes ou bleues, puis brutalement stoppa l'onde et dit:
"Le bonheur c'est ça"
Un long silence suivit cette démonstration inattendue.
Le petit dieu demanda:
"avez vous une autre question? "
ils hésitèrent puis demandèrent:
"Pourquoi existons nous? "
le petit dieu sourit et demanda:
"Etes vous sur de vouloir connaitre la réponse? "
A nouveau ils hésitèrent puis répondirent
"Oui"
"Vous êtes ici pour être imparfaits et disposer de votre libre arbitre pour atteindre un état supérieur. Individuellement votre chemin doit rejoindre le bien collectif et d'en être l'acteur. Sans libre arbitre, le chemin s'arrête, sans individualité pas d'évolution. Et nous sommes la pour voir ce que vous avez fait des moyens que nous vous avons confiés.
Qu'avez vous fait de tout cela? "
Décidément ces êtres conscients mais irresponsables d'eux même ne lui plaisaient pas et leurs sentiments de supériorité même vis à vis de leur dieu. Ils avaient détruit leur terre, détruit leurs corps, détruit leurs individualité, détruit leur sentiment religieux. Ils s'étaient réfugiés dans un collectivisme confortable et rassurant car dénué de responsabilité individuelle. Le progrès et l'évolution n'avaient plus cours ici.
"Vous avez droit à une autre question" s'amusa le petit dieu
Les lueurs semblaient réfléchir et n'avaient pas l'air très heureuses des réponses données jusque la.
Enfin ils choisirent leur question:
"Quant sera la fin de notre monde? "
Le petit dieu répondit "je dois réfléchir"
Et il décida que vraiment cela ne pouvait être que maintenant.
Il déchira la frontière informative et tout les éléments de la planète rencontrèrent leur alter ego en antimatière. Des milliards de petit trous noirs prirent forme et la planète de brume était devenue un immense nouveau trou noir. Plus aucune lueur dans les environs. Décidément le petit dieu avait le sens de l'humour.
Il décida de rejoindre le troisième monde muni d'êtres conscient., Le voyage allait prendre au moins 10 minutes...

Créé par valentin le 05/01/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Sans eau (suite6)

Aux confins de son univers, le petit dieu trouva la faille spatio temporelle permanente qui permet de passer du monde matériel au monde anti matériel. Il se glissa entre les deux mondes et s'infiltra dans la frontière informative qui permet l'étanchéité entre les deux univers parallèles.
Des milliers d'information assaillirent le petit dieu. Elles présentaient pour chaque impulsion d'énergie toute les possibilités. Puis les Informations faisaient un choix et l'inverse de ce choix. Chaque choix était disposé ensuite dans le monde matériel tandis que le choix inverse se développait dans le monde antimatériel.
Existence ou non existence.
Existence pour le monde matériel
Non existence pour le monde immatériel
Développement pour le monde matériel
Inverse de ce développement dans l'antimatière

etc...

A chaque évènement les informations entouraient l'objet de leur choix comme une combinaison parfaitement invisible.

Le petit dieu cherchait ses êtres conscient au sein de la frontière informative. Aussitôt il apparut.
"bonjour" dit le petit dieu
"bonjour" répondit l'être conscient
les failles spatiotemporelles de la frontière informative rendaient la rencontre difficile mais j'ai adapté les discussions à nos habitudes temporelles.
"Comment avez vous organisé le sens de vos vie et quel objectif votre conscience vous indique-t-elle? " demanda le petit dieu
"Nous connaissons le passé, le présent et le futur. Plus précisement la totalité des futurs possibles et leur inverse pour le monde antimatériel.
Le sens de nos vies est assez simple, c'est tout simplement la curiosité: valider le chemin qui aboutit ou plutôt celui qui n'aboutit pas.
Car en fait, c'est celui qui n'aboutit pas qui nous interresse. "
Le petit dieu sembla surpris, l'être s'expliqua:
"Comme nous imaginons tout les futurs possibles, nous observons ce qui se passe dans tout les univers parrallèles. En fait très peu de scénario n'aboutissent pas. Cela donne lieu à des paris parmis nous et celui qui a formaté l'avenir non abouti est remercié. Il a le droit d'apercevoir la totalité des scénario de toute la population. La vision globale qu'il obtient par cette récompense le rend encore plus pertinent dans la construction de futurs possibles. Il s'approche d'une perfection totale. Mais très peu d'entre nous réussissent à obtenir un scénario qui ne se réalise pas dans un univers ou un autre. Tant de mondes parralèles existent. "
Le petit dieu était de plus en plus surpris: "mais alors vous dirigez tout les univers? "
"Non nous ne dirigeons rien, les autres êtres conscients choisissent et nous constatons la réalisation du scénario qui n'est que la conséquence de leur choix"
"? ? ? "
"Par exemple, un peuple d'humain a choisi un dictateur qui a provoqué un véritable génocide chez tout les peuples voisins. Il inventa même une méthode industrielle pour éliminer plus vite et plus efficacement les autre peuples. Les peuples opposants à ce dictateur inventèrent à leur tour une arme capable de détruire la totalité de leur planète. Dans un scénario, la totalité des nations entourant le dictateur l'attaquèrent et gagnèrent la guerre. Dans un autre ils utilisèrent la bombe de destruction massive contre lui et son peuple. Dans un autre encore, l'état major du dictateur le tuèrent. Dans un autre encore, son système économique s'écroula, les famines et les épidémies décimèrent son empire. Mais vous savez le plus intéressant, aucun univers n'a développé son maintien au pouvoir. Cela nous a fait réfléchir pendant des milliers d'année"
"Qu'en avez vous déduit? "demanda le petit dieu
"Et bien le libre arbitre permet aux êtres conscients d'explorer tout les scénarios. Par contre l'équilibre entre un choix et son inverse s'équilibrent dans un même univers à long terme. En outre le Bien prospère tandis que le Mal s'autodétruit à la fin. Nous pensons qu'il s'agit d'une loi divine assez récente puisqu'au début les scénarios ne reflétaient pas ce sens à l'univers"
Le petit dieu était impressionné, ils avaient découvert sa loi divine la plus récente.
Rassuré il quitta ces êtres étranges pour regagner la première planète, celle des humains. Il voulait jeter un dernier regard à ce monde à la lumière du regard des êtres informatiques.
Une des rares portes qui permettent de passer de la frontière informative au monde matériel est un grand triangle. Le petit dieu franchit cette porte et se retrouva au dessus de la mer des Bermudes. Il parcourut d'un souffle la totalité de la planète. Si l'eau commençait à manquer, les êtres conscients appelés humains semblaient tenter de développer leur spiritualité. Face aux difficultés de vie: pauvreté, famine, guerre, solitude, égoisme, les humains retrouvent la route de leur conscience. Mais le petit dieu nota une chose importante: une fois touchés par leur conscience, les humains ne perdaient plus le sens de leur vie même si le confort et la sécurité tentaient à nouveau de les pervertir. C'était vraiment positif, même si cette démarche restait uniquement individuelle.
Il avait maintenant hâte de retrouver son Maître pour lui faire part de ses étonnantes découvertes dans cet univers tout neuf qu'il avait créé il y a quelques jours dans son bocal.
En un instant, il avait regagné son laboratoire et il attendait maintenant son Maître. La porte s'ouvrit...

Créé par valentin le 20/01/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

Sans eau (suite7)

La porte s'ouvrit...
Et l'homme se reveilla. Le radio reveil indiquait 3H33 du matin. Il faisait chaud cette nuit la, il trouvait son rève absurde et se demandait ce qui avait bien pu le reveiller. Un instant, il cru que l'atmosphère de sa chambre avait bougé. Il pensa être mal reveillé... décidement il avait vraiment soif...

Créé par valentin le 06/02/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Réussite modérée

Dans un futur proche
Nous nous décidons enfin à faire quelque chose: l'Arbre Des Possibles évolue en utopie. Le site sera un endroit assez isolé du monde que les membres de l'arbre auraient tirés au sort. Ainsi les membres de l'arbre se rencontreront tous. La paix dure assez longtemps quand arrivent finalement les premières querelles graves. Mais l'utopie ne se divise pas: elle surmonte ses querelles et restent en place. Ainsi l'utopie de l'ADP durera mais sans changé le monde pour autant.

Créé par Sinister le 01/11/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Nous trouverons...

L'utopie de l'arbre des possibles existe depuis maintenant plusieurs années. Et c'est après ces plusieurs années que l'ADP arrive à son but: "Trouver la voix de la moindre violence". Cette voix est alors écrite comme un manuel à suivre qui sera diffusé à grande échelle afin d'être suivi par l'humanité. Une seule question persiste: L'humanité sera-t-elle prête à s'engager dans cette voie?

Créé par Sinister le 05/11/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La voix de la moindre violence passé en douce

Le manuel de la voix de la moindre violence est envoyé chez de nombreux éditeurs. Mais les chefs politiques jugent que le manuel est néfaste et il est donc interdit partout dans le monde.
Les membres de l'ADP décideront alors de changer de technique: les manuels seront imprimés dans l'utopie, puis, il seront voués à un traffic comme le sois-disant livre de la Fraternité dans 1984 de George Orwell. Ainsi des membres de l'ADP auront pour missions d'organiser une sorte de résistance de l'ADP en faisant passer sous le manteau les copies du manuel.
Le rôle de ses passeurs sera non seulement de faire circuler le manuel mais surtout de faire attention à qui il le font circuler, afin de ne pas être démasqué.
Ainsi l'ADP pourra faire connaitre la voix de la moindre violence afin que peut-être elle soit suivi.




Créé par Sinister le 09/11/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

La coercition

Devant l’inefficacité de la censure visant à interdire la publication du manuel, la majorité des gouvernements lancera des campagnes de propagande afin de diaboliser l'ADP. Il s’en suivra une augmentation du nombre d’arrestations, afin de débusquer les membres de l'ADP et les possesseurs de manuel. Les exemplaires du livre trouvés lors des perquisitions seront détruits en place public.
Paradoxalement, ces répressions éveilleront les consciences, et permettront de grossir les rangs du réseau souterrain de diffusion du manuel. Les idéaux de « la moindre violence » se propageront malgré les répressions gouvernementales, ouvrant la porte aux nombreux changements à venir...

Créé par wild-tarzan le 28/12/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Modification génétique à des fins militaires

Des quelques dizaines d'années l'homme maitrisera assez bien la génétique mais il en aura assez d'expérience sur les animaux et il décidera de changer son propre code génétique. Les savants ayant besoin de fonds n'auront qu'une seule solution: ils se tourneront vers l'armée. L'armée étant le domaine qui reçoit le plus de financement les travaux vont très vite et sont achevés en quelques années seulement. Mais l'armée demande alors une contrepartie aux scientifiques: créer des soldats au code génétiquement modifié. Les savants s'exécutent. Au bout de quelques années sur les champs de bataille il ne reste que des mutants qui se battent sauvagement les uns contre les autres comme des animaux.

Créé par Sinister le 31/07/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Modification génétiques ésthétiques

Dans le futur la technologie aura encore évolué mais les normes de beautés aussi auront évolué. C'est alors qu'une nouvelle mode apparaitra: la modification génétique. Ainsi les gens seront modifiés pour changer la couleur de leurs yeux ou la couleur de leur peau... Certaines personnes au style outrancier essayeront par exemple d'avoir une peau de serpent, des yeux noirs,...
En bref l'humanité risquerait de devenir un joli patchwork. Y aurait-il des conséquences de ces modifications génétiques?

Créé par Sinister le 21/02/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Les scientifiques sont les nouveaux stylistes?

Dans le cas où les modifications génétiques seraient utilisées de manière esthétique il est logique de penser que les scientiques et les génétitiens deviennent les stylistes du futur. Ainsi Atol par exemple serait dépassé par une marque qui en plus de changer la couleur des yeux en corigera les défauts. Le monde de la mode s'en retrouverait totalement boulverser. La seule chose qui permettra à la mode et aux métiers de l'esthétique de survivre seront le prix de ces modifications: si elles coûtent très chère, cela restera pour les grands de ce monde mais si elles sont accesibles le monde de la mode et de l'esthétique comme on les connait disparaitront.

Créé par Sinister le 09/03/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (4)

 


Et si nous survivions à la Troisème Guerre Mondiale par la Foi ?

Le monde est arrivé à son terme à cause de la dégénérescence de l'homme. Celui-ci a accompli sur Terre tout ce qu'il ne devait pas faire jusqu'au jour où le monde est couvert par la misère, la guerre, l'argent qui écrase l'homme, la destruction de la vie sur Terre.

Malgré tout cela, l'homme ne voit pas où les conduisent les puissants.
Le peuple les suit jusqu'à la Troisième Guerre Mondiale.
Guerre qui doit anéantir toute vie humaine sur Terre en quelques heures.

Pourtant quelque temps avant la dernière guerre, des gens comme vous et moi ont découvert un livre par hasard. Un petit livre bleu qui prétendait révéler et expliquer la prophétie de la Bible qui annonce le destin inéluctable de l'humanité. Enfin, ce livre donnait à ses lecteurs la clef pour échapper au carnage qui arrivait à grand pas en ces temps de la Fin.

Idée folle; pourtant certains de ces lecteurs trouvèrent dans ce livre la vérité qu'ils attendaient depuis longtemps et eurent le courage de le suivre.
En se regroupant là où il faut il survécurent au désastre. Un petit nombre toutefois, car en ces temps-là les gens n'avaient plus la Foi et peu de gens reconnurent la vérité.
Sur les ruines de l'ancien monde, ils bâtirent une cité nouvelle. Et puisqu'ils savaient maintenant ce qu'il fallait faire et ne pas faire pour pouvoir vivre dans un monde juste et saint, alors ils ne le détruitront plus.
L'Eden était retrouvé !
Leur déscendance vivra sur la Terre tout au long de son existence.

Créé par ouvrirsesyeux le 26/03/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Et si nous survivions à la Troisème Guerre Mondiale par la Foi ?

Ils restaient là des traces de l’ancien monde, le monde de l’homme fou et irresponsable. La première génération réapprenait les gestes d’une vie simple. Réapprendre à planter et à cultiver les fruits de son propre travail, pour soi et sa famille. La liberté tant attendu était là, enfin. Tant de siècles de misères et de guerres, de servitudes, de morts au nom de Dieu, de l’argent. Tant de massacres. Mais tous ceci n’était qu’un souvenir déjà lointain, tant la liberté originel retrouvée emplissaient le cœur de chacun.

Plus de peines inutiles, plus de haines. Tous avaient le livre bleu en exemple et le lisait pour eux-mêmes et pour leurs enfants. Réapprendre à être libre en respectant les dix commandements, sans simagrées ni prêchi-prêcha, sans icones, sans ce mettre à genou devant une croix, sans aller au temple, à l’église, à la mosquée… Ce fameux livre bleu décrié par tous ceux qui périrent, avait fait couler beaucoup d’encre, au temps de la fin. « Encore une secte ! » disaient-ils… Une secte sans chef, qui prônait les commandements originels, refusant la servitude et la destruction de la Terre. Une secte respectant la vie… Pauvre fou ! S’ils avaient su. S’ils avaient fait l’effort de le lire en entier. Tout y était expliqué. Les paraboles de la bible devenaient accessibles à un enfant de douze ans ! L’univers y était expliqué…

- Dis Papa, pourquoi les gens avant construisaient des villes comme sur les photos que tu me montre? C’est quoi l’argent ? Ils n’avaient pas de terres ? De chevaux ? De poules ? ? ? C’est quoi la guerre ?

Créé par Tessaëlle le 18/04/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Et si nous survivions à la Troisième Guerre Mondiale par la Foi ?

Retour en arrière, à l'époque de Babel, où un monde paisible n'était qu'utopie.

Là, en cette sombre période que connu la Terre, où chacun sentait un profond malaise mais que bien peu avaient le courage et la force de regarder. Je me projette en ces temps là, dans un monde pressé, essoufflé et en bout de course.

Je vois des hommes qui marchent et courent derrière d'autres hommes, auxquels ils sont assujettis. Point de justice, point de joie de vivre et point de paix. Mais, Seulement la menace d'un bout à l'autre de la terre et la désolation dans le coeur des habitants. Du fer, du bitume et de la poussière. Un magnifique jardin devenu en quelques générations désertique. Des cris de souffrances remontant de toute part, audibles jusqu'à mes oreilles comme le bruit de grandes eaux.

Ainsi était la culture dont se glorifiaient les directeurs des peuples jadis, avant que cette accroissement de folie ne les mènent à leur fin.

Je regardais encore et je vis:

Les hommes se déchiraient pour leurs idées, leurs conceptions et leur désir de domination. Ils s'anéantissaient l'un l'autre, sans respect ni considération pour ce merveilleux cadeau qui est la vie et, vers la fin, le faisaient pour survivre. Les plus forts et les plus violents écrasaient, piétinaient, dévastaient et régnaient. Mais, pour les plus faibles, un souffle de désespoir, le visage défiguré par la tristesse ils expiraient.

Notre monde inique sera éternel, il subsistera d'âge en âge ! pensaient-ils. Mais ce premier monde ne fut que guerres sur guerres masquées par des mensonges de paix, augmentant chaque fois la puissance de destruction. Paix et sureté ! criaient-ils encore à la foule. Jusqu'à cette inévitable dernière guerre qui mit fin à leur insolence par des charrues de feu labourant des champs de ciment et de fer.

Ainsi, leur monde avait progressé chaque instant qui passe vers un jour terrible, qui ne laissait que peu d'espérance pour la pérennité de l'humanité. L'homme ne voyant point ce qui le faisait vivre et dégradant incessamment son milieu originel, avait noirci son coeur le long du chemin.

Tout aurait pu s'arrêter là, tel aurait pu être la fin de l'humanité. Mais, tel ne fut pas le cas car, la vie à une raison d'être qui ne se laisse saisir que par celui qui la cherche, sans feinte et sans fatuité.

Que s'est-il donc passé pour que moi je sois là aujourd'hui, si longtemps après ? Dans ce nouveau monde verdoyant où il y a peu d'hommes et beaucoup d'animaux; où chacun est libre comme l'air et fait ce qui lui plaît, où chaque jour est une satisfaction de joie ? Dans mon époque, encore marqué de ruines et de vestiges d'une ancienne civilisation qui s'appuyait sur une folle sagesse relevant de la démence ?

Je voulu savoir. Et Voici, j'examinais et je vis:

Un livre bleu fut ouvert et m'apparut au milieu d'une mer rouge-sang fendu en deux parties, une mer d'hommes, de femmes et d'enfants, celui qui est appelé le livre de vie. Et voici, il naviguait sur la mer en traversant les nombreuses tempêtes dirigés contre lui; si bien qu'il finit par en faire le tour. En ces derniers jours, l'angoisse, la terreur et l'insécurité avait augmenté. Malgré cela, les hommes ne se retournèrent pas sur leurs oeuvres, ils ne songèrent pas qu'elles étaient mauvaises et les conséquences qui en résulteraient. Un livre, un message avait été donné dès le matin avertissant de ces choses mais, ils ne s'en étaient point souciés.

Ce livre bleu que je vis tomber du ciel au milieu de la mer m'intriguait, je le vis se multiplier comme du pain; comme du pain au miel. Il rendait les eaux amer comme l'absynthe et brillait comme le soleil en été. Puis je vis des hommes et des femmes les yeux fermés; une multitude comme le sable de la mer, qui hurlaient de douleur et fuyaient devant la lumière qu'il provoquait. Mais j'en vis un petit nombre qui ouvraient leurs yeux et regardaient en face. Un esprit de force et de confiance leur fut donné afin qu'ils ne périssent point. Il leur fut demandé de se réunir avant la fin.

M'avançant vers ce livre, Je le pris et l'ouvris. Voici, je vis tout l'univers et ce qu'il renfermait. Ce livre était bien le même que celui que nous possédons aujourd'hui. Je regardais la suite des temps bien que je la connaissais et qu'elle fut immuablement évidente.

Les tensions augmentèrent entre les nations les plus arrogantes et rien ne manquait pour y mettre un terme. Le monde d'alors sombra rapidement sous de géantes flèches de feu mélangées à de la grêle, de la pluie, de la fumée et dans l'obscurité. Et je vis ceux qui avaient les yeux ouvert, plein de connaissance, de conseil et de force. Ils s'étaient réunis là où il convenait de le faire, chacun dans son peuple. Et, après que la douleur ait accomplie son temps, ils commencèrent à bâtir un nouveau monde qui, aussi loin que je le vois, ne sera plus jamais détruit car, les hommes étaient enfin devenus comme des dieux pour la connaissance du bien et du mal.

Ainsi finirent la peine, la colère et la frayeur sur la terre. Tout redevint calme et la joie marquait de nouveau le visage des habitants.
----------------------------------

Qu'en pensiez-vous, vous qui viviez en cette époque ?
A vos yeux, n'était-ce que de la fiction ?

Créé par youyou le 01/05/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


L.S.E

Tout était déjà en marche depuis 50 ans...
c'est en mai 1943 que disparait le premier gèo-physicien, il était français et s'appelait Marcel Gavideau. a cette époque la France étant encore sous domination allemande, personne ne s' en inquiéta beaucoup. En effet nombre de savants de tous pays, étaient fréquemment réquisitionnés plus ou moins incognito pour les besoins de la machine allemande, et ne donnaient parfois que de tardives nouvelles à leurs familles.
Le gouvernement français l'époque ayant d'autres préoccupations, glissa le dossier aux archives, tout en assurant la famille de l'intérêt qu'il portait à cette affaire...

j'ai retrouvé ce dossier après plusieurs années de recherche, et tout devint clair... Il fut très dur de me le procurer, car en cette année 2028 et ceci depuis 16 ans les archives de la préfecture de Paris gisaient par 30 mètres de fond... grâce à mon ami jack, ancien pompier plongeur de New-York, nous avons réussi à fabriquer cette cloche de plongée qui nous a permis de rester le temps suffisant sur place pour le retrouver. Je sais maintenant que j'ai une chance... de prendre contact avec eux!

Si vous trouvez ce message, c'est que j'aurai réussi. Je suis un peu vieux pour tenter l'expérience, mais demain le 05 mai 2028, je me présenterai nu dans cette crique... à la clinique le vieux journaliste fou m'a dit que pour le passage on ne doit garder aucun objet... j'essaierai de faire suivre le reste de mon journal, si je trouve un moyen de communiquer.
çà vous permettra peut être d'éviter tout çà...

Créé par aghorn le 28/02/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Génèse

Aujourd'hui 5mai 2030 j'ai enfin eut le droit de me servir de l'outil biosending qui me permet aujourd'hui de communiquer avec vous:
Le principe est simple le message est propulsé dans l'espace à la vitesse de la lumière, hors grâce à la loi qui veut qu'on ne voit la lumière des étoiles que longtemps après qu'elles l'aie émise, ceci nous permet de nous adresse à nos descendants, mais j'ai trouvé par erreur que si on l'envoie en direction d'un trou noir cela va inverser sa progression.

Donc vous recevez ce même message mais bien avant que je ne l'ai écrit. Génial non? il fallait y penser!. (c'est souvent ce qu'on a à la portée de la main qu'on voit le moins). Dans mon précédent message je vous disais donc qu'un savant avait disparu (cf L. S. E), c'est exact pour cette période mais inexact pour les années qui suivirent, et cela continue encore à votre époque, ce phénomène se reproduit, se reproduira devrais je dire encore de nombreuses fois mais de façon anarchique. Voila pourquoi Antoine Dupuis journaliste au parisien n'a jamais réussi à trouver LA preuve et qu'il en est devenu fou! Mais laissez moi vous en dire plus, il me reste 10 minutes, car le message qui ne doit pas excéder 5 MO pour avoir des chances de passer ne peut partir si l'on dépasse 30 minutes d'utilisation de l'appareil.

Notre planète se compose essentiellement d'océans donc d'eau, et contrairement au PAPILLON DES ETOILES, ILS ne sont pas partis chercher sur une autre planète un moyen de sauver l'humanité mais ILS ont plutôt réussi à la re-coloniser en se mettant à l'abri du fléau 2012 au sein même de ce fléau: DANS L'EAU! ! !. Il fallait y penser, on y avait pensé mais pas de façon efficace en construisant des arches, des iles, mais pas en se transformant en habitants des mers. Mais qui sont "ILS"?

Pas une secte, pas une confrérie, plutôt un regroupement de sages ou tout simplement d'humains persuadés qu'on pouvait encore faire quelque-chose pour la planète bleue.. cela c'est donc passé comme suit:
mais j'entends des pas ! je ne prendrai pas le risque de perdre tout contact, à mon prochain message! SEND !!

Créé par aghorn le 08/03/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

L'erreur de Bernard Werber

J'ai enfin réussi à reprendre contact avec vous mais nous sommes en 2028,
et j'ai tant de choses à vous raconter, le passage bien que physiquement difficile à supporter, m'a permis de découvrir des choses extraordinaires.

Tout d'abord ce qui vous attend dans les 15 années à venir, puis la façon dont l'espèce humaine va réussir à s'adapter, à muter...

J'ai adoré les écrits de Bernard mais pourquoi ne s'est il pas vraiment intéressé à la mer? Le papillon des étoiles (génial), les fourmis, les dieux, les Thanatonautes, Le miroir de Cassandre, le père de nos pères,... etc... tout se dirige vers la terre, l'air, l'espace, l'univers, comme si l'humain devait obligatoirement, s'envoler pour échapper au destin tragique qu'il se dessine sur la planète bleue. LA PLANÈTE BLEUE: là est la clé.

Tous les scénarios scientifiques, fictifs, représentent la fin du monde sous forme d'une vague géante qui recouvrirait la terre, ou le niveau de l'eau qui monterait irrémédiablement, ou le déluge... la solution se trouve sous nos yeux: oui l'eau occupe la plus grande partie de la planète, oui il existe d'énormes réserves d'eau stockées sous différentes formes (glace, nappes souterraines, nuages), oui la grande préoccupation du futur sera l'eau, oui le réchauffement va modifier la météo donc l'hydrologie, oui l'inquiétude des météorologues d'aujourd'hui plus que les modifications du JET STREAM s'oriente vers l'accélération des modifications climatiques et événementielles qu'on espérait voir arriver sur une période beaucoup plus longue, oui les scénarios alarmistes se multiplient comme si l'homme pressentant ce changement avait besoin "d'en finir"! ! ! là ou je suis des hommes on tout prévu depuis longtemps, c'est l'eau qui règnera sur terre, c'est elle qui recouvrira 98% des territoires actuellement émergés, c'est donc à elle qu'il fallait s'adapter. Au lieu de fuir l'homme devra s'adapter à son retour au milieu aquatique ainsi que toute la faune terrestre comme si après avoir mis des millénaires à en sortir tous devaient y retourner...

Je ne sais pas si mon message trouva une lecture attentive dans le passé mais j'essaierai d'en envoyer un autre dès que j'en aurai l'occasion, en effet il est concevable d'envoyer un message dans le futur. Il suffit de l'envoyer dans l'espace et d'attendre son retour, mais en envoyer un dans le passé c'est à dire à vous en 2010 environ; c'est faisable aujourd'hui en juin 2028, mais encore inconcevable dans votre logique de réflexion.
Ceux qui l'auront lu sont peut être aujourd'hui parmi nous.

Créé par aghorn le 11/03/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Suite de 9551-9579-9585

Il y a eut une interférence sonique qui a coupé mes deux précédents messages, mais voici comme promis, ce qui vous attend d'ici 2028:
Tout d'abord je peux vous dire aujourd'hui qu'aucun savant disparu depuis 1943 n'est décédé mais qu'ils ont tous vécu ici à "nemo2 " toutes leurs existences sans jamais avoir eut besoin de revenir à votre civilisation.

Leur nombre a été évalué à environ 85 depuis le début ce qui en fait environ 1 par an. Toutes les grandes spécialités sont représentées ici de la géophysique à la médecine... une sorte de microcosme s'est mis en place lentement au fil des années, et une sorte de synarchie s'y est installée.

1) Nemo2: c'est le rêve du capitaine Némo, une espèce d'énorme rocher creux qui renferme de nombreuses anciennes grottes transformées aujourd'hui en de luxueuses habitations et un réseau impressionnant de couloirs, ascenseurs et pièces techniques, ce qui pourrait nous faire penser qu'il s'agit d'un immense vaisseau spatial... sauf qu'on se trouve à 3000 m de fond. (indétectable).

2) Autarcie: NEMO 2 abrite environ 680 âmes aujourd'hui en totale autonomie.

3) Comment: bien que spartiate au début la vie s'est progressivement installée dans un confort extraordinaire grâce aux nombreuses découvertes de notre population...

4) La nanotechnologie couplée à la biologie moléculaire nous a permis de découvrir les MCIGI (micro-corpuscules intelligents gérés par informatique). Ces derniers introduits dans notre corps peuvent en modifier les capacités (exemple: respirer sous l'eau, cicatriser et réparer une blessure automatiquement, se nourrir de choses indigestes, entendre ce que l'autre pense même s'il se trouve à des centaines de kilomètres de vous, mémoriser 1500 images/seconde, utiliser 300% de nos capacités cérébrales, modifier son apparence, muter...).

5) 1939-1945 grand conflit mondial. suivi d'une période de renaissance

-1945-2010 de nombreux conflits ayant pour thèmes la religion, les intérêts, pouvoir politique ascensionnel, quelques scientifiques tirent la sonnette d'alarme du réchauffement climatique et de la pollution.

2010 première crise économique mondiale, début de l'enchainement des répliques naturelles auxquelles personne ne prête vraiment attention. Mise en place mais trop tard de la conscience écologique de masse, on s'oriente vers de nouvelles énergies, mais pour des raisons de profit le pétrole reprend le dessus...

2011 la route maritime du nord est ouverte, le pôle nord fond, disparition de 90% des espèces animales de ce secteur, première déviation définitive du JET STREAM, le niveau de la mer s'élève de 30 cm en 1 an...

2012 les hommes l'ont tellement pensée qu'ils l'ont créée, une bombe atomique fabriquée à l'insu de tous par un pays extrémiste religieux explose en pleine mer entre la l'Espagne et les Etats-Unis auxquels elle était destinée. La faille s'effondre et toutes plaques continentales glissent les unes sur les autres générant partout d'immenses tsunamis qui vont recouvrir 80% des territoires émergés... étonnamment restent çà et là quelques ilots secs, la terre ne se composant plus que de petites iles grandes comme un département... et d'EAU ! ! ! !. La tempête et les intempéries durèrent 3 semaines avant qu'un calme relatif ne revienne ce qui diminua encore un peu plus la population restante.

Je vivais il y a encore 3 ans sur un ilot correspondant au massif central.
On m'a raconté ici que durant ces trois semaines cataclysmiques on a ressentit des secousses jusqu'au cœur de némo 2.

J'ai joint à ce message un mini fichier "réponse" si quelqu'un consulte mon message je lui raconterai la suite de l'adaptation des habitants de némo 2 qui comptent reproduire le rêve du papillon des étoiles.

Cela lui permettra peut être de prendre le passage vers némo 2 avant qu'il ne soit trop tard.
Personnellement je trouve la vie ici fantastique... en espérant que quelqu'un trouvera cette bouteille à la mer...

Votre dévoué vieil ami...

Créé par aghorn le 15/03/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Et si on abandonnait le système monétaire... fini l'argent !

La quasi totalité des "problèmes" rencontrés par l'humanité est basée sur l'argent, la bourse, le système monétaire.
Mais qu'est-ce que l'argent... ? Une valeur virtuelle, qui au fond n'a pas vraiment de sens (humainement parlant...).

Pourquoi détruire la nature, pourquoi utiliser des matières chimiques dans tout ce que l'on construit, pourquoi nous rendre malade par notre alimentation mal-saine, pourquoi les très-riches et les très-pauvres... ? ! Une seule base commune à tout cela: l'argent.
Aujourd'hui, un simple mouvement boursier dû à un trader de mauvaise humeur peut engendrer la famille de milliers de personnes... quelle logique y a-t-il derrière cela ? ? ?

Ne peut-on pas commencer a envisager un système basé sur autre chose que le pouvoir, l'argent, et la possession inutile pour certains alors que des milliards d'autres n'ont pas la possession du minima vital... ?

Je ne prétend pas avoir la solution. Je souhaite juste partager mon avis, et faire en sorte que de plus en plus de personnes comprennent que le système dans lequel nous vivons n'est pas inné, définitif, et que c'est à nous de le changer. Et le changement passe d'abord par la prise de conscience, l'imagination (l'utopie ?) et le partage des idées.

Je vous conseille par ailleurs la vidéo "Story of stuff" que vous pouvez trouver en vostf par une recherche sur le net.

Matdust

Créé par matdust le 13/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Le retour au communisme

Cet appel sera entendu par un grand défenseur du communisme. Il organisera des conférences, travaillera sur tous les points, pas seulement économiques mais aussi l'écologie, le social, la sécurité. Il se fit élire président de la France. Bientôt sa réussite monte jusqu'en Europe de l'est puis en Russie, finalement toute l'Europe devient communiste. L'argent par contre est gardé mais seul l'état se sert pour acheter aux autre pays non rouge.

Créé par azerman le 14/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La troisième guerre mondiale

La nation rouge deviendra autonome mais l Amérique n'aimera très peu cette autonomie et les commercial forceront la main a l'Amérique pour attaquer l'Europe, mais ils n'avait pas prévus que les états du sud s allie avec l Europe la chine bientôt avec cuba et même la Corée attaquèrent les etat unis heureusement pour les américain leur plus grand chercheur créèrent une armé de nano-robot l europe communiste pourat elle contré cette attaque ?

Créé par azerman le 14/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La guerre continue

Les USA seront seul contre tous car le reste de l'Amérique hostile au communiste a cause de la propagande se retourne grâce au film en 3d de propagande du chef des communiste, l'Amérique tombera au main du communiste cuba et la chine applaudisse, mais la guerre n est pas fini les magna du pétrole envoie leur terroriste sur le nouveau gouvernement mondial communiste. que va t il se passer le gouvernement va il survivre ?

Créé par azerman le 19/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Un echec pour une réussite

Loin, très loin de la terre une planète grise, si on s approchait on aurait peu voir que le sol était de métal. Au pôle deux bâtiment l'un au pôle nord l'autre au pôle sud. Si on avançait encore on aurait peu voir que le bâtiment nordiste était grand et pyramidale avec au ré-de-chausser une salle avec mille deux cent personne il représentait chacun une planète si on regardait on aurait vu un terrien de l' espèce des fournie. plus haut au deuxième étage 144 personne chacun représentant une galaxie plus en haut encore la ou normalement il y avait un vide d'après nos yeux un conseil des quatre chacun représentait un coté de l'univers il avait les yeux fermé que fessait il ?, nous le sauront peut être un jour... ou pas.

Créé par azerman le 02/02/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Retour au village

Grâce à l'informatique et aux réseaux numériques, il est désormais possible de travailler à distance, en restant chez soi.

De plus en plus de citadins convertis au télétravail décident de quitter les villes, en quête d'une meilleure qualité de la vie, en retrouvant la nature, l'espace, et l'air pur des campagnes. Le problème de la désertification rurale est résolu. La plupart des Terriens vivraient dans des "villages électroniques" raccordés au monde entier...

Créé par Club des Visionnaires le 10/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

Vers de nouveaux liens sociaux

C'est comme ça que tout a commencé. Le télétravail était devenu la solution que tout le monde voulait pour résoudre ses problèmes de stress lié aux trajets pour les salariés et la suppression coûts de gestion des infrastructures pour les entreprises.

Le télétravail nous a permis de retourner vivre à la campagne. Il aura fallu faire évoluer nos mentalités: a la campagne tout le monde se connaît et nécessite une grande tolérance pour se côtoyer. Ainsi, les différences sont devenues des richesses bénéfiques à nos micro-sociétés.

Nous avons pu nous nourrir de produits locaux et bio. Nous avons pu ainsi échanger avec les petits producteurs bio du coin qui sont devenus de plus en plus nombreux. Ces échanges nous ont permis de mieux connaître notre environnement naturel, retrouver du bon sens afin que nos choix et nos pratiques n'aient pas d'impact écologique négatif.

Les campagnes repeuplées, au départ par les "télétravailleur" a nécessité de nouveaux services. Les villages désertiques sont devenus de petites bourgades avec leurs écoles, leur médecins, leurs infirmières,...

D'ailleurs les écoles ont évolué. Elles ne sont plus des lieux de réussite ou d'exclusion. Leur rôle premier est de permettre à chaque enfant de trouver sa voie en favorisant le développement de ses compétences et de ses intérêts. Les diplômes ont été remplacés par des capacités. Les connaissances nécessaires sont permises par les réseaux informatiques et des professionnels. Les adultes aussi peuvent bénéficier de ces services car on peut se former à tout âge.

Comme nous n'avions plus de déplacements pour aller au travail, nous avions besoin seulement d'une seule voiture par famille, donc beaucoup moins de frais, nous avons pu travailler moins. Ce temps disponible nous a permis de mieux nous occuper de nos enfants et de faire d'autres activités. Notamment, on a développé l'entraide. L'entraide dans le travail comme dans la vie privée. Ainsi, par exemple, chacun a pu avoir sa maison pour un moindre coût. L'entraide nous a aussi servi à acquérir de multiples compétences nécessaires à notre autonomie.

L'entraide n'a pas servi uniquement à répondre à des questions matérielles, il nous a permis de plus échanger entre nous et de mieux nous connaître. Ainsi, la moindre occasion est devenue un prétexte pour faire la fête. A peu près une fois par semaine. Comme nous nous connaissons bien, il n'y a plus d'exclus: le problème de chacun est l'affaire de tout le monde. Les enfants bénéficient d'une certaine liberté parce que tout le monde est concerné par leur éducation et leur sécurité. Les handicapés, les vieillards restent parmi nous. Ils ne sont plus mis à l'écart dans des institutions spécialisées. Les personnes âgées ont toujours un rôle, ne serais ce que de transmettre leurs savoirs et savoirs faire, raconter des histoires ou avoir à l’œil les enfants.

Ensuite, le troc s'est développé. L'argent n'a pas disparu mais il est revenu à sa valeur essentielle pour nous permettre certains échanges. Il n'y a plus de systèmes de valeur en fonction de son niveau d'études et tous les métiers sont payés à l'identique. Les différences entre pauvres et riches ce sont estompées.

Les maladies aussi ont beaucoup diminué car nous vivons beaucoup mieux dans un environnement préservé.
Notre travail est devenu une activité et quand nous partons en vacances, ce n'est plus pour nous reposer de nos contraintes car nous avons toujours l'impression d'être en vacances, mais c'est pour découvrir d'autres cultures, qu'elles soient à l'autre bout du monde ou seulement dans une autre région car malgré la richesse de nos ressources électroniques, rien ne vaut de voir sur place. Ainsi, on acquière de nouvelles idées, de nouvelles connaissances pour améliorer notre mode de vie et notre environnement.

Créé par Polca le 14/08/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Télétravail = isolement

Si le scenario me plait, j'ai un doute sur l'évolution du télétravail vers une intégration en zone rurale. Il me semble que déchiré entre sa vie professionnelle et les contingences matérielles, les télétravailleurs - version optimiste deviendrons producteur de légumes ou autres ou se renfermerons encore plus dans leurs sphères numériques (version qui me semble plus réaliste) où ils trouverons davantage d'écoute et de contact avec des gens de mêmes affinités. C'est matériellement ce que je vois a l'oeuvre actuellement parmi les rurbains qui sont venus s'installer a la campagne pour télétravailler mais qui dés qu'il veulent faire des courses ou s'amuser vont dans les agglomérations pour s'acheter ces services. Services qui existent parfois très prés de chez eux et dont ils n'ont pas voulus connaitre l'existence ou qu'ils trouvent fréquentés par des ploucs...

Créé par skippi32 le 30/08/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 


Et si on passait à la nano-technologie ?

La nano-technologie consiste à fabriquer de minuscules assemblages électromécaniques à l'échelle moléculaire. A l'horizon 2020, nous serons capable de fabriquer des micro-robots invisibles à l'oeil nu, dont les rouages seront constitués de seulement quelques molécules. Utilisés par les militaires, ils pourront être utilisés pour des opérations d'espionnage, de sabotage, de guerre électronique. Utilisés par les biologistes, les nano-robots pourront entrer dans les corps, réparer des organes ou se connecter à nos neurones... et même peut-être à notre insu.

Créé par Club des Visionnaires le 10/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

... La suite après la pub...

"... Avec NANONET libérez-vous des contraintes intérieures, une boite de 1 kg de nano-nettoyeur suffit pour éliminer CHEZ VOUS toutes traces de contamination de toutes natures...

... NANONET ! un paramétrage simple avec ciblage prioritaire au choix sur les acariens, bactéries, champignons, nano-résidus, virus pandémiques, grand-vide*...

... NANONET ! Une durée de vie supérieure prouvée de 6 semaines**

NANONET ! LI-BE-REZ-VOUS ! ! !


* mode grand-vide ne garantit pas l'intégrité physique des autres nanomachines non homologuées NANOCORP
** Etude comparative sur un échantillon de 100 habitats de 25 m²

Créé par dilettante le 20/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Flash info

… disparition inexpliquée…
Étrange affaire que révèle nos frères du Canard Libéré, les forces de sécurité de la zone Gauloise sont face à une vague de disparitions pures et simples de nombre de citoyens, notre journaliste Jean-Mohamed O’Levy a rencontré pour Gaule Info le responsable de la Sécurité Publique:
- Ce qui est frappant dans cette affaire ce sont les similarités des cas, c’est comme si les gens ont décidé sur un coup de tête de disparaître avec leurs affaires, sans toucher pour autant à leur compte crédits… Ces disparitions sont d’autant plus inquiétantes que même le central de géolocalisation n’arrive à situer les disparus. Nous avons mis sur l’affaire 5 INSPECTO, mais pour l’instant leurs calculs se perdent en conjectures…

… santé…
Notre ministre du PS* nous annonce ce matin la mise en équipement prochaine du nouveau module de soins MS-7 de NANOCORP, cette biosentinelle permet, tout comme les actuelles, la lutte contre les agressions naturelles, mais ajoute à cela une protection contre les attaques nano-terroristes. Pour rappel le dernier communiqué du groupement géo-intégriste de Georges O’Leaden promet une nouvelle attaque nano contre les structures et les gens du Nouvel Ordre.
Les modules MS-7 seront distribués aux populations d’utilité 6 à 10, implantables par vos HOMECHIR V. 4.
A vous les studios !

* Préventif Santé

Créé par dilettante le 25/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Et si des nano-robots nous surveillaient tout le temps ?

24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ?

22 Juillet 2142.

La frénésie et la dictature de l'Ultra-Tout-Sécuritaire.

Chaque individu vivant sur Terre est entouré d'une bonne dizaine de "nano-cervocops". Qu'est-ce des "nano-cervocops" ? Ce sont des caméras volants intelligents d'une taille de l'ordre du micron, chargés de filmer et de surveiller vos moindres faits et gestes à chaque instant de votre vie sans que vous le sachiez et sans que vous vous en rendiez compte. Vous ne pouvez même pas les voir car ils sont totalement invisibles à l'oeil nu. Où que vous soyez, vous êtes épié. Ils sont également capable de pénétrer dans votre corps et d'aller dans votre tête pour surveiller la moindre de vos pensées. Depuis votre naissance jusqu'à votre mort, tout en vous est enregistré, analysé, décortiqué et envoyé directement dans un Centre International d'Etudes et de Surveillance Mondiale (CIESM) pour y être définitivement stocké dans un cube qui est une sorte de bibliothèque d'archives de la vie de tous les êtres humains. Ces machines invisibles peuvent également être utilisés par des voyeurs pour filmer les femmes au WC par exemple (et ces vidéos ignobles diffusées sur Internet 4. 0 en 3D relief) ou par des politiciens pour espionner des entreprises ou des personnes jugées "gênantes" pour leur ascension sociale, ils peuvent être utilisés à des fins moins louables par une toute petite partie de la population appelé "Elite" qui a la chance de ne pas avoir de nano-cervocops tourner autour d'Elle. Désormais, chaque être humain qui naît sur Terre (sauf l'Elite qui est épargnée de tout ça) a l'obligation d"échanger sa propre liberté et sa propre vie privé contre... contre... la sécurité. Et ce, jusqu'à sa mort.

C'est l'Elite qui l'exige.

Et vous êtes sommé de l'accepter sous peine d'être passible de Tribunal.
 

Créé par LOGEOMI le 29/03/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Abondance

En 2068, les premiers nanorobots constructeurs sont créés. Ceux-ci ont la faculté de pouvoir assembler les particules élémentaires afin de former des atomes puis des molécules. Dorénavant, grâce à cela, il n'y a plus de famine car les nanorobots peuvent créer autant de nourriture et d'eau potable que nécessaire, et même plus encore.

Créé par Alveron le 27/12/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Le piratage "nano-informatique"

Année 2249, l'humanité est dépendante des robots, surtout des nano-robots qui sont présents dans leurs corps, ces machines, de la taille de microbe ont pour but d'entretenir le corps humain et de ce fait rallonge la durée de vive d'un être humain normale de 80 ans.

Mais ce 18 juillet de la même année un dictateur décide de s'attaquer à un pays, la france, il engage un pirate informatique qui arrive à prendre le controle de tous les nano-robots et leurs ordonnent de tuer leurs porteurs, aussitôt dit, aussitôt fait, ces petites machines commencent à découper les tissus de notre corps en tout petits morceaux. Vu de l'extérieur, on assiste à un spectacle des plus étranges, les porteurs de ces nano-robots, c'est à dire 99% de la population, ont l'air de fondre comme de vulgaires esquimaux au soleil. A Paris le spectacle est vraiment impressionnant, un velouté pourpre se forme sur les passages piétons se vidant dans les égouts, et l'on voit les dégats de tous ces véhicules volants ou non qui viennent de se heurter contre des immeubles, du fait que de l'absence de pilotes.
Les survivants chaussés de grosses bottes constatent l'étendue des dégats causés par cette guerre qui n'a duré que quelques minutes et qui a déjà fait des dizaines de millions de morts...

Créé par Alexbar le 30/07/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Black-out

2052, une année plutôt calme... Peu de terrorisme, des tensions peu palpables entre les pays, une expansion correcte du marché international... En bref une année sans bouleversement quelconque, sans innovation particulière, sans rien de spécial... Rien sur Terre, mais pas sur notre étoile.

En effet les cycles solaires se sont modifiés, perturbés par on ne sait quel facteur. Quoiqu'il en soit, lorsque les gouvernements des grands pays mondiaux ont annoncé une éruption solaire imminente ce fut la débandade parmi la population mondiale. La criminalité, les attentats, les guerres explosent, en même temps que l'économie s'effondre avec toutes les valeurs principales de l'humanité. Il est trop tard pour fuir, il ne reste plus qu'à vivre pleinement les quelques mois qui restent à la planète. Cette nouvelle fût annoncée le 21 décembre 2052.

26 Février 2053, Un éclair lumineux parcourt le ciel, tout autour de la planète, y compris dans la zone de "nuit", où la lumière se reflète sur notre satellite, la Lune. L'éruption a commencée. Est-ce la fin de l'espèce humaine ? Est-ce la fin de notre planète ? Notre espèce est-elle donc vouée à rester dans l'ignorance, dans l'incapacité de sauver sa propre existence et de se faire remarquer des autres formes de vies ?

Créé par Gegdu92 le 28/12/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

... Ou pas?

Contrairement à ce qu'avaient prévu les scientifiques du monde entier, cette éruption solaire spectaculaire n'entraîna pas la fin de toute vie sur terre. Ni la fin d'aucune vie sur terre... Du moins pas directement...

En effet, une quantité inimaginable de particules s'est déversée sur l'ensemble du système solaire, dans l'axe de l'éruption. Aucune déflagration, aucune surchauffe, aucune désagrégation. Mais ces milliards de neutrons ne sont pourtant pas sans effet.

Ils viennent frapper les infrastructure de plein fouet, provoquant l'extinction immédiate de toute source d'électricité terrestre. La terre, et l'humanité du 21e siècle, privée d'électricité... En apparence une simple panne, comme il en arrive tous les jours... Sauf que cette panne s'applique sur tout le globe, et pour une durée indéfinie! L'ensemble des systèmes électriques existants sont grillés!

Mais voilà, cette fin prématurée de l'électricité a de nombreuses conséquences... Tout d'abord tous les systèmes de sécurités sont grillés, ce qui entraîne une hausse de la criminalité. Pire! Les hôpitaux se voient privés de moyens pour sauver des vies. encore plus catastrophique! L'explosion quasi-simultanée de l'ensemble des centrales atomiques où les équipes ne maîtrisent plus la fission des particules au sein du réacteur.

On assiste donc à une chute brutale de l'humanité, et une pollution radioactive due non pas à l'éruption solaire, mais aux centrales humaines. Combien vont survivre ? Combien vont mourir ? Y'a t'il une solution ? est-ce la triste fin de l'humanité ?

Créé par Gegdu92 le 01/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Sous terre

Et les hommes comprirent.
La planète ne serait pas détruite, seul la surface brulerait.
Comment survire ?
Les hommes devraient se cacher. Faire des fourmilières humaines.
Les hommes vivaient sous terre, ils se nourrissaient des insectes grouillant sous leur pieds, ou du moins au-dessus de leur tête désormais.
Et ils créèrent les cités sous terre.
Les générations futures ne connaitrons pas le vent soufflant sur leur visage, ni les oiseaux volant au dessus de leurs têtes.
Mais l'humanité serait sauvée...

Créé par Phanou le 14/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (4)

 

Sous terre, suite

Les hommes ont réinvesti la totalité des anciennes mines creusées au vingtième siècle. Les tunnels ont été fermés par des sas et entièrement aménagés pour permettre la survie de petits groupes de quelques centaines d'individus. Il n'y a pour le moment aucune communication entre les différents groupes.

Créé par Micamar le 22/07/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


La Troisième guerre mondiale n'aura pas lieu !

Avec le réchauffement planétaire, l'eau va devenir rare, donc source de richesse et de pouvoir... La Russie, forte de ses réserves en eau et en pétrole et d'une armée modernisée, et désireuse de retrouver sa souveraineté d'antan, voyant en l'Europe une proie facile, va mener une politique expansionniste agressive. Pour maintenir une paix fragile, l'Europe laissera faire dans un premier temps... La Hongrie, tiraillée par une fraction réactionnaire et par la Russie qui, insidieusement, infiltre et corrompt l'appareil politique, fomentera l'assassinat d'un haut dirigeant progressiste et réformateur. Comme par le passé (l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand), les tensions accumulées pourraient conduire à un conflit mondial... Venus en Suisse des quatre coins du monde, des libres penseurs vont œuvrer pour la construction d'un droit international humanitaire. Le monde est comme à l'état de nature, se caractérisant par "une guerre de tous contre tous" que la menace nucléaire dissuasive ne parvient plus à canaliser. Ainsi, selon Hobbes, il ne peut y avoir de loi (internationale) sans un pouvoir commun. En suisse, va naitre alors le premier gouvernement mondial qui légifèrera, et la première force mondiale qui permettra l'application du droit international. La cours internationale de justice sera dotée ainsi de sa légitimité et de sa puissance d’action nécessaire pour empêcher qu’une nouvelle guerre mondiale éclate.

Créé par felipe le 21/12/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Vers un gouvernement mondial (chapitre II)

(Suite du Chapitre I: la troisième guerre mondiale n’aura pas lieu !)

La SDN, l’ONU, la communauté européenne sont des tentatives avortées de constitution d’un corps social mondial, apportant toutes leur pierre d’expérience pour l’édification d’une société mondiale à venir. L’Europe du libre échange est une erreur, mais elle impulse un mouvement essentiel d’intégration des nations. Le gouvernement mondial prendra naissance lors de la résolution de la crise Russe/Hongroise, seule issue possible pour éviter le pire, un conflit mondial. La Société des Nations Unies s’édifiera alors sur les ruines de la communauté européenne, et de part la puissance humaine, financière, technologique, juridique et sociale qu’elle décuplera, elle intégrera au fur à mesure, les autres pays non affiliés, aspirés par cette dynamique mondiale, y trouvant tous un intérêt. Débutera alors un âge d’or sans précédent pour l’humanité.

Synthèse (ou métissage) de multiples systèmes politiques, réconciliant la bipolarité idéologique du monde (abrogeant ainsi les tensions), la Société des Nations Unies tire ses fondements sur le droit naturel et les droits universels de l’homme qui en découlent. Régie par le principe de séparation des pouvoirs, elle s’articule autour de cinq organismes (pouvoirs) autonomes et indépendants: le Conseil des Sages (qui prend les décisions politiques et qui légifère), la Cours Internationale de Justice (qui met en application les lois et juge), le Conseil de Sécurité (qui veille au respect des lois et à l’application des peines et sanctions financières ou militaires), le Trésor Mondial (organisme financier qui gère les ressources, les biens, les monnaies, les impôts…) et la Direction Internationale des Ressources Humaines (qui veille à préserver son capital humain et gère la division du travail)

Sept membres par organismes. Les décisions sont prises à l’unanimité par les sept. Pour l’exercice de leurs fonctions, les sept membres recrutent unanimement des collaborateurs, constituant ainsi un ministère ou une assemblée. Nul étant au-dessus des lois, tout dirigeant étant tenu pour responsable de son action et de l’action de ses collaborateurs, le choix se fera consciencieusement, en vertu de la compétence et non par manœuvre politicienne ou par accointance. Etant déjà élus et en place, le choix ne sera pas non plus démagogique ou intéressé. L’assemblée constituée élira à la majorité leurs dirigeants parmi les membres de l’assemblée et des dirigeants de structures inférieures ayant volontairement portés leur candidature (réciprocité du système, comme en amour, je choisis celui qui me choisit). Pour les mêmes raisons, les choix seront faits en âme et conscience, en fonction de la compétence. Qui voudrait se choisir un mauvais directeur ? Par ailleurs, pourquoi se défaire d’un dirigeant ou d’un collaborateur compétents. Toutes charges et fonctions seront reconductibles et à durée indéterminée. Ainsi, on ne peut remplacer qu’un poste laissé vacant. En cas d’incompétence avérée (recours juridiques), il est possible de licencier un membre de l’Etat ou un dirigeant. Tout citoyen n’est révocable que par l’autorité l’ayant mis en place (les collaborateurs sont révocables par les dirigeants et les dirigeants révocables par les collaborateurs).

Cette organisation se démultipliera de manière pyramidale, au niveau national et régional, pour prendre en compte les spécificités de chaque milieu. Tout citoyen aura des droits, issus de la loi générale et de la loi locale (application du général au particulier). Tout citoyen aura des devoirs: le respect des droits des autres. Tout citoyen aura des charges (suivant sa fonction). L’organisme central et les organismes de tutelle fixeront ainsi des directives (cahier des charges), des taches à remplir. Ce qui est mieux que des commandements et des impératifs. Ils détermineront les objectifs que chacun, en fonction de sa situation et avec ses moyens propres devra atteindre. A tout niveau, est ainsi garanti liberté (responsabilité), autonomie et créativité. Ce qui n’exclut évidemment pas la collaboration. Bien au contraire.
Au cœur du système, se trouve l’Education Internationale (répercutée en Nationale et Régionale). L’éducation sera accessible et gratuite pour tous, pour que chacun ait les mêmes chances. Elle sera non obligatoire, entendu que le renoncement à ce droit fondamental pourrait être des plus préjudiciables pour la personne et le collectif. Elle aura pour but de transmettre un savoir, des compétences et une culture mondiale, ciments des civilisations et de l’humanité. Elle partagera ses connaissances afin de permettre l’éclosion des compétences de chaque citoyen (pour un meilleur épanouissement personnel et collectif). Tout savoir sera donc enseigné, avec égale considération (pas de matière privilégiée). En début de cursus, un tronc commun obligatoire, axé sur des fondamentaux afin de donner à chaque citoyen une même culture de civilisation. Et au fur et à mesure de l’avancée et de la maturité, des disciplines choisies...

Tout est possible. Faisons tous ce même rêve pour que tout devienne possible. Militons pour une organisation mondiale et pour les droits de l’homme avant qu’il ne soit trop tard ! !

Créé par felipe le 03/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

La fin du libéralisme !

(Suite du chapitre 2: vers un gouvernement mondial)

Pour éviter la troisième guerre mondiale, un ordre nouveau s’est mis en place. A son début, la Société des Nations Unies (SDNU) ne se compose que de quelques pays européens et de la Russie. On retrouve les pays impliqués dans le conflit ayant accepté l’arbitrage international, la résolution par le droit de leurs différents, et de pays neutres, telle la Suisse, servant diplomatiquement de médiateurs. Mais la SDNU reste encore fragile. Car de grandes puissances et beaucoup d’autres pays ont rejeté ce projet. Parmi eux, l’Angleterre.
Pour la première fois de son histoire, l’Angleterre est sérieusement menacée, se trouvant dans une situation plus que critique. Ruinée par cette crise économique mondiale perdurante, affaiblie par un siècle de politique du pire, minée par les conséquences de ce libéralisme économique déshumanisant (chômage, misère, émeutes et grèves), ébranlée par les conflits avec l’Irlande du Nord, l’Angleterre sombre. Et finit, elle l’irréductible, à demander la protection des états membres de la Société des Nations Unies.

Le gouvernement de la SDNU aura en charge de résoudre tous les problèmes liés à la mondialisation. En accueillant l’Angleterre, se poseront les questions des orientations économiques mondiales. Sortir de la crise, relancer l’économie, apporter une solidité et stabilité financière aux états membres, lutter contre la misère… ce qui se ramène à changer ce système économique défaillant cause de tous ces maux, sera la priorité du premier conseil des sages (crée au moment des tensions internationales précédemment évoqués). Pour se faire, il structurera un autre organisme d’Etat indépendant: Le Trésor Mondial.

Ce serait une erreur de faire table rase de tout l’appareillage économique existant. La monnaie, de plus en plus virtuelle, permet une masse considérable d’échanges, donc d’enrichissement. Le tissu industriel est efficace et la technique nécessaire. Ce qu’il faut donc, c’est plus de régulation. La vertu de l’échange est l’équité. Si l’échange est équitable, il profite à tous. S’il ne l’est pas, l’un s’enrichit au dépend de l’autre, cause d’inégalités et au final de l’effondrement de tout le système, puisque le capital étant amassé chez l’un, plus d’échange n’est alors possible. Or, la fluctuation et les écarts de prix ne permettent pas l’échange équitable. Toute spéculation est donc corrosive. Ainsi, la première directive économique du gouvernement mondial est la fixation des prix. Par la fixation des prix (fusion de l’économie de marché et de l’économie marxiste), l’économie sortira de la crise, le monde connaitra une croissance sans précédent, tous les pays membres s’enrichiront.

Quand les prix ne sont pas fixes, si la spéculation est rendue possible, les échanges sont déterminés par les valeurs d’échanges (prix) et non par les valeurs d’usages (qualité). Le marché sera, par conséquent, remporté par les plus offrants. La concurrence féroce conduit à la guerre des prix, où seuls les plus forts et les plus gros subsisteront. Cette baisse des prix n’est qu’en apparence profitable au consommateur. Car pour maintenir des prix bas, les entreprises délocalisent, précarisent, rognent sur les salaires et imposent un management inhumain (pertes d’emplois). Et au final aboutit au monopole des multinationales qui imposeront alors des prix forts pour obtenir les marges les plus élevées (pertes du pouvoir d’achat.)

Si les prix sont fixes et partout les mêmes (ainsi que pour les salaires), si la spéculation n’est plus possible, les échanges seront déterminés, inversement, par les valeurs d’usages (qualité) et non par les valeurs d’échanges (prix). Le marché sera par conséquent remporté par les plus performants en termes de qualité. Plus de guerre de prix, mais une course à la modernisation et à l’exellence. Plus de monopoles. Plus de délocalisation (moins de chômage). Les travailleurs qualifiés seront valorisés (donc hausse des salaires). Plus de management basé sur la rentabilité, mais sur la revalorisation des salariés et de leur créativité...

Créé par felipe le 04/01/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Si on découvrait une source d'énergie illimitée

A la manière de "L'Equation de Zoran" dans "La nuit des temps" de Barjavel.
La nourriture est creer de rien, toute l'agriculture et l'elevage sont inutiles, les usines ne nessecitent plus de matières premières, simplement la transformation de l'energie en objet de consommation.

Créé par Mauhnna le 15/12/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Un très vieux livre

Alors même que tout espoir était perdu en matière énergétique, ce fut du passé que revint l’espérance.

Nicolas Tesla, l’inventeur du courant alternatif, avait confié à un petit cabinet d’avocat, un double de ses découvertes sur l’énergie libre.
En 2024, les descendants du cabinet juridique, devenu un prestigieux centre d’audit, avaient scrupuleusement respectés les consignes de leurs prédécesseurs. Ils constituèrent et transmirent a un groupe constitué de plusieurs Nobels, différents ouvrages, écrit de la main même de Tesla, sur l’énergie libre.

Les travaux instigués par Tesla, puis repris par le collège d’experts, furent effectués dans la plus stricte confidentialité.

Après confirmation de la brillante découverte et sa mise en œuvre rapide, cette application fit l’effet d’une bombe médiatique. Après les égarements liés a la disparition du pétrole, l’humanité disposait enfin d’une source d’énergie parfaitement inépuisable et totalement gratuite, peu onéreuse a mettre en oeuvre, et accessible a tous.

Tesla savait, il avait anticipé les égarements et plus qu’un autre, il connaissait la cupidité maladives des grands groupes financiers. Il savait que « on a jamais raison, quant on a raison trop tôt » Il avait supposé l’épuisement des ressources, la bêtise et la cupidité humaine. Lui-même en avait tellement souffert.

Lorsque son laboratoire avait été pillé et détruit, après sa mort, personne ne savait qu’il avait confié le soin aux générations futures de mettre en œuvre la plus précieuse et la plus importante de ses découvertes sur l’énergie libre. Il avait compulsé quantité de notes, de schémas explicatifs et détaillés, ou il donne toutes les indications pour puiser dans l’eau de source une énergie illimitée, non polluante et parfaitement gratuite.
Désormais au fronton de chaque université était gravé un hommage à sa mémoire.

L’énergie libre était disponible pour une humanité prête a l’accueillir car ayant trop souffert de l’époque post pétrolière.

Créé par Shany le 28/12/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

La diffusion de l'énergie libre

L'énergie libre avait été trouvée. La machine fonctionnait, Martin et ses collègues l'avaient testée. A partir de leur petit module bricolé dans leur cave d'après les plans secrets de Tesla ils pouvaient produire une énergie infinie, propre, gratuite. Mais surtout, cette énergie était impossible à stocker, ou a distribuer.

Les personnes qui finançaient les travaux de Tesla, et qui étaient également ceux qui distribuaient le cuivre des fils électriques l'avaient bien compris, et c'est pour ça que les recherches avaient été interrompues. Et c'est également pour cette raison que jusqu'à présent, tous ceux qui avaient réussi à maîtriser cette énergie avaient été muselés de gré ou de force. Les brevets achetés et les traces détruites. Les enjeux étaient trop grands.

En effet, en 2050, la société avait changé. Ce n'étaient plus les états qui avaient le pouvoir, et qui créaient les lois. Ils avaient donné ce pouvoir à ceux qui produisaient l'argent. Trois grosses sociétés dirigeaient le monde, elles possédaient les entreprises, et pouvaient donc mettre des populations entières au chômage, elles possédaient l'énergie et pouvaient donc choisir à qui et à quel prix la fournir, elles possédaient les banques et pouvaient donc jouer sur les prix, elles possédaient les brevets des médicaments et pouvaient choisir qui pouvait vivre ou mourir, elles possédaient l'industrie agro-alimentaire et pouvaient donc gérer les famines à leur guise, elles possédaient les médias et pouvaient ainsi dire aux gens ce qu'il devaient penser. Dans ce contexte les états endettés n'étaient plus que des pantins qui servaient à distraire les foules afin qu'elles aient l'impression d'avoir des choix à faire.

Mais rien ne fera taire Martin. Lui voulait changer le monde. Pour ses enfants. Et leurs enfants. Il n'avait plus rien à perdre. Sa société avait été délocalisée, il avaient perdus sa maison, sa femme végétaient sous les anti-dépresseurs, et ce ne sont pas ses collègues qui avaient une situation similaire qui allaient contredire sa démarche.

Par contre, comment faire pour ne pas avoir un accident mortel étrange? Comment faire pour ne pas se faire battre à mort? Comment faire pour que leur découverte ne soit pas détruite? La confidentialité les avaient sauvés jusque là, mais il fallait sortir de cette confidentialité pour offrir au monde leur découverte.

C'est Martin qui trouva la solution. Après son entrainement de saut en chute libre, accoudé au bar, il buvait les paroles de son instructeur, le vieux Félix, qui leur racontait comment il avait franchi le mur du son en sautant de l'espace. Et comment, le temps de quelques heures, il avait été un héros mondial. Martin se souvenait tellement bien avoir regardé la retransmission en direct de cet exploit sur les télévisions du monde entier. C'est cet instant qui lui avait donné l'envie de faire comme lui.

La société "Blue Horse", qui avait sponsorisé Félix à cette époque était maintenant connue à travers le monde entier. Sponsoriser des exploits sportifs leur avait rapporté de la notoriété, qui elle-même leur avait rapporté la fortune. Leur boisson énergisante était devenue la seule sur le marché, elle avait même réussi à remplacer le café. Félix en était devenu un des actionnaires principaux. Il était riche et célèbre, mais il s'ennuyait. Comment avoir des sensations plus fortes que celle qu'il a éprouvé ce jour là? La sensation d'avoir les yeux du monde rivés sur soi, et de rentrer dans l'histoire.

L'occasion était trop belle. Martin sauta dessus. Après avoir commandé une nouvelle tournée, il s'adressa au vieux Félix:
- Dis vieux, ça te dis de revivre ça? Le monde entier qui t'observe? Tu as fait rentrer "Blue Horse" dans les moeurs du monde entier, et si cette fois tu changeait le monde?
- Changer le monde? Tu délires.
- J'ai découvert une énergie. Une énergie que chacun pourrait produire et que personne ne pourrait capturer. Ce n'est pas la en ligne avec philosophie de ta société? Si c'était vous qui annonciez cette nouvelle au monde, tu pourrais te dire que c'est vous qui auriez changé le monde. Vous seriez dans les livres d'histoire. Il y aurait un avant votre révélation, et un après.

Trois mois plus tard, toutes les télévisions du monde entier sont réunis dans le désert. A la tombée du soir. Devant une grande scène. En direct, derrière tous les écrans d'ordinateurs et de télévisions, des milliers de gens attendent avec excitation le dernier exploit sportif "surprise" de la société de boissons énergétique. Des semaines qu'ils font monter le suspense: ce sera plus impressionnant que le saut depuis l'espace plus impressionnant que la couse de navettes, plus intéressant que le plongeon dans les abysses!

3... 2... 1... sous les flashes qui crépitent, le rideau tombe.
Derrière, un cylindre, une sorte de corbeille à papier métallique, avec une manivelle à l'ancienne, et une multi-prise. Derrière ce cylindre, un écran géant.

Silence dans la salle.

Entrée de miss América, dans son T-shirt trop serré imprimé du logo aux deux chevaux ailés. Avec un sourire forcé, elle entre la fiche de l'écran géant dans une des prises de courant de la corbeille à papier. Elle tourne la manivelle, qui fait un petit bruit de dynamo. Puis retire la manivelle. L'écran géant s'allume en dévoilant sur sa moitié gauche un plan, non, plutôt un schéma technique.
Et sur sa moitié droite on voit la corbeille en papier en gros plan, dans laquelle on voit de petits aimant tourner, tourner de plus en plus vite, et encore plus vite, dans une étrange lumière dorée.

La salle chuchote. Le public derrière les écrans est bouche bée, et vraiment très déçu. Alors Miss América enfonce une seconde prise dans la dynamo, et alors qu'on entend un bourdonnement... le désert s'illumine! Le sol du désert est, sous quelques millimètres de sables, entièrement recouvert de leds. Les vidéos des satellites retransmettent en direct la lumière qui part de ce petit point, cette petite scène au milieu de rien. Cette lumière qui s'étend à des milliers de kilomètre à la ronde en dessinant en bleu le logo aux deux chevaux ailés, et alors que les hauts parleurs de la scène diffusent une musique de plus en plus puissante, le slogan s'envole à travers les airs et les lignes de télécommunications "Blue Horse te donne l'énergie, l'énergie libre pour tout le m..: "
- tuuuuuuut -- Nous nous excusons auprès de nos téléspectateurs pour ce problème technique, nos émissions reprendrons dans quelques instants.

Et voilà. Trop tard. Ca marche. Et des milliers de gens ont vu comment notre petite machine artisanale peut allumer le désert. Tous le monde a vu le schéma technique. Tout le monde sait.

Les semaines qui suivent ne seront plus jamais les mêmes. La machine est interdite à la vente. Mais chaque ménage en veut une. Les écoles et même les administrations en veulent une. Les plus bricoleurs se lancent en suivant des tutoriaux sur internet, chaque petit garage de quartier se met à en produire pour les vendre, les étudiants du monde entier en fabriquent au cours de physique, les ingénieurs se lancent dans la fabrication de voitures à énergie libre, les chinois les miniaturisent, les villages africains recopient et distribuent des plans à l'infini et les carcasses de voitures et de vélos sont reconverties en "dynamos 2. 0". Tout le monde a accès à l'énergie, à l'informatiques, à l'électroménager, aux machines.

Le marché de l'énergie s'effondre. Les grosses compagnies qui possédaient des actions énergétiques s'effondrent. Les gouvernements qui ne tournaient sur leurs ressources pétrolières s'effondrent. Le nucléaire perd son utilité. La terre n'est plus vampirisée. Plus rien ne sera comme avant.

Il y a eu un avant cette révélation, et il y aura un après.

Félix sourit, il est entré dans l'histoire pour de bon.
Martin sourit, il a changé le monde.


Créé par violette17 le 14/01/2013 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 


De l'Abstrait à la Réalité

Emma claque la porte de son appartement.
Son sac sur le dos, elle descend les escaliers rapidement et légèrement, ses pieds se soulèvent à peine des marches.
Elle pousse la porte de secours, détache la lourde chaîne, la prend dans ses longs doigts fins et la range dans le top case de sa moto.
Elle ajuste la jugulaire de son casque, glisse ses mains dans le fourreau de ses gants.
De dos, elle ressemble à un insecte. Sa combinaison noire, cintrée à la taille et moulant ses hanches, elle enjambe l'ennemi et s'y agrippe, jusqu'à ce qu'elle mette le moteur en marche et dans le vrombissement, son corps se serre à la moto, elle vient de dompter la bête et elle fait corps avec elle.
A chaque virage, elle se penche et ondule comme si son engin était à peine posé sur le sol, elle a l'impression de voler.
Elle ralentit a l'approche du passage piéton et laisse traverser la petite fille qui la regarde avec insistance et curiosité comme dans une rencontre avec soi-même.
Puis elle repart, laissant flotter sa queue de cheval au vent. Emma gare rapidement sa moto et sort ses affaires.
Le minimum pour son voyage était contenu dans une mallette, son parfum, son maquillage et son ordinateur Mic. Le reste de ces affaires avaient été expédiées la veille, dans une grande malle.
Dans son petit sac à dos, se trouve le plus précieux à son voyage et à sa vie. Le témoin, celui qui ne la quitte jamais. C'est son âme et ses yeux, son appareil photo.
Souvent, elle pensait au jour où, elle aussi se ferait greffer dans la pupille la puce Horus, pour prendre une photo simplement en regardant un sujet. Il suffisait de faire une mise au point au moyen de la pensée et déclencher la prise de vue par un battement de paupière bien défini. Les infos stockés dans la mémoire visuelle sont restituées par captation des ondes. Mais actuellement la technique présentait trop d'imperfection comme l'effacement des données, le piratage de photos et de vidéos dans le cerveau, utilisé à des fins misanthropiques.
En soulevant son casque, elle tire sur le ruban qui maintient ses cheveux attachés. Elle passe une main dans ses boucles rousses. Elle secoue la tête. Des mèches folles explosent, sa crinière semble s'enflammer autour de son visage clair.
Au loin, on entends quelques sifflements et commentaires graveleux sortit d'un trou, duquel émergent des hommes recouverts de terre et de poussière. Ils abandonnent là, leur chantier de construction, pour regarder passer Emma qui ne se laisse distraire de son avancer vers l'aéroport.
Son retard lui fait accélérer le pas. La chaleur de son corps augmente. Alors, elle dégrafe les boutons de son blouson et les cris se font plus fort.
En arrivant à leurs hauteurs, elle lance de ses grands yeux verts, un regard froid en direction des hommes. En un instant, le silence règne. C'est comme si Emma réussit à faire taire une meute de chiens bruyants. Les ouvriers se remirent au travail avec le regard penaud d'un enfant que l'on viendrait de gronder, pris les mains dans le pot de pâte de chocolat, mais heureux du goût qu'il a encore dans la bouche.
Quand elle eut le dos tourné, elle esquissa un sourire. Elle acceptait d'être complimentée mais avec respect. Néanmoins, elle s'étonnait toujours de plaire physiquement à quelqu'un, puisqu'elle pensait que dans la vie, l'âme est une partie intégrante du corps et qu'il est nécessaire de s'intéresser au deux.
Elle se mit à courir car elle sait bien que dans certaine circonstance elle ne peut arriver en retard. L'avion pour Kwili ne l'attendrait pas.
Ce manque d'organisation lui a souvent permis de faire des rencontres extraordinaire.
Tout en cherchant son billet d'embarquement, elle repense à la mission que lui a confié Bill.
Ils s'étaient rencontrés quand Emma était en quête de sa mission sur Terre. Elle n'était affiliée à aucun groupe mais elle s'intéressait aux actions menées par certains évolutionnaires. Comme à son habitude, elle avait acceptée une invitation à la dernière minute. Elle participait à une réunion des opposants de l'abétisation des masses.
Dans cette salle de réunion éclairée par le halo de petites lumières magnétiques, Emma vint s'asseoir à côté de Bill. Enfoncé dans son fauteuil, c'était un homme petit et plutôt replet, aux yeux agrandis par les verres de ses lunettes, ce qui lui donnait un air de gentil nounours. Il se présenta simplement à Emma, lui qui se trouvait au sommet d'une des plus grandes agences de Libre ExPression. Il était souvent en proie au menace des extrémistes de tout bord, pour ses articles sur la vérité de la pensée, de la parole et de l'action.
Bill compris rapidement qu'Emma serait un atout de qualité dans son agence et il lui proposa de travailler avec lui. Elle accepta sachant que sa liberté serait préservée.
Elle voyait en lui le père qu'elle n'a jamais eu. Et Bill admirait en elle cette farouche indépendance.
Une tendresse réciproque s'était installée dans leur relation amicale et professionnelle. Ce sont des rapports humains qu'Emma appréciait, pour la sincérité de leurs échanges.

C'était arrivée deux jours plus tôt, alors que Call le frère de Bill, écrivait par télépathie avec un correspondant sur place, un article sur le trafic des enfants de Kwili-Bong, il fut retrouvé dans le bureau de son appartement, à terre, le corps convulsionné et sur le visage une expression étrange, d'effroi, de douleur et de joie. Tout laissait à penser que le gouvernement de Kwili avaient envoyé ses agents secrets pour abattre un lucide, gênant.
Sous le choc, Bill voulait personnellement comprendre, et tirer cette affaire au clair. Il publierait l'article de son frère, fût-il un hommage posthume.
Mais pour cela, il avait besoin d'Emma, de ses qualités de photographe.
Il fallait encore des preuves par l'image pour que les gouvernements en apparence incorrompus, pousser par l'opinion public et les sondages, agissent. Biensûr tout une presse a été crée à partir de ce constat. Et les agences de photo du gouvernement étaient les spécialistes du photo-montages et de la fausse information.

Le message de l'hôtesse donnant l'éternel consigne de sécurité tira Emma de ses pensées.
L'avion roule sur le tarmac. Emma sourit au sensation d'accélération qu'elle ressentait.
Le Flycar dans les airs faisait un bruit assourdissant, dans son jardin de banlieue Gus leva la tête en regardant cet avion qu'il ne prendrait jamais.

A SUIVRE…

Créé par dolphindigo* le 27/03/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

De l'Abstrait à la réalité 2

Il baisse à nouveau la tête et souffle machinalement sur ses fleurs en plastique noircies par les hydrocarbures de l'aéroport.
Il n'a jamais envisagé de partir vers une quelconque destination qui le sortirait de ce trou.
Gus est un homme voûté, non que la vie ait été dur, mais ses habitudes ont eu raison de lui.
Dans les murs de clôture en aluminium, il voit le reflet de son visage au teint blafard comme un papier peint jauni par la fumée et ses cheveux fins luisants. Il a les yeux creux d'un homme sans rêve.
Il a eu de la chance pour certain, un malheur pour d'autre, de travailler toujours dans la même entreprise.
Son père l'avait fait entré dans cette usine.
Depuis quarante cinq ans, tous les matins à 4h, alors que le soleil est encore couché, lui, se lève et se glisse machinalement dans sa combinaison grise.
Là, debout face à l'évier de tôle ondulée, il trempe les gâteaux de rations (provenant des destockages militaires) dans son ersatz de café, qui a d'avantage un goût de réglisse et l'amertume des jours sans joie.
À quatre heure trente précise, il franchit le seuil de l'exiguïté de sa maison de fonction de 14,8m2 réglementaire pour un homme seul, sans progéniture.
Il se rend 100 mètres plus loin, dans l'Usine "wash end".
Gus coupe des morceaux de serpillière.
De temps en temps, il s'arrête et regarde ces kilomètres de serpillière.
Que pourrait-il faire avec? les mettre d'un bout à l'autre pour faire le tour de la terre, aller jusqu'à la lune sur un tapis volant?
Rencontrer un jour la personne qui tiendrait cette serpillière?
NON! Il pouvait étrangler son dernier patron avec, ou lui enfoncer dans la bouche jusqu'à ce qu'il s'étouffe?
Son regard ne laisse rien paraître de ces pensées machiavéliques.
Parce que, quand Gus s'arrête de travailler, c'est simplement pour regarder ces kilomètres de serpillière, il ne pense à rien. Et, il reprend son travail.
Aucune drogue n'est additionnée à la nourriture fournie par "wash end", aucun lavage de cerveau n'est effectué sur Gus.
Et aucune ambition ne vient troubler son rythme. Il exécute la même fonction, pour le même salaire.
Durant les restructurations, différents gérants se sont succédés. Ils ont montré les déficits de l'entreprise, empêchant ainsi, toute augmentation. La loi de la 4 ème ère Glacière en faveur du patronat exigée par Koze 1er, renforça le gel des salaires. Sauf pour quelques résistants qui réussirent à manifester, et à faire valoir leurs droits.
les manifestations consistèrent à envoyer un flot ininterrompu de messages signés sur les serveurs du gouvernement. Tout message signé était de fait inattaquable. Ce sont là, les méandres incompréhensibles au commun des mortels des livres de la justice.

Après une journée de 10h00 de travail, Gus rentre chez lui.
Il saisit une des boîtes métalliques pareilles à toutes les boîtes de vie-end (viande), suspendues au plafond, par l'inversion de l'attraction terrestre dans cette zone.
Il s'assied sur son lit-sofa pour manger ce repas froid.
Ensuite, il regarde son mur.
Les multiples taches colorées des fibres optiques scintillent et s'assemblent pour former une image.
L'écran de la tv s'illumine automatiquement sur la chaîne de "wash end". Pour accéder aux autres émissions, Gus doit allonger le bras mais, il regarde le programme automatique. Il finit par s'endormir jusqu'au lendemain.
À 4h00 Gus se lèvent et prends son café face à l'évier, la tv commente en litanie les événements du monde :
"A kwili-bong tout va bien. les hommes du gouvernement ont rétablie l'ordre et arrêter les suspects dans l'affaire des rumeurs sur le trafic d'enfants."
A l'écran, on voit la carcasse d'un Flycar entourée de lianes et de branches multiples, dans la jungle. On entend le bruit des animaux. Passant dans le champs de vision des caméras, deux hommes cagoulés et armés des fusils "derniers cris" poussent une dizaine de personnes.
(La tv clignote c'est l'heure pour Gus d'aller à l'usine. Il franchit le seuil…)
L'une d'entre elles, une femme aux cheveux en bataille fait un clin d'oeil complice à un homme chauve. Ils se font aussitôt bousculés par le grand musclé cagoulé.
La tv s'éteint.
Emma trébuche. Elle voit la scène se dérouler au ralenti. Le profil de cet homme lui fait penser à dauphin. Elle tient la manche de sa chemise bleue, bascule et elle l'entraîne dans son plongeon.
Il tombe sur le dos et amortit la chute d'Emma. Leur corps serré l'un contre l'autre, elle sent, le souffle chaud dans son cou et la respiration bruyante contre sa poitrine. Emma tend sa main en l'air, elle a tout juste le temps de protéger sa nuque. Une chose énorme, verte et collante, leur tombe dessus.

Créé par dolphindigo* le 02/04/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Améliorations nanotechnologiques

Voici un des paragraphes de la nouvelle que j'ai finalement laissé tomber (à la 21ème page ^^) :

A ma naissance, mon père était chercheur dans une entreprise de nanotechnologies. Vers mes 10 ans, il est devenu son propre directeur en créant une start-up peu probable. Et pourtant… Avec des subventions de départ appropriées (délivrées pour les initiatives dans le tiers-monde), ses compétences personnelles et celles de son équipe, il est parvenu à dégager du bénéfice de son projet.
Il m’a fait découvrir l’Afrique et l’humilité la plus basique face à la beauté de ses décors. Quand je l’ai rejoins au Mali, il m’a montré les 3 Kilogrammes d’or rapportés par sa termitière conditionnée. Je me rappelle de ses paroles avant la photo d’immortalisation du moment par le reporter scientifique : « Abi, j’ai besoin de toi pour le troisième lingot, je n’ai que deux mains après tout… ! ».
Il a su allier la communication chimique de ces insectes à une interface nanotechnologique intimant à certains d’entre eux de récupérer, nettoyer et stocker le précieux déchet en périphérie de leur édifice résidentiel.
C’est un procédé efficace, non polluant et source de richesses pour la population locale, devenue propriétaire des champs de termitières depuis la nouvelle affectation de mon père.
Une partie de son ancienne équipe est restée sur place et s’assure de la pérennité du projet. L’autre partie l’a suivi dans le programme militaire américain « Ducoban », il s’agit cette fois-ci de repérages stratégiques grâce au conditionnement d’abeilles.

Créé par Akyla le 25/02/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Améliorations nanotechnologiques (2)

Quelques années plus tard, alors que mon entreprise de transfert de conscience d'un corps robotique à un autre était fleurissante (le lobby des transports agonisait à mes pieds !), j'appris que mon père était au plus mal...

"Abi, j'ai un cancer du foie... il s'est étendu à mon estomac... je ne passerai pas l'année d'après les médecins."

Je pleurai silencieusement.

"Je suis fier de ce que tu as réalisé jusqu'à présent, même si j'aurai bien aimé en voir plus..."

Je me penchais à son oreille : "je peux t'y aider"

Sortant une serringue, j'injectais mes derniers prototypes de nano-transmetteurs. Ils se fixeraient sur ses neurones et les "cartographieraient" en l'état.

"Je repasserai dans quelques jours, papa. Tant que le cancer ne s'étend pas à ton cerveau, je peux te sauver là ou les nano et micro-chirurgiens ont échoué..."

Quelques jours plus tard, mon père se tint à mon bras et me souffla qu'il ne voulait pas attendre que la souffrance devienne insupportable pour que j'agisse. J'augmentais son taux de morphine. Appuyant sur ma console multi tâches, je commençais le téléchargement. Son corps se cabra dans tous les sens... son cerveau devait être perçé par 1000 poignards. Je détournais la tête quand le sang se mit à couler de son nez, sa bouche et ses yeux. Il mouru après une agonie de 5 minutes... Je commandais au nano et micro-chirurgien d'évacuer les nano-transmetteurs de son corps.

De retour chez moi, j'observais la réorganisation progressive des nano-transmetteurs dans la cuve spécialement équipée : bientôt des neurones se grefferaient dessus et le cerveau de mon père, ainsi que tout ce qu'il était... reviendrait en ce monde, pour toujours...

Créé par Akyla le 27/02/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (6)

 

Améliorations nanotechnologiques (suite 2)

Il fallu du temps pour qu'il s'habitue. Pas de lumière, pas de son, aucun sens sur lequel s'appuyer. Seule subsistait sa conscience.

Après une importante phase de stress, il occupa son esprit à cette question : que faire maintenant ?

Pendant ce temps, je montais une interface : je lui rendais bientôt la vue en reliant ses transmetteurs aux caméras des locaux, lui permettant de se rendre d'une salle à l'autre sans bouger. Je lui rendais ensuite l'ouie et le langage via un accès aux enceintes et à la saisie informatique sur mon écran, que ce soit au bureau ou chez moi.

Dans ce nouvel "environnement" mon père prit ses habitudes : il s'informait sur l'actualité le matin, se cultivait ensuite dans les domaines littéraires (alors que sa "première" vie avait été prise en grande partie par les nanosciences) et me faisait un compte-rendu de sa journée le soir, avant de s'endormir.

Un jour il me demanda "le toucher" pour me montrer qu'il avait appris comment jouer du piano. Je lui mis à disposition deux bras robotiques et associait une note à chaque touche de mon clavier. Il joua... et sa sensibilité intacte me transporta.

"Abi, feras-tu venir d'autres personnes... avec moi ?"

Ce sentiment égoïste qu'avait été de sauver mon père devait-il être étendu ? Je ne m'étais posé la question que pour moi-même lorsque l'hiver de ma vie serait trop rude... Je ne repondis pas

Il reprit : "Si tous les Hommes qui le désirent pouvaient me rejoindre, nous pourrions créer une nouvelle façon de "vivre", égalitaire et vertueuse via une régulation démocratique des comportements dangereux. Nous partagerons nos connaissances sans limitation, délibéreront sur ce qui doit ou pas être fait pour le bien de tous en apportant chacun une voix égale si celle-ci est appuyée par des arguments francs et connus de tous..."

Il continua sa pensée : "peu à peu en entrant dans ce système avant leur "mort", les parents rapprocheront 2 familles, les grands-parents 4 familles, etc. Au final, tous les non-téléchargés se rendront compte qu'ils sont frères et soeurs à degré plus ou moins éloigné... car nous seront les temoins de leur rapprochement. Nous raconteront nos souvenirs et nos connaissances d'antan sur le croisement des familles... tout en poursuivant notre nouvelle vie, détachée de la vôtre et sûrement de cette planète...qui vous appartient. L'espace et le temps n'ont plus d'importance."

Créé par Akyla le 02/03/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Améliorations nanotechnologiques (suite 3 et fin)

J'avais fini par rejoindre mon père et environ 5 milliards d'Unités. La période de troubles freinait de plus en plus nos "recrutements". Le Culte de l'Esprit Sain, une association contestataire au début, avait gagné le statut de secte officielle des Enetés (N.T : Non Téléchargés). Le Culte, sous couvert d'inquisition, réalisait des rafles « au nom de la sauvegarde des âmes ». Son action ? Briser les crânes de ceux qui désirent nous rejoindre : ils pensent qu'ainsi les âmes de leurs concitoyens rejoignent le paradis et non la damnation éternelle que nous proposons...

Au début nous avions des cabinets d'inscription dans les centres-villes mais nos clients étaient répertoriés par le Culte, ensuite nous avons recruté dans les égouts, mais ils ont été scellés, puis nous avons convenu qu'un tissu blanc aux fenêtres durant la nuit servirait à s'identifier comme candidat... mais le blanc a été interdit par le Culte.

Nous avions édicté une loi (grâce à nos avancées technologiques dans le téléchargement) proposant la survie de l'Eneté au processus de téléchargement. Ce fût inutile, le Culte considérait que l'âme était copiée et qu'il était sacrilège de le permettre, l'Eneté était encore une fois tué par le Culte. Nous avons fini par quitter les villes quand des gardes du Culte ont eut pour ordre de nous surveiller 24/24h. Nos recrutements sont devenus sporadiques et notre existence une légende... que dis-je, un cauchemar puisque nous étions des démons voleurs d'âmes et bruleurs de chair selon la doctrine répandue par le Culte...

Mon père m'avait prévenue : "même si tu offres l'égalité, la liberté ou encore l'immortalité à des humains, il y en aura toujours pour s'offusquer..."

50 ans après mon téléchargement environ, l'humanité était revenue à un système féodal où les grands pontes du Culte étaient les seigneurs terrestres. Nos forces et notre matériel avaient définitivement quitté la Terre, pour Mars ; en prévision de la collision de la Terre avec un météore exterminateur. La position de notre Conseil était que notre mission consistait à implanter la vie et la laisser suivre sa voie ensuite... quitte à refertiliser si elle disparaissait.

Mon père s'était préparé au jour de la collision, il sortait tout juste de sa "purge" (désagrégation des cellules nerveuses ayant trop vieillit et reformation du cerveau à un état plus jeune : souvent un retour à celui du jour du téléchargement. Avant ce processus, un tri de la mémoire individuelle doit être effectué pour sélectionner les données sauvegardée accessibles à tout moment au cerveau reformé).

"Je n'ai rien manqué Abi ?" (Son esprit venait de prendre le contrôle du corps robotique que j'avais amené avec moi en prévision de son retour à la conscience).

"Non, encore quelques heures..."

"Ont-ils pris en compte notre avertissement ?"

"Ceux qui sont au courant prient pour le salut des âmes... aucune tentative technologique au programme."

"Espérons que quelques espèces survivront dans ce cas... sinon il faudra refertiliser"

3, 2, 1...

Impact.


"Papa, c'est magnifique ! Quelle lumière ! Quelle puissance dégagée !"

"Tous ces fragments vont pouvoir se répandre, et peut être générer de la vie un jour... certes c'est une méthode un peu plus hasardeuse que la nôtre."

En effet, la terraformation de Mars progressait, des milliers de machines régulaient l'amplitude thermique et la production de gaz pour façonner l'atmosphère. Bientôt la vie pourrait y être semée et nous pourrions partir, en enfouissant au préalable le matériel de régulation. Notre espoir étant d'être contactés… d'ici quelques centaines de millions d'années par une civilisation curieuse de réponses vis à vis du non sens physique de leur existence. Nous pourrions reprendre nos recrutements parmi eux...

En attendant, fertilisation et cartographie de l'Univers nous attendent !

Créé par Akyla le 10/03/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Un monde de jeunesse et de féminité

Et si le futur serait un monde régit par des jeunes femmes et jeunes filles à l'assemblée nationnale et à la présidence...un monde beaucoup plus humain et féminin qui concentre sa société sur l'amour et le bien etre, l'évolution et l'humanité.
au lieu de l'économie et le pouvoir de largent ?...un monde de démocratie ouverte ou chacun peut exposer ses idees pour l'evolution politique de la societé.
un monde basé sur une population tres réduite de 1000 habutants par ville. ou tout le monde serait heureux.ou meme la magie serait existante à part entière , ne serait ce pas un monde magnifique ?ne serait ce pas là l'espoir ?

Créé par Markonceptor87 le 22/02/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (10)

 

De la culotocratie

Ce scénario est une pure merveille. En voici sa prologation.

Rapport historique 987k4sf46 du centre de mémoire globale (voir scénarios affiliés)

LA CULOTOCRATIE

Régime politique mondial érotico-dépendant qui fut régit pendant 200 ans par des jeunes filles en fleur où il s'appuya en substance sur les petites culottes, les histoires de coeurs, et de vétements courts qui devinrent peu à peu la matrice de la société, sa mystique.
Dans le détail (extrait) :
Les jeunes filles choississaient réguliérement des hommes ou jeunes hommes, ou vieux, qui passaient dans un centre de débridage sexuel, ou d'épuration où tout leurs était fait. Ils étaient pris en charge du début jusqu'à la fin, où ils finissaient plus ou moins brillamment l'ordre du jour, droit comme des i.

Les petites jambe fines n'étaient plus le meilleur moyen pour accéder au pouvoir et à l'argent comme avant, mais la douceur et la tendresse, mais... et oui "mais" malheureusement, certaines jeunes filles devenaient de vrai tigresses au stade qui équivaut au stade député, et n'hésitaient pas à éliminer par le poison leurs anciennes copines qui avaient becquotées Pierre, avant qu'elle ne repartent avec Jacque, qui l'avait trompé avec Christelle. Dans ce dernier cas, le pauvre pouvait être émasculé de la moitié de son prépus (signe et peine typique du régime C).

Des nouveaux devoirs des citoyens furent établis (extrait du code civique) :
- avoir une culotte sale est passible d'une peine allant de trois mois d'interdiction de tchat, jusqu'à la mise à mort du pet personnel.
- les secrets et ses affluents sont déterminés comme secret, donc interdits et émoustillants.
- les potins replaceront définitivement toutes philosophie qui elle, sera reléguée dans les alcôves, et pour les vieux.

L'explication profonde et secrète de la culotocratie :

Cette utopie fut créée par les maîtres du monde (de cette époque) qui voulaient créer une sexygarchie (le terme culotocratie n'arriva que plus tard), ou les femmes moches et vieilles ne pouvaient plus avoir droit de citer. Un monde terrible ou seule les jeunes filles tendres et belles pouvaient avoir droit à la parole, et surtout à la decision.
Le monde avait donc changé de visage pour une peau fraiche et belle biactolé, mais dans l'ombre une direction décisionnelle de pourris par l'argent utilisaient le faux pouvoir mit en place comme paravent, pour cacher leurs envies les plus sournoises, et les plus sales. A cette époque du début de la culotocracie, l'on a dit :
Derrière les fentes, les feintes.

Mais contre toute attente, les maîtres du monde se firent doublés par le gouvernement mondial culotocratique, et les jeunes filles réussirent à obtenir le pouvoir absolu durant une vingtaine d'année, qui furent un "bain de bonheur" pour beaucoup. Malheureusement (et oui encore) cela s'arrêta brutalement le jour où la culotte en chef s'aperçue que son amoureux sortait avec sa première culotte.
Le régime s'écroula alors, et de nombreuses jeunes filles furent violées et tuées.

Note : La jeunesse n'est pas sagesse.
De plus, on perd l'une pour gagner en l'autre.

Créé par tom33_33 le 27/04/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (19)

 

Etude sur les conditions à une culotocratie future

De la culotocratie (2)

Etude sur la faisabilité d’un gouvernement culotocratique

Quelles devraient être les conditions sociales (économiques, et générales) pour voir la possibilité d’une gestion d’un pays par une jeune fille ?

La première des choses seraient que celle-ci soit d’une maturité et d’une sagesse hors du commun ; ce serait une jeune fille, mais douée de qualités égales voir supérieures à des personnes plus âgées, donc plus expérimentées.

Quelles serait alors les qualités nécessaires à la gestion d’un pays par une jeune fille ?
Je crois que Markonseptor87 parlais de celle de l’amour, de la capacité à résoudre un conflit par la compassion et la douceur, de gérer, de conduire une structure complexe dans des objectifs de paix et d’unités.

De la possibilité d’un tel gouvernement.

Il s’agit bien de science fiction car aujourd’hui un tel gouvernement subirait des attaques multiples telles que la douceur et la tendresse seraient certainement remplacées par une commanderie utilisant la force comme moyen de servir des intérêts privés (oligarchie par exemple).
Plus un gouvernement est sous tendu par des archétypes positifs, plus il sera libertiphile, et en élévation globale. Cependant l’inverse n’est pas obligatoirement vrai, à savoir un pays qui est proche du chaos, d’une anarchie, ou dans une moindre mesure d’une révolution, aura besoin pour ne pas y sombrer d’un gouvernement prenant l’apparence de la dureté, ferme, structurant, compressant, posant des limites.
On dit par exemple de la Russie qu’elle a toujours eut besoin d’une main de fer pour la gouverner ; la France ne pourrait être gouverné aujourd’hui par la seule douceur ; cela mènerait à des mouvements tendant à la domination d’un intérêt groupal sur la totalité (par exemple les fameux « maîtres du monde ») L’incongruence sociale a des raisons qui selon les pays peuvent être très diverses (économiques, castes, opposition d’objectif, différent inconscient…).
Ou alors dans ce cas la jeune fille serait une vrai panthère à l’intelligence ultra rapide et coupante ; une vicieuse formidable, mais de ce fait exempte des qualités véritablement épurés du cœur.

De la faisabilité dans le futur

Pour permettre une gestion étatique de douceur et de pure compassion pour un gouvernement humain ; l’unité d’objectif positif doit être atteint (la congruence) ; c'est-à-dire que l’ensemble des parties des pays doivent tendre vers un objectif commun qui serait le bonheur de tous, donc de chacun, sans volonté de domination d’une des parties.
Nous en sommes loin. Un exemple : le Tibet qui ne voulant pas (ou ne pouvant pas) entendre ni voir la bêtise de ses voisins, fut envahi et soumis avec d’affreuses conséquences pour sa population.
Une population mondiale assagit, consciente, purifiée, évoluée vers l’élévation de l’âme pour la gnose/Dieu/Krisna/Alla/Etat de bouddha …, désignant des voies différentes mais un but commun.

Aller vers le bien est la nécessité pour l’avènement d’une direction portant une culotte fine à fleur, et sentant bon le coton et la rose. La tendresse du tissu fin se posant sur la fente, les chemins sacrés du fondement jeune et féminin à la direction d’un pays oblige, nécessite une humanité purifié, transcendée, homogène. La gamine aux traits de vénus, et au cœur de Kali ; d’un autre monde finalement ; pourrait alors mener les hommes vers leurs évolutions.
Laquelle je renverrai au dernier écrit de Sri Aurobindo concernant l’avènement de l’évolution de l’humanité involuée, de la descente du divin sur la terre pour tout ou partie des hommes.

Voici donc les conditions définissant comme préalable à une gestion de jeunes filles, oh que l’utopie est belle ! Oh que les jupettes de la connaissance seraient jolies ! Oh que les culottes pleines de sagesse seraient douces et attirantes jusqu’à l’orgasme satorique !

Je souhaite qu’un jour tout cela se réalise,
(Tom33_33)

Créé par tom33_33 le 30/04/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (14)

 

Coup d'état sur la culotte suprême

Coup d’état sur la culotte suprême

La CS (culotte suprême) jeta un coup d’œil circulaire sur ce qui lui semblait lui appartenir :
La salle de direction avec ses dorures magnifiques, les multiples petits écrans en relation avec toutes les culotteries de la planète, et de toutes ses petites culottes ministérielles (les ministres femmes), et autre ancillaires.
Dehors, le palais formidable, en plein centre de ce qui fut appelé Paris durant de nombreuses années, dominait la ville et ses habitants. Depuis quinze ans qu’elle était au pouvoir la C suprême avait réalisé une véritable purge étatique en liquidant un à un tout ces pourris hypocrites de ceux qui étaient surnommés les « maîtres du monde ». Des cadavres de ses ex-commanditeurs, il y en avait partout ; et pour cela, la CS avait développé un vrai-faux mouvement rebelle, sous tendu par des anarchistes activistes agissant dans l’ombre pour ses propres intérêts –ils avaient pour slogan : Non aux maîtres et aux culottes, Oui au string, fil de la vie dans les fesses ! -.
Tout avait changé en 15 ans, elle l’avait promis, et c’était vrai… mais pas en bien.

Tout était comme elle le voulait, mais pourquoi alors était-elle d’une humeur si massacrante ce matin ; elle avait en elle une intuition des mauvais jours et périodes. Puis ses yeux tombèrent sur la personne la plus dévouée, la plus rampante, la plus méprisable, qui était à ses cotés : son premier prépuce (ainsi avait été nommé les hommes aux gouvernements des culottes).
Et là, elle « comprit ». C’était lui qui en la regardant avait peu à peu fait monter une sourde colère et son malaise ; il en était responsable, ce vermisseau, cet esclave.
- Pourquoi me regardes-tu comme ça ? Grogna la CS.
Le premier prépuce ne répondit-pas. Cela en soit était déjà une terrible désobéissance. Il s’avança alors vers elle, et s’arrêta tout proche et dit en chuchotant avec sa voix fausse et haut placée habituelle :
- Culotte suprême de propreté, les nouvelles sont mauvaises.
- Lesquelles, parles vite, ou je t’envoie au centre (sous entendu de flagellation)
Dans le rictus compressant sa bouche et ses lèvres, la CS voyait que cela lui aurait plus plût qu’autre chose. Elle le détestait lui et son vice de rampant.
- Allons dans « la pièce », c’est important. Répondit-il.
La CS sut cette fois qu’il se passait quelque chose de grave comme elle l’avait pressentie.
- Vas m’y attendre. Siffla-t-elle comme un coup de fouet.

La CS se leva et se dirigea d’abord vers la pièce de change ; elle ne pouvait garder sa culotte propre plus d’une heure. Elle avait mouillé celle-ci en écoutant et regardant le père (un des derniers maîtres vivants, laissés en vie pour cela justement) d’une de ses écoutes « secret défense » prendre sa fille de force. Cela était puni par la loi fondamentale, mais elle ne pouvait s’empêcher d’en mouiller sa culotte ; cette dernière glissa alors le long de ses deux jambes fines et longues, lisses et belles dont le haut était cachées par la jupette flottante tressée d’or fin.
La culotte toucha le sol, laissant s’aérer pour quelques secondes la fente suprême d’où émerger les renoncules complexes des petites lèvres brillantes ; les demoiselles. Dans le fond de la culotte, une petite tache gluante - comme une fiente - symbole de ses vilaines excitations incestueuses, paressait.
L’ancillaire dont les yeux et le nez étaient obstrués pour ce travail (traditionnellement), pris délicatement le dessous pour lavage tandis qu’une autre en prosternation offrait le même, mais propre. La CS s’appliqua sur le périnée de son corps fin et chaud, le tissu frais. Le pouvoir de la jeune fille était immense régnant sur tous les continents, tandis que ses deux trous, en bas, recouvert du tissu sacré, lui redonnait la solennité sacré de sa fonction en oubliant ses plaisirs interdits.
Elle traversa la salle de direction vers « la pièce ».
- Parles vite. Apostropha la CS à son premier prépuce en rentrant dans la pièce bureau intime et sécurisée du palais.
- La jeune fille arrive, la culotte d’amour*.
*Note : Il s’agissait d’une divination et légende de l’époque selon laquelle le régime des culottes et des centres de pompages obligatoires serait transformé en un monde doux et tendre ou les centres ne seraient plus obligatoires et si durs.
- Impossible. Répondit fermement la CS.
Le prépuce alluma un grand écran mural qui était discrètement caché, et dessus l’on pouvait constater que toutes les diffusions du monde s’étaient interrompues pour dévoiler la réalisation de l’oracle ; tout y était similaire et avéré.
La CS s’en approcha et comprit que cela était la vérité car à l’écran la jeune fille descendait les marches en rayonnant, tandis que sa jupe laissait entrevoir une culotte luminescente des reflets multicolores d’un arc en ciel. Elle semblait d’une pureté incroyable, et non, elle n’était pas de ce monde. Elle avait le visage de vénus, le cœur de Kâlî, et la culotte de l’amour. Une armée se levait pour elle. Et à nouveau ce fut un choc pour la CS car son prépuce dit gravement :
- Je connaissais cette enfant, elle était connu et désignée par de nombreux sages.
- Et tu ne m’en as pas parlé !!! Se rengorgea la CS qui l’aurait fait assassiner si elle l’avait su.
- Non suprême.
- Tu m’as trahit !
- Non je vous ai sauvé suprême.
Elle sortit de son bureau un pistolet énergétique et le pointa vers la tête de son premier prépuce ; sa main tremblait.
Elle avait confiance en lui, et il l’avait doublé en ne l’ayant pas informé de l’arrivée de cette fille de malheur ; elle allait être destituée, peut être tuée compte tenu du nombre d’ennemis qu’elle avait ; le coup d’état était inévitable.
Sa main tremblait, et pourquoi ne pouvait-elle pas tirer. Le prépuce s’était agenouillé et attendait la mort paisiblement. La CS avait déjà tué plusieurs fois, notamment des maîtres du monde, éliminé froidement, sans une once de pitié et d’émotion. Mais alors pourquoi ne pouvait-elle pas tirer ? Ses yeux commencèrent à se remplir de larmes ; elle comprenait peu à peu que la seule raison possible était que… non ce n’était pas possible, elle ne pouvait pas aimer cet homme de rien, ce faible, ce courbé, ce traitre !

Le pistolet tomba au sol, suivi de la culotte suprême en larme ; Philus, le premier prépuce se releva pour l’aider à se relever. Encore au sol, ils se regardèrent intensément, puis ils s’embrassèrent sauvagement, éperdument. Le pénis au prépuce coupé sur la moitié gauche (la CS ne le savait pas encore « corrigé », vous imaginez la surprise !) de Philus se gonflait peu à peu. De cette situation de destitution très proche, ensemble, ils pourraient même peut être s’en sortir avec les honneurs ; elle lui ferait payer sa félonie plus tard à la cravache.
Elle pleurait et pleurait encore, elle regrettait ses erreurs, son vice tandis que sa tête lui tournait de rédemptions et du bonheur profond qu’elle découvrait.

----

Sur l’écran et dans le monde entier la culotte libératoire rayonnait d’une aura de bienveillance et de compassion absolue. Un monde nouveau apparaissait, celui de l’amour d’une jeune fille de Dieu pour les Hommes. La période de la culotte spirituelle commençait, et cela pour beaucoup plus de 20 ans.

FIN

Créé par tom33_33 le 01/05/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (5)

 


Ultime guerre

Après une crise économique sans précédent, des tensions naissent entre les peuples.
Les échanges de pétrole sont tendus et des pays entrent en guerre.
Des révoltes de population apparaissent dans les pays dits "développés". Les habitants en ont assez de subir la "dictature" du capitalisme libéral et attaquent les banques et autres centres financiers.
Pour abréger ces mouvements, les différents gouvernements s'accordent à trouver un ennemi commun à tous, ce qui fera disparaitre les tensions au sein des pays.
Une guerre mondiale éclate et cela amène à de multiples explosions nucléaires, ce qui causera la perte de la plupart des humains...

Créé par tomboss92 le 20/01/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (3)

 

La survie

Nous sommes une petite tribu, nous vivons dans des grottes, chassant de grands animaux pour nous nourrir et nous réchauffer de leur fourrure.
L'un d'entre-nous a récemment découvert qu'en frappant deux pierres ont obtenait un éclat de soleil, qui donnait de la chaleur lorsque l'éclat envahissait le bois.
Nous sommes sortis hier et nous avons découvert des objets bizarres, sont-ils tombés en même temps que les éclats de soleil ??
Une petite chose rectangulaire, avec de petits objets dessus où sont dessinés des signes bizarres. On voit : S A M S U N G. C'est peut-être un nouveau Dieu, créons-lui un autel.

Créé par Amelie2610@aol.com le 02/02/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (6)

 

Art premier

Une des femmes de la tribu a trouvée une étrange matière rouge. C’est de la terre, de l’ocre plus précisément.

Avec un peu d’eau, elle arrive à s’en couvrir le visage et les cheveux c’est très joli.

Le soir nous sommes à l’abri dans les grottes, mais il ne se passe pas grand-chose. Nous regardons cet éclat, Samsung, à quoi peut-il bien servir ?

Je raconte une histoire aux enfants de la tribu, je leur raconte ma journée de chasse... le plus petit a du mal à comprendre mes paroles, il est pas très doué.

J’ai soudain une idée, je prends de l’ocre rouge dont mon épouse s’enduit les cheveux et un peu de cendre grise... et je marque la pierre de la grotte, je forme sur la paroi un animal. Les petits sont tout contents, ils regardent émerveillés. Désormais, chaque soir, nous construisons des formes d’animaux de nos chasses. C’est très beau, cela égaye la grotte et nous occupe au lieu de nous disputer.
Nous oublions même nos massues parfois...

Nous racontons de bien belles histoires de chasse avec ces gravures, et le matin nous regardons les animaux autrement pour pouvoir mieux les peindre. Nous les trouvons si beaux, que parfois, nous oublions même de les tuer. De jours en jours, nos dessins deviennent plus précis, plus grands, plus somptueux...

Nous sommes en train d’inventer le dessin, mais nous ne le savons pas encore.
Nous sommes en train d’inventer l’art, mais nous ne le savons pas encore.

Un jour, un homme de la tribu trouve une défense. Il y grave l’image de sa compagne, c’est une vénus.
Nous sommes en train d’inventer dieu, nous ne le savons pas encore...

Un jour, nous capturons des ennemis. Nous les ramenons à la grotte pour les manger. En voyant les peintures sur les murs, ceux que nous nommons les « autres tribus » s’exclament et s’agenouillent. Ils sont si émus et si ébahis que nous sommes alors incapables de les dévorer.

Nous sommes en train de découvrir la reconnaissance, mais nous ne le savons pas encore.

Nous avons faim, car à force de dessiner nous chassons moins et nous avons décidé de ne pas dévorer nos admirateurs. Ceux là viennent alors à notre secours.

Nous sommes en train de découvrir l’amitié et la solidarité, mais nous ne le savons pas encore.

Ils montrent des baies et des fruits comestibles, des plantes pour nous soigner

Nous sommes en train de découvrir la cueillette, mais nous ne le savons pas encore.
Nous sommes en train de découvrir la médecine, mais nous ne le savons pas encore.

L’homme évolue, mais à la base de son évolution réside souvent la beauté et l’art.

Mais ca, nous ne le savons pas encore...

Créé par Shany le 28/12/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Méritocratie

Loi du 19 mars 2020:
il faut travailler durement.
Loi du 19 mars 2021:
il faut avoir son bac avec mention pour avoir un bel avenir.
Loi du 19 mars 2022:
il faut avoir son bac avec mention pour avoir un avenir.
...
Décret du 19 mars 2042:
tous les étudiants qui auront des résultats scolaires inférieurs à la moyenne de classe au cour de la dernière année d'étude n'auront pas le droit de vote.
Décret du 20 mars 2042:
tous les étudiants recalés ne seront plus considéré comme citoyens.
...
Décret du 19 mars 2100:
tous les élèves ayant été nuls ou médiocres dans leur scolarité seront EXTERMINÉS.

Créé par charon29 le 31/12/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (14)

 

Méritocratie (suite)

Voir d'abord le scénario n°8221

Décret du 19 mars 2058:
Des castes seront établies en 5 niveaux appelés niveaux de perfection.
Seuls les niveaux 5 pourront s'investir dans la politique.
Les niveaux 4 auront le droit à l'art et à la science.
Les niveaux 3 auront la possibilité de publier des écrits.
Les niveaux 2 pourront au mieux devenir artisan manuel.
Les niveaux 1 seront envoyé dans les escadrons kamikazes pour servir la patrie.
Les niveaux 0 seront enfermés.

Créé par charon29 le 28/02/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (6)

 

Mediocratie (suite)

Décret du 19 mars 2060 :
- Les niveaux 5, rendus obsolètes par le logiciel Gouvernation, sont transférés au niveau 4.
- L'art est une perte de temps et nous avons atteint le sommet de la connaissance, les niveaux 4 sont transférés au niveau 3.
- Les écrits sont une subversion, Gouvernation détient la vérité : les niveaux 3 sont transférés au niveau 2.
- Les niveaux 2, bien moins efficaces que les robots sont transférés au niveau 1.
- Les niveaux 1 coûtent plus chers que les drones et sont transférés au niveau 0.
- Les niveaux 0 restent enfermés.

Créé par Kanin le 20/03/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Méritocratie (suite)

Décret du 24 octobre 2067:
Au début de chaque mois aura lieu un test d'intelligence obligatoire

Décret du 15 janvier 2068
Chaque baisse de note entraînera une baisse progressive du salaire

Décret du 02 aout 2070
Ceux qui auront une note en dessous de la moyenne seront exécutés

Créé par Korrigan le 07/08/2010 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Méritocratie, décret sur le QI

Décret du 23 avril 2059:
- Toutes personnes ayant un Q.I. inférieur à 110 sera considéré comme inutile auprès de la société et sera soit enfermés, soit déportés.
- Les castes 3, 4 et 5, devront passer des test qui mesurons le dévouement qu'ils ont auprès de la Patrie. Si les tests sont négatifs, ils seront intégrés à la caste 2. (Voir la caste 1 en cas de résultats qui révèlent des symptômes anti-Patrie)

Créé par PHVL le 15/04/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Téléchargement illégal légal

Et si la musique appartenait à tout le monde ? Et si le téléchargement pour l'instant illégal de musique tant blâmée par les politiques et l'industrie du disque devenait légal? Les artistes seraient rémunérés par leurs concerts. Ainsi, tout les faux artistes chantant en playback et gagnant des millions alors qu'ils n'ont aucun mérité disparaitraient. Seuls resteraient les vrais artistes. Allons plus loin: et si l'on supprimait les droits d'auteur?

Créé par theo le 16/11/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (8)

 

Connaissances, créations, inventions dans le domaine public

Sous l'impulsion des licences libres de type Copyleft, Art libre, GNU-GPL, GNU-FDL, et des utopies "Savoir Universel" et "Gnomunisme", les sites d'informations libres de droit se multiplient et envahissent internet. On ne compte plus les encyclopédies de type Wikipedia, Issuepedia, et les sites véhiculant des musiques libres de droit. Des films libres de droit sont créés à profusion par des créateurs en mixant des prises de vues originales et d'autres films libres de droits. La création artistique explose, faisant surgir de nulle part des créations extraordinaires (et d'autres très moyennes).

Les inventions sont touchées à leur tour suite à l'initiative du grand laboratoire pharmaceutique qui a déposé dans le domaine public son vaccin contre le sida. Les centres de recherchent collaborent et ne produisent plus des brevets mais publient les résultats de leur recherche sur des sites exempts de propriété intellectuelle. La mise en commun des recherches décuple les inventions et découvertes d'envergure. Les quelques entreprises réticentes qui ne voulaient pas ouvrir leurs connaissances aux concurrents et au public ont été boycottées; depuis qu'elles collaborent ouvertement leur chiffre d'affaire progresse.

Les artistes, compositeurs, interprètes, écrivains, ont eu des difficultés à s'adapter à ce nouveau monde, bousculés par des millions de nouveaux amateurs qui s'étaient mis à produire des milliards de nouveaux textes de chansons dont certains au hit parade, des livres best-seller, des journaux.

Les droits d'auteur et la propriété intellectuelle n'existent plus. Toutes les connaissances, créations, inventions, sont dans le domaine public. Chacun peut tout à fait légalement les télécharger, les modifier, les mixer, y ajouter ses propres créations et connaissances. La référence aux sources utilisées n'est plus en vigueur car on s'est vite rendu compte que c'était ingérable et surtout inutile tant le foisonnement et l'imbrication des oeuvres est grand.

Seul le monde "physique" a conservé ses droits de propriété. Ainsi les livres et DVD sont toujours fabriqués par des entreprises concurrentes, mais le profit qu'ils en retirent ne donne pas lieu à rémunération des auteurs. Tout le monde peut publier des livres et DVD contenant n'importe quel texte, musique, film, et en tirer profit. Les salles de cinéma ne rémunèrent pas les auteurs des films.

Les artistes et créateurs sont bénévoles, ou rémunérés par la publicité, ou par les livres/DVD qu'ils produisent et vendent, ou ils sont subventionnés par des mécènes (entreprises, particuliers). Certains artistes continuent à rouler sur l'or, beaucoup ont des revenus moyens ou faibles, et la plupart restent bénévoles. Le nombre d'artistes professionnels a chuté dans un premier temps puis est remonté à son ancienne valeur.

Créé par seb110 le 14/01/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

La mort de l'art

Dans un premier temps, la suppression des droits d'auteurs favorisa la créativité.
Mais dans les autres domaines, le monde n'avait pas changé. Les politiques identiques appliquées dans tous les pays avaient rendu la survie économique de plus en plus difficile. Les nombreuses allocations de l'état-providence avaient totalement disparu depuis déjà plusieurs décennies. Désormais, c'était le chacun pour soi. L'égoisme et le cynisme dominaient.

Les artistes ne pouvant plus vivre de leur création, ils en étaient réduits à faire des petits boulots mal rémunérés. Tous vivaient désormais dans la misère et la précarité, au point de ne même plus avoir l'énergie nécessaire pour créer. Beaucoup avaient également perdu les moyens matériels indispensables. Ayant perdu leur logement, ils avaient perdu du même coup l'accès à l'ordinateur et à internet.

Les seuls qui s'en sortaient étaient ceux qui avaient abandonné l'art pour se consacrer uniquement à "gagner leur vie" et devenir des salariés ordinaires.
Il leur arrivait de créer encore parfois, mais puisque cela ne rapportait plus rien, à quoi bon diffuser ses oeuvres? Bien sur, c'était valorisant de se savoir apprécié par des milliers de personnes, mais dans le fond, pourquoi dépenser du temps et des efforts pour se faire connaître de ces foules anonymes, de tous ces gens qu'on ne connaîtrait jamais?

Désormais, les créations étaient de plus en plus rares, et de moins en moins diffusées. Le monde, devenu de plus en plus matérialiste et mercantile, était rendu encore plus gris par la disparition progressive de l'art, ce qui par ailleurs arrangeait bien le pouvoir politique, l'art ayant souvent tendance à être subversif.

Créé par ultraworld le 20/01/2009 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (6)

 

Les os de Pierre

Plus personne ne savait créer et toute imagination était morte. C’était après la grand destruction qui avait tout balayée sur son passage….. Beaucoup de choses avaient été détruites.
Les hommes et les femmes luttaient pour leur survie, exclusivement composé des petits groupes. L’un d’eux avait trouvé refuge dans un ancien cimetière, se cachant dans les chapelles à l’abri du froid et des prédateurs. Les ossements anciens avaient été regroupé dans un endroit spécial, ou personne n’allait, sauf quelques fois les enfants qui aimaient jouer a avoir peur.
L’un des enfants était un peu simplet, et en grandissant son retard ne s’améliorait pas. Il était le délaissé et plus personne ne s’intéressait à lui.
Le petit garçon se prénomait Pierre, mais tous ignoraient son nom et jusqu'à son existence.

Il avait au départ souffert de cette différence, puis s’était adapté. Il était désormais le seul qui errait au milieu des ossements humains. Il avait pris l’habitude de les disposer en tas, en figure, de s’amuser avec.
Un jour, il eut une autre idée. Il fallait qu’il agence les morceaux pour créer un être humain. Il trouva quelques bout de fil de fer et se mit, consciencieusement, a articuler, les tibias, les fémurs et les cranes.
Son montage tenait parfaitement debout mais ne ressemblait absolument pas a un être humain. Pourtant, c’était très joli. Alors, il décida de le garder, et de recommencer et il recommença et recommença des dizaines fois. Il rajouta des fleurs, des herbes, de la couleur aussi…. Il trouva des morceaux de mosaïque qu’il coupa en tout petit bout, des morceaux de plastique et de vieux CD…..
Les autres enfants commencèrent à venir voir, intrigués par ce qui se passait…. puis, ils en parlèrent a leurs parents…..
Au début, ce fut une promenade du groupe, puis cela commença a se savoir. Des groupes amis vinrent voir et puis d’autres et encore d’autres….. Même d’anciens ennemis se pacifièrent pour découvrir …
D’autres enfants voulurent faire de même et se mirent a travailler la terre, le métal ou la pierre……
Personne ne savait ce qu’ils faisaient ni pourquoi chacun d'entre eux était si touché par ce mouvement…..
Un vieux, dans un coin, savait, « l’avant comme l’après »

Certaines choses sont éternelles et ne peuvent mourir, elles changent juste de forme d’expression

Créé par Shany le 20/06/2011 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


SONDAGE

DRIIINNNGG
"Le jour se lève sur ma banlieue, j'ai froid c'est pourtant pas l'hiver..."
D'un coup de poing j'éteins le radio-réveil, c'est pas une musique vraiment motivante! Je me frotte les yeux et voit la caméra....Ha oui, c'est vrai! Je l'avais presque oubliée celle-là.... Zut, faut vraiment que j'arrête de penser des bêtises, vous pouvez les entendre... Je ne sais pas pourquoi j'ai accepté ceci....Peut-être parce que j'ai besoin d'argent... Trouver à manger devient de plus en plus difficile, surtout quand vous avez 3 enfants à nourrir...
Je vous explique la situation : nous autres, gens du peuple, manquons de tout. Vêtements, eau, aliments, et encore ce sont les plus vitaux et si je faisait la liste, elle serait bien trop longue. Nous ne nous plaignons pas vraiment, nous demandons juste des salaires plus importants, pour pouvoir subsister car la ration de blé ayant encore diminuée, je ne sais pas comment nourrir mes enfants. Pitié, gens du pays, accordez nous au moins ça!

Et la voix off commenta le reportage : "Citoyens, ce brave ouvrier volontaire pour ce sondage vous a présenté sa requête. Pour une hausse de ses revenus, appelez le standar des sondages et prononcez le mot "d'accord". Si vous proposez une autre solution, présentez là et notre comité d'experts choisiras la plus adaptée. Citoyens, faîtes votre devoir, aidez ce malheureux ouvrier!"

Une semaine plus tard : "Ceci est un communiqué du ministère des sondages : en reponse au dernier sondage, les citoyens ont présentés la meilleure solution possible. Désormais, les gens du peuple n'auront pas le droit d'avoir plus de deux enfants pour ne pas avoir de surcharge de dépenses. Bravo Citoyen, grâce à toi, la vie des gens du peuple est plus agréable!"

A SUIVRE.....

Créé par Bolapoil le 19/06/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

PUB

TADADADAM
Ici Bernard, votre animateur radio favoris! Il est 16h15, et c'est l'heure de la page de publicité de l'heure! La voici, la voilà!

"Citoyen! Ta voiture est un bien précieux, et donc elle doit rester en bon état. N'oublie jamais de la faire réviser dans un garage automobile tous les 85.000 cytailles! Ceci était un communiqué du ministère de la route"

"Si la faim se fait sentir, si votre frigo est vide, ne cherchez plus la cause : vous avez oublié de prendre votre ticket repas de cette semaine! Citoyen, n'oublie pas ton ticket repas, tu dois le retirer à l'hôtel de ville de ton lieu d'habitation chaque semaine! C'était un communiqué du ministère de l'alimentation."

"Citoyen! Si tu as entre 20 et 35 ans, sache qu'il est de ton devoir de rejoindre les forces armées de Cytétat et de combattre le faschisme, les nazis et les communistes pour la sauvegarde de tes libertés! Renseigne toi dans l'hôtel de ville de ton lieu d'habitation. C'était un message du ministère des armées."

Et voilà vos cinq minutes de publicité pour cette heure sont terminées, nous enchainons avec un debat sur le dernier sondage du ministère des sondages sur le nombre d'enfants des gens du peuple!
A SUIVRE....

Créé par Bolapoil le 23/06/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

EMISSION PIRATE

Bonjour a toi, citoyen! N'aie pas peur, ceci n'est pas une émission pirate. je suis juste un fidèle citoyen de Cytétat, et je crois que certaines véritées doivent t'être révélées... Le pays dans lequel tu vis n'est que mensonge. Ta vie elle-même n'est qu'un mensonge.
Pour t'expliquer la situation clairement, je vais te présenter la création du Cytétat. A une époque, tout le monde possédait une personalité propre. Chacun était libre de ses choix et ne subissait que peu d'influence extèrieure. Malheureusement ces foules étaient incontrôlables et créatrices de guerres civiles ou à l'échelle mondiale. Alors les dirigeants décidèrent de rendre ce monde le plus calme possible. Quasiment tous les états devinrent renfermés sur eux-mêmes, arrêtant ses échanges extèrieurs et vivant de ses propres produits. les populations se sont adaptées et sous couvert de guerres, aceptait le manque de denrées et matières premières. on mit en place une propagande pronant le bien fondé de cette guerre mais elle n'est pas réelle! Nos soldats ne s'enfoncent jamais plus de quelques milliers de Cytailles en territoire ennemi, qui n'est autre qu'une zone spécialement créée pour l'afrontement de deux armées!
Puis la propagande atteignit les Citoyens eux-mêmes. Elle mit en avant des normes de conduite, des sanctions importantes en cas d'écart de conduite et surtout un bourrage de crâne grâce à tous les moyens de comunication disponibles. Au bout de trois générations, toute rebellion avait disparue. Tout le monde était conditionné à cette société miséreuse.
Mais pourquoi suis-je capable de prendre ainsi l'antenne? Et bien parce que vous êtes tellement conditionés que vous ne comprenez même pas ce que je dis! Toutes mes phrases n'ont aucun sens pour vous! la guerre pour la liberté, le rationnement de la nourriture et la pauvreté des gens du peuple, c'est tout ce que vous connaissez! Personne n'a effectué de voyage à l'étranger pour comparer notre société donc il est normal qu'elle paraisse parfaite à vos yeux!
La liberté, l'égalité, le bonheur ne peuvent pas être évalués dans cette société car il est impossible de visiter et observer d'autres états!
Voilà, je voulais essayer de t'ouvrir les yeux, Citoyen, sur le fait que tu es aveugle, sourd et muet.

Mais ce piratage d'antenne, je le sais, ne serviras à rien. peut être un doute germeras dans votre esprit mais dans quelques secondes vous l'aurez oublié.
Oublie ceci Citoyen, oublie le car ce discour est de ceux qui veulent supprimer ta tranquilité et ton bonheur!

Créé par Bolapoil le 07/07/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 


Apocalyptique

Un beau jour d'été, une météorite est détéctée par la NASA qui s'approche de la Terre à une vitesse démsurée et menace de s'écraser sous peu. Pour contrer l'éventuel cataclisme, on envoie une décharge atomique super puissante. Sur Terre, les humains sont habrités dans des abris préalablement construit pour faire face à se genre de problême. La décharge atomique atteint sa cible mais l'explosion réduit le météore en plusieurs milliers de petits objets. Tous ces objets s'écrase sur Terre et détruisent tout. En ressortant, les survivants commence difficilement à reconstruire une société primitive.

Créé par Mörx le 23/03/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Post-Apocalyptique

C'est le chaos total : à la sortie des abris, les survivants poussent des cris déchirants à la vue du paysage de désolation qui s'offre à eux. Des ruines, de la poussière, un ciel sombre... L'apocalypse a eu lieu.

Martin et Diane, un jeune couple sans enfants, avaient été sélectionnés pour leur capital génétique, intellectuel et psychique par le gouvernement pour etre dans un de ces abris. Au total, en effet, c'est environ une personne sur vingt seulement qui pouvait profiter de ces abris. La Terre ne compte plus que 300 millions d'habitants. Les animaux et les végétaux eux aussi ont eu droit à cette "Arche de Noé": un million d'espèces animales, 200.000 plantes, plus de 50.000 champignons... Ces Bunkers et Arches sont au nombre de douze sur la planète. Martin et Diane étaient dans le Bunker nommé "Speria", situé entre Bordeaux et Toulouse, à la place d'anciens champs de vigne. Sa population est principalement Française, Espagnole, Portugaise, Italienne, Marocaine et Algérienne. Le Bunker le plus proche est "Haablannder", situé au Danemark, qui abrite principalement les populations Nord-Européennes.

Après les quelques moments nécessaires aux réactions de désespoir tout à fait légitimes des survivants, Martin et Diane assistent à une sorte de danse organisée : les hommes, peu à peu, se dirigent vers les taches qui leur ont été assignées lors de la phase préliminaire : pendant qu'un personne ira inspecter les débris, une autre ira s'occuper des animaux dans l'Arche, et un troisième montera les outils et machines nécessaires au déblaiement emportés dans le bunker.

Le role de Diane et Martin ? Martin, scientifique, devra inspecter et évaluer la qualité de l'air ambiant, tandis que sa femme Diane, professeur, ira s'occuper des vingt-trois enfants du bunker pour les éduquer, en commencant par les bases de la civilisation et l'éducation civique. Elle leur enseignera donc que, dans ce système, c'est M. Tepolin, Dictateur du Nouveau Régime, qui commande.

Franck Tepolin a accédé à cette position de manière très simple : en assassinant, dans le Bunker, tous les membres du "Gouvernement d'Urgence Provisoire" (GUP) nommés par un suffrage universel lors de la phase de survie en Bunker. Anciennement, Franck Tepolin était le dirigeant d'un groupe fabriquant des jouets. Il avait été sélectionné pour ses compétences en économie, et devait etre nommé "Ministre de l'Economie de la Réhabilitation" du GUP, dès la sortie du Bunker. Il en sera donc autrement. Franck Tepolin aura l'honneur de gouverner seul, et avec ses complices pour le moment inconnus, la population de 50 millions de personnes. Le sort des habitants des onze autres Bunkers est encore inconnu pour Diane et Martin.

Créé par Pandilène le 26/03/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Organisation

Diane a une lourde tache : la moitié des enfants sont blessés, quant aux autres, ils la harcèlent de questions. Martin, lui, vérifie la qualité de l'air qui a pu être affecté par l'énergie nucléaire. Bilan : 81% d'azote, 12% de dioxygène et 7% d'autres gazs, dont la plupart sont d'origine nucléaire et potentiellement dangereux. Les survivants vont désormais avoir plus de mal à respirer et vont devoir ménager leurs efforts pour garder le dioxygène dans leur sang. Après cette rapide estimation, Martin va s'oocuper des blessés, il les soigne et Diane se charge de faire la classe. Pendant ce temps sur le campus improvisé, deux télévisions ont étés sorties du bunker où Tepolin prononce un discours :

- Chers survivants et survivantes, aujourd'hui est un jour nouveau. La Terre a été fatalement détruite mais nous renaîtrons de nos cendres. Une vie nouvelle s'offre à vous et il ne vous sera fait aucun mal si vous ne brisez pas les nouvelles lois installées :

Créé par ALH1995 le 11/05/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 


Et si

Et si le gouvernement du Canada décidait que pour se faire de l'argent il ferait payer les gens pour l'air qu'ils respirent ? Que feraient les gens pauvres sans oxygène ?

Créé par supersoso le 14/03/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Et...

Les gens pauvres pourraient-ils montés une révolte contre le gouvernement pour ça ? Ou encore pourraient-is commencer à faire de la contrebande d'oxygène ou un truc du genre ?

Créé par supersoso le 16/03/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Peut on vivre sans oxygène...?

Aucune contrebande d'oxygène est possible; le gouvernement canadien s'en assure.
Mais un grand chimiste immigré au Canada s'émeut du sort des plus pauvres qui ne peuvent pas se payer d'oxygène... il réussit à synthétiser une substance qui peut remplacer l'02 dans le métabolisme humain. Mais peut-être cette substance a-t-elle des effets secondaires...

Créé par Anonyme le 13/07/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

La mort dans l'âme

***Pub pub pub ***

Schw-air-ppse ! La seul cannette présurisée pour une grande goulée d'air frais venu du large !

Avec Schw-air-ppse ? Respirez !!!

*** pub pub pub ***

Zap...

Dégoutté Albert éteignit la TV.

Il se leva de son fauteuil en haletant... Il chancella un moment pour reprendre son souffle. La faible teneur en oxygène présente partout sur la terre lui rappelait son ascension du mont K2 dans sa jeunesse...
Il frissonna, le reflexe de vouloir fermer la fenêtre lui vint... Mais, il pesta... "quel crétin ! si je ferme la fenètre je ne me réveillerai pas demain..."
en effet la raréfaction de l'oxygène est telle que dans une pièce non ventilée qu'on meurt dans son sommeil après avoir consommé tout l'air respirable... C'est même devenu une forme de suicide courante en 2012...
Ah si j'était riche ! Se dit-il ! Et il contempla la citée-bulle niché en haut de la ville ! Il se laissa hypnotisé par les lueur qui étincellaient sous le dome préssurisé de la cité des nantis. Eux n'avaient pas le soucis de l'économie... Ils respiraient à plein poumon un air qu'ils pouvaient s'offrir...
Albert se détourna de ce spectacle écoeurant...

Après une faible hésitation, il finit par fermer sa fenêtre...

Créé par L@rsen le 18/03/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (2)

 

Albert n'est pas mort

Albert fut réveillé en pleine nuit. Comme il s'en doutait, l'air lui manqua. Son visage vira au bleu, puis au violet tandis qu'il s'asphyxiait. Un instant, il regretta de s'être réveillé, puis accepta la mort. Il n'avait aucune envie de rester avec un minimum d'oxygène toute sa vie. Il mourut au bout de quelques minutes, le sourire retrouvé.

10 minutes plus tard, les FOCA (Forces de l'Ordre Contre l'Asphyxion) arrivèrent dans la chambre dAlbert et le transportèrent d'urgence dans un hôpital. Là, des infirmières lui firent inhaler de l'oxygène pur, équivalent à une dizaine de milliers d'euros. Quand Albert se réveilla, étonné d'être encore en vie, on lui annonça qu'il allait devenir le serviteur des riches, en échange d'une ration d'oxygène lui servant de salaire. Albert accepta aussitôt. Il fit ses valises et partit vers la citée-bulle pour une vie d'esclave, mais néammoins une vie.

Créé par ALH1995 le 11/05/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (1)

 

Albert leader

Albert mena donc une double vie au bout de quelques années de bons services auprès des riches. Après avoir découvert de nouveaux serviteurs et sympatiser avec eux, Albert essaya de fomenter un complot avec ses amis. Il essayait donc de jongler entre ses devoirs et ses discours pour l'approvisionnement en oxygène.

- Nous devons nous libérer du joug des plus riches. Ce seront les plus démunis qui frapperont à la racine de notre privation d'oxygène : il faut persuader le 1er ministre d'arrêter ce massacre dû uniquement au budget restreint. Les pauvres ne doivent pas mourir, il existe plus de pauvres que de riches et s'il le faut, nous léverons une armée pour combattre le pouvoir de l'argent !

Des hourras ponctuaient généralement la fin de ses interventions. Albert le rebelle n'était plus un homme insignifiant, c'était un homme détenteur de mots capables de pousser des hommes à une guerre de liberté. Certaines personnes étaient néammoins mécontentes. Elle privilégiaient l'action à la parole. Mais Albert les raisonnait toujours car il n'était qu'un millier de pauvres contre des dizaines de milliers de personnes appartenants toutes à la PCPC (Police Contre les Pauvres Conflictuels). La deuxième raison d'Albert de ne pas commencer la guerre était qu'il était tombé sous le charme de sa maîtressse. Il n'osait pas l'avertir de ce qui se tramait et redoutait le moment où elle serait tuée. Sa loyauté restait quand même plus forte que son désir. Chaque mois, des centaines ou des dizaines de pauvres arrivaient, et rejoignaient presque aussitôt leur groupe. Les FOCA empêchaient les esclaves de revenir en territoire appauvrie en oxygène. Les pauvres restaient dans la cité-bulle, prêts à tout.

Créé par ALH1995 le 11/05/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Albert se souvient presque

Albert croyait être malade. En effet, depuis plusieurs semaines maintenant, des flashs parcouraient sa mémoire. Le visage de sa maîtresse lui apparaîssait en rève sans qu'il ne put lui attribuer un nom. Il voyait aussi un homme, un homme dont le métier finissait par -eur ou -dreur... Souvent il voyait un avion s'écraser, il révait d'un crash énorme, puis, plus rien. Après le crash résidait seulement un silence. Et le noir. Le noir complet, total, rien que le noir dans son esprit. Ces cauchemars réveillaient Albert qui se retrouvait dans un état d'extrème anxiété, voire affolé. Son plan pourtant se déroulait à merveille. Les pauvres réussissaient à voler nombre de munitions et s'entraînaient avec. On lui avait d'ailleurs reprocher de n'avoir encore rien voler d'utile à l'ennemi. Voler... Lui voler un objet utile de sa maîtresse. Oui, il savait quoi voler mais ne savait pas ce qu'ils pourraient en tirer. Il avait remarqué dans le grenier une machine étrange, électrique, diffusant une lumière bleue qui se réflétait sur le visage d'Albert. Mais Albert n'osait pas. Albert n'avait jamais aimé voler, ou pêcher. Sous la pression et les harangues de ses comparses, il s'empara de la machine une nuit, et la transporta à la taverne. On l'y acceuillit avec des bourrades dans le dos et des exclamations enjouées. Puis, tous se penchèrent sur l'étrange rayon. Des boutons étaient parseminés et personne n'osait y toucher. Les autres accusèrent donc Albert de n'avoir rien volé d'utile et de s'être joué d'eux. Celui-ci se défendit en promettant d'amener bientôt une tierce personne capable de faire fonctionner le rayon. Il ajouta que l'on pouvait avoir confiance en celle-ci. Le mot confiance emplit soudain son esprit et fit éclater quelques obstacles qui empêchaient sa mémoire de circuler normalement. Ainsi il put annoncer qu'il allait pouvoir apporter Nathalie Kim aux réunions.

Créé par Adrien ALH le 16/05/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Albert se souvient, suite

Albert tenta alors de convaincre toute la journée Nathalie Kim du bien-fondé de sa demande. Dans un premier temps, elle l'ignora et le punit sévèrement pour son vol. Albert lui déclara donc que cette situation ne pouvait continuer comme cela. Il était temps de réagir, et qu'importe la morale des actions, tout dépendait de sa gravité et de sa bassesse. Albert insista, n'hésitant pas à formuler des demandes sous-entendues devant ses invités. Cependant, à l'auberge, on s'impatientait. Les résistants devenaient menaçants et certains avaient déjà commencer à attenter à la vie des riches. La PPR (Police Pour les Riches) voulut intervenir mais sous-estima (comme d'habitude durant un début de révolution...) les opposants. Les pauvres purent alors se défendre alors que face à l'ensemble des effectifs, la tache aurait été beaucoup plus ardue. La situation s'était accélérée et la guerre véritable commençait dans un mois. Finalement, N.Ki voulut bien assister incognito à une des réunions des rebelles. Ce qui s'y passa la fit profondément changer d'avis.

Créé par ALH1995 le 19/05/2008 | Evaluer ce scenario
Ecrire une suite ou une alternative a ce scenario | Commentaires (0)

 

Arborescences 1 à 30 sur 257



Base de données
des scénarios

Sommaire